LE DIRECT

Pops Staples, parole tenue.

5 min

Don’t Lose This (Anti Records)
Don’t Lose This (Anti Records) Crédits : Radio France

« Quelqu’un me regardait de là-haut » Vous écoutez la voix de Pops Staples, créateur des Staples singers. Un chant d’outre tombe puisqu’il est disparu depuis décembre 2000 mais voilà que ses dernières bandes inédites viennent de paraître.

Les Staples Singers ont été un des plus grands ensemble vocal de gospel et rythm’n blues de Chicago depuis les années 50. Une formation familiale avec Rosebuck Staples, dit "Pops" (ou papa) à la guitare, et ses enfants, Pervis, Cleotha, Yvonne et Mavis. Ensemble ils ont chanté notamment pour la marche des Droits Civiques auprès de Martin Luther King.

« Don’t Loose This » « Ne perd pas ca » aurait dit Pops Staples à sa dernière fille, peu de temps avant sa disparition il y a presque 15 ans. Parlait-il de la foi en la musique, ou simplement de leurs dernières prises de son, toujours est-il que Mavis, 75 ans cette années, a tenu parole et que l’album vient de sortir, sous le titre de « Don’t Loose This », parole tenue. Comme ces lettres qui mettent quelques années pour arriver à bon port.

En plus des tremolo de la guitare de Pops Staples, qui ont fait la signature du groupe, on retrouve les voix des filles Staples et surtout celle de Mavis, l’autre star du groupe. Depuis ses dix ans, elle a chanté entre autre pour Ray Charles, Dr. John, Prince, Curtis Mayfield et Bob Dylan (qui paraît-il voulut épouser Mavis). Après la mort de son père, elle sortait à 70 ans passés deux album fabuleux "You Are Not Alone" et "One True Vine" avec un guitariste blanc, Jeff Tweedy du groupe Wilco (country-rock) qui est à nouveau à ses côtés ici pour jouer les autres instruments (et c’est encore une histoire de famille puisque son fils Spencer Tweedy (20 ans) tient ici la batterie.

Certains titres sont restés quasi tel quel, entre père et fille, comme ce Sweet Home, en forme de dernière demeure « Sweet Home »

Comme David Bowie et bien d’autres, les Staple singers ont parfois été accusé de trahison par certains de leurs fans, qui leur reprochaient d’avoir abandonné le répertoire gospel pur au profit d’une musique profane. Mavis Staples, comme son père est restée très croyante mais ne fait pas de distinction entre musique pop et religieuse, elle confiait aux Inrocks : « c'est juste de la musique avec un message positif. Beaucoup de chanteurs ont remplacé « Jésus » par « Baby » mais le message est le même ». Gotta serve somebody comme le dit la chanson de Dylan.

Extraits diffusés :

Somebody Was Watching

The Lady’s Letter

Sweet Home

Gotta Serve Somebody

Don’t Lose This (Anti Records)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......