LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Run The Jewels : envoie les bijoux

5 min

run the jewels
run the jewels

Onde sensuelle et mots qui tuent, vous écoutez Run The Jewels, traduisez par une menace armée "envoie les bijoux". Dire dans un même morceau “je lis des livres, sais faire mes maths, je baise et je rape” parler de chanteuse d’opéra, d’écrits Egyptiens, et avant cela, faire un jeu de mot sur un jihadiste qualifié de “petit pédé” (fuckboy) voilà qui résume un peu l’essence du verbe décapant de ces deux rappeurs, opposés à la circulation d’armes à feu et moralistes inattendus.

Ce ne sont pas les petits nouveaux chouchous à la mode, ils ont déjà 39 ans et un parcours « aigre-doux » selon leur mot : d’un côté Killer Mike (Michael Render) figure du rap d’Atlanta, il a croisé des artistes locaux comme Outkast ou T.I. mais est resté à son goût un « second couteau de luxe » et le second, Jaime Meline alias Ep P ou "El-Producto" est lui blanc, vient de Brooklyn, il avait signé un disque remarqué en 1997 mais sans succès public, leur rencontre et leurs différences – et un certain goût pour les mains arrachées de zombies - a fait le reste. Fermez les yeux vous croiserez peut-être une voix familière…

« la seule chose qui ferme aussi vite que nos cercueils c’est l’usine » finit Zach de la Rocha (chanteur de Rage against the machine) invité ici par Run The Jewels dans « Close Your Eyes (and count to fuck) ». Politique et regard social en toile de fond de chaque chanson, habillé de boucle et d’éclairs sonores : il y a un effet de friction des genres pour le moins brillant et très drôle chez Run The Jewels. Dans l’utilisation outrée et le retournement des clichés sexuels par exemple dans « Love again », très cru.

Les RTJ sont aussi les maitres de l’humour viral : pour financer leur album et doper leur campagne de crowdfunding ils proposaient des lots comme un « Retirement Plan Package » en gros mettre un terme à la carrière des deux artistes contre plusieurs millions de dollars. Celui-là n’a pas trouvé preneur. Un autre lot a beaucoup fait parler de lui : ré-enregistrer une version de leur album avec des samples de chats, les rappeurs avaient même lancé les auditions de petits chats, et ca a marché : 60 000 dollars récoltés pour « Miaw The Jewels ». Une somme intégralement reversée aux familles de Michael Brown et Eric Garner, deux adolescents afro-américains tués l’été dernier par des officiers de police.

Le 24 novembre dernier, juste avant un concert donné à St Louis, ils apprenaient en direct des loges le verdict du jury de Ferguson. Killer Mike a pris la parole pendant 4 minutes, très ému, il parle de son amitié avec un rappeur blanc, de sa peur pour ses propres enfants de 20 et 12 ans, et au delà des questions de race et de classe, de pourquoi ces jeunes sont tués : « il s'agit de pauvreté, et d'une machine de guerre économique qui vous utilise ».

Extraits diffusés :

Oh My Darling Don’t Cry

Close Your Eyes (and count to funck) feat. Zach de la Rocha

Love Again (Akinyele Back)

concert de RTJ à St Louis le 24 nov.2014 : Déclaration de Killer Mike

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Run the Jewels 2 (Masse Appeal Records)

Concert samedi 13 dec. 2014 à la Bellevilloise à Paris

voir aussi : “Oh Darling don’t cry” clip officiel :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......