LE DIRECT

Scriabine : Mazurkas à l’épreuve du temps

5 min

Mazurkas à l’épreuve du temps
Mazurkas à l’épreuve du temps Crédits : Radio France

Programme à la fois prospectif et passé ce matin avec cette intégrale des Mazurkas de Scriabine interprétées par François Chaplin. Prospectif parce que 2015 marquera le centenaire de la disparition d'Alexandre Scriabine (compositeur russe et d’abord pianiste il se blesse jeune à la main ce qui aura un grand impact sur lui et sa décision de jouer d’abord sa musique).

Et puis rétrospectif par ce que vous écoutez là un vieil enregistrement, réédité : pas très vieux (date de 1997) mais c’était il y a 17 ans tout de même et si Scriabine n’a pas changé (toujours bien mort) ce pianiste François Chaplin (qu’on connaît pour une belle intégrale Debussy) a changé, lui. Alors les photos ont été réactualisées, François Chaplin a maintenant les cheveux plus courts et légèrement grisonnants, et un des intérêts accessoires (mais pas futile) de cette réédition tient à mesurer combien une interprétation peut bien vieillir.

Certains interprètes reviennent sur ce qu'ils ont déjà enregistré, des violoncellistes qui ré-enregistrent (plusieurs fois même) les Suites de Bach comme une épreuve du temps, récemment le pianiste Jean-Marc Luisada a complètement révisé ses valses de Chopin (et sa coupe de cheveux au passage) moins de folie, de rubato, une toute autre approche, très réussi.

Chaplin lui, garde son Scriabine d’il y a 17 ans, ce qui ne veut pas dire que ne se joue pas ici aussi là une autre épreuve du temps.

Ces 21 Mazurkas de Scriabine, François Chaplin les joue rigoureusement dans leur ordre de composition. Oeuvres de jeunesses, ou de "première manière" écrites entre 1888 et 1903. Mais déjà, vous l’avez peut-être entendu entre l’opus 3 (premier extrait – on est encore vraiment sous l’influence de Chopin) et l’opus 25 (huit ans plus tard), on sent quelque chose de l’après-romantique, qui va s’affirmer pour aller jusqu’au « pas forcément tonal » des dernières Mazurkas. Scriabine n’en compose plus que deux en 1903 et l’on arrive par glissement, mais toujours dans la même forme, à quelque chose de plus étrange, onirique presque, pas encore les tentations mystiques et symbolistes qui l’occuperont à la fin de sa vie mais une étrangeté inquiétante assez belle. Une évolution dans les mazurkas qui dit presque la même chose que Paul Valéry à propos de la musique « seul art qui fixe les changements »

(Cahiers, Art et esthétique. tome II éditions de La Pléiade, Gallimard)

Extraits diffusés :

Mazurka No.3 en sol Mineur Op.3 Allegretto

Mazurka No.5 en do dièse mineur op. 25 Agitato

Mazurka No.1 en ré bémol majeur op.40 Allegro

Alexander Scriabin – Complete Mazurkas (Evidence – Harmonia Mundi)

François Chaplin en concert : ce soir 11 décembre 2014 à Taverny (récital) / le 27 janvier au Théâtre de Saint Cloud avec Didier Sandre (Mozart-Schubert- Chopin-Poulenc). A paraître début mars : disque Schubert (Aparté) suivi de concerts, notamment au Théâtre de l'Athénée à Paris.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......