LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gustave Flaubert (1821-1880) et Guy de Maupassant (1850-1893)

Procès littéraires : quand Flaubert soutenait publiquement son ami Maupassant

4 min
À retrouver dans l'émission

Solidarités d'écrivains face à la censure. Le 19 février 1880, trois mois avant sa mort, Gustave Flaubert écrit à Guy de Maupassant pour le soutenir face au procès qui vient de lui être intenté pour outrage aux bonnes moeurs. En matière de procès, l'auteur de Madame Bovary sait de quoi il parle...

Gustave Flaubert (1821-1880) et Guy de Maupassant (1850-1893)
Gustave Flaubert (1821-1880) et Guy de Maupassant (1850-1893) Crédits : Getty / AFP - AFP

"Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà" écrivait Pascal. Le procès intenté à Guy de Maupassant en 1880 par un tribunal d’Etampes suite à la publication d’Au bord de l’eau, une nouvelle en vers, donne l’occasion au journal Le Gaulois d’écrire que ce qui était « inoffensif à Paris » est jugé « abominable à Etampes. » En plein cœur de l’affaire, un journaliste rend visite à Maupassant qui lui confie une lettre qu’il vient de recevoir… de Flaubert. Ce soutien public aura-t-il fait pencher la balance ? L’affaire en tout cas se conclura par un non-lieu.  

« Hé bien, ils sont jolis à Etampes ! Allons-nous relever de tous les tribunaux du territoire ? Prévenu « pour outrage aux mœurs et à la morale publique », deux aimables synonymes, qui font deux chefs d’accusation. Moi, j'avais à mon compte un troisième outrage: « et à la morale religieuse », quand j'ai comparu devant la huitième chambre avec Madame Bovary. Procès qui m'a fait une réclame gigantesque, et à laquelle j'attribue les trois quarts de mon succès. Qu'on vous poursuive pour un article politique, soit ; bien que je défie tous les parquets de m'en démontrer l'utilité pratique ; mais pour des vers, pour de la littérature. Non ! c'est trop fort ! Ils vont te répondre que ta poésie a des tendances obscènes ! Avec la théorie des tendances, on peut faire guillotiner un mouton, pour avoir rêvé de la viande. Il faudrait s'entendre définitivement sur cette question de la moralité dans l’État. Ce qui est beau est moral, voilà tout et rien de plus. La poésie, comme le soleil, met de l'or sur le fumier. Tant pis pour ceux qui ne le voient pas. Tu as traité un lieu commun, parfaitement, et tu mérites des éloges au lieu de mériter l'amende et la prison. Gustave Flaubert

  • "Gustave Flaubert et les procès littéraires", Le Gaulois, 21 février 1880
  • Lecture : Daniel Kenigsberg
  • Réalisation Séverine Cassar
  • En partenariat avec Retronews, site de presse de la BNF
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......