LE DIRECT

Strauss, Netrebko : une robe rouge dans la neige

4 min

Richard Strauss Anna Netrebko
Richard Strauss Anna Netrebko Crédits : Radio France

« Dans les tombes crépusculaires J'ai longtemps rêvé De tes arbres et de tes ciels bleus De ton parfum et de tes chants d'oiseaux » (Herman Hesse)

Comme on ne s’en souvient pas forcément, on fêtait cette année le 150ème anniversaire de la naissance de Richard Strauss. Aucun rapport avec Yohann, le roi de la valse. A cette occasion, l’orchestre de la Staatskapelle de Dresde donna un concert de bienfaisance à la Philharmonie de Berlin en l’honneur de son ancien chef titulaire, et aussi pour financer la rénovation du Staatsoper Unter den Linden, lui aussi lié à la carrière de Strauss.

Concert porté par la soprane russe Anna Netrebko (elle que vous voyez ici en photo grande robe rouge sous la neige) et Daniel Barenboïm (le pianiste et chef d’orchestre). Au programme : ces Quatre Derniers Lieder de Strauss, chant du cygne d’un compositeur de 84 ans (qui avait déjà composé plus de 200 lieder) mais aussi celui de la musique romantique : considérez que ces lieder furent créé en 1950, en pleine domination de la musique atonale.

« Les couleurs sont importantes dans cette musique, explique Barenboïm, mais son secret réside dans son poids, dans son attraction terrestre et son apesanteur, dans son contact avec la terre et sa légèreté. »

La fin du troisième lied, l’heure du sommeil ou « En s’endormant » de Richard Strauss, thèmes de la fatigue, de l’accomplissement et de la mort, qui demandent toutes les nuances d’actrices à sa chanteuse. Anna Netrebko qui après s’être illustrée à l’opéra dans La Traviata, La Bohème, aborde maintenant des rôles plus complexes comme Lady Macbeth ou le soutien aux séparatistes en Ukraine. On passera aussi sur la mention des bijoux Chopard dans les crédits du livret. Car il n’y avait pas que sa voix exceptionnelle et ces Derniers lieder dans ce concert publié par Deutsche Grammophon, mais aussi Une vie de héros, grand poème symphonique de 1898. Comme un souffle wagnérien dans cette œuvre du jeune Richard Strauss (à l’époque il avait une trentaine d’années) portée par un orchestre au dessus de tout.

extraits diffusés :

Printemps (Frühling) Hermann Hesse

L’heure du Sommeil (Beim Schlafengehen) Hermann Hesse

Une vie de héros – Poème symphonique : Le Héros.

Richard Strauss : Anna Netrebko - Staatskapelle Berlin - Daniel Barenboim (Deutsche Grammophon )

concert le 10 mai 2015 au Théâtre des Champs Elysées, Paris

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......