LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le dessein numérique du chat

3 min
À retrouver dans l'émission

Par Thibault Henneton.
Hier, sans savoir que Philippe Geluck serait l'un des invités de cette matinale, on m'a offert mon premier Chat, une vraie coïncidence. Le titre de l'album, paru au tournant du millénaire : L'avenir du chat . Nous sommes donc là au tout début du Web, en 1999, le monde est dans l'attente du bug de l'an 2000 et l'échange de fichier en pair à pair fait ses débuts avec Napster. A l'époque, le chat a déjà son dessinateur, mais personne ne prévoit qu'il aura un tel dessein sur la Toile.

Aujourd'hui, on peut le dire, le chat est partout, en vidéos, en images, sous toutes les formes. Certains font des bonds, d'autres se contentent d'être « mignons », les plus téméraires passent dans des ventilateurs. POURQUOI ? Hein, pourquoi ? J'avoue n'avoir jamais compris la « domination des chats ». Puis j'ai récemment recueilli un chat dans mon foyer, et je me suis surpris à jouer avec lui, à trouver ses poses amusantes, à le prendre en photo même... Mais il m'est toujours très difficile de comprendre cette présence massive des chats sur les réseaux.

Peut-être parce que le chat, plus docile qu'un chien, plus autonome aussi, est l'animal rêvé des zones urbaines très denses (d'où peut-être son succès au Japon). De la même façon que l'informatique grand public a transformé le micro-ordinateur, au départ réservé aux programmeurs, en animal domestique individuel dont on ne connait pas le fonctionnement réel, le chat lui aussi est un mystère : la variation de la taille de sa pupille résiste à l'interprétation, son existence passée à jouer et roupiller interroge l'humain affairé. Ainsi, le chat est devenu le parfait véhicule de l'individu connecté – et néanmoins esseulé – le lieu de toutes ses projections, le support de toutes ses procrastinations. Les chats nuisent gravement à la productivité, c'est certain. Au début d'une enquête de Wired sur le complexe chat-industriel en ligne, l'auteur dit une chose extrêmement importante : quiconque entend conclure quoi que ce soit de la relation entre les chats et l'Internet doit bien faire attention à ne pas se laisser distraire par les chats de l'Internet. Tellement nombreux qu'ils sont utiles à la recherche en intelligence artificielle. L'an dernier, un puissant algorithme a été alimenté par des millions de vidéos Youtube. Pour voir ce qu'il était capable d'apprendre de toutes ces vidéos. Eh bien, figurez-vous que l'algorithme a appris à reconnaître les chats. Des millions de données brassées, l'algorithme a induit une forme – certes un peu floue – de chat, comme l'aurait fait un cerveau humain à force de voir depuis l'enfance cet animal, et rassemblant ses expériences sous le concept de chat. L'avantage de l'homme sur l'intelligence artificielle, c'est de nommer, par le langage, ce concept. Là où l'algorithme parvient mathématiquement à la formule du chat, l'homm associe l'information cérébrale – la reconnaissance de ce type particulier d'animal – à une information lingustique – ce type particulier d'animal appelé « chat ».

Voilà, j'ai compris la différence principale entre le chat de Geluck, relativement statique et observateur, et le chat de la Toile, chat observé et en mouvement. D'un côté, le comique passe surtout par la langue, par un langage qui est une image, etqui lui donne cette forte identité, qui fait qu'on associera toujours le Chat à son dessinateur ; de l'autre il passe par une image qui peut se passer de discours , mais qui reste toujours un langage, voire un algorithme. Et cetalgorithme des chats sert de liaison aux hommes, aux femmes et aux machines.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......