LE DIRECT
Dick Rivers

Dick Rivers : "Le rock'n'roll est d'abord un phénomène social"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le magazine de la chanson reçoit pour ce numéro le chanteur de rock français Dick Rivers. Vedette des années "yéyé" et ancien chanteur du fameux groupe les "Chats sauvage", il se confie sur ses influences musicales, ses méthodes de travail et sur son dernier album, "Mister D".

Dick Rivers
Dick Rivers Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Cette semaine, la productrice Hélène Hazéra reçoit l'icône du rock français Dick Rivers, pour son nouvel album Mister D. Il a marqué la génération "yéyé" avec des tubes entraînants tels que "Rien que toi" et "Va t’en va t’en". Né en 1945 à Nice, Dick Rivers découvre très tôt le blues puis le rock. En 1961, il fonde et chante au sein des "Chats sauvages", qu’il quittera un an plus tard. Dans les années 1980, il élabore des albums à succès pour Alain Bashung. 

Souvent les artistes se fabriquent un personnage pour appréhender la scène. Dans les années 1960, celui que l'on prénomme encore Hervé Fornéri décidé de se faire appeler "Dick Rivers", un pseudonyme anglophone, comme l'ont déjà fait ses compères Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. "Dick Rivers", un nom de scène en hommage au personnage Deke Rivers, interprété par son idole Elvis Presley dans le film Loving You d’Hal Kanter, sorti en juillet 1957. 

Je n'ai jamais cherché à me déguiser. Je suis ce que j'étais quand j'avais 13, 14 ou 15 ans. Je m'habille toujours pareil. J'aime les guitares Gibson, les bottes de cow-boy, mais je suis quelqu'un de simple. Dick Rivers

Parmi les chansons de Dick Rivers, nombreuses sont celles écrites par le parolier et écrivain Jean Fauque, qui collabore également avec Alain Bashung : 

Je ne suis qu'un interprète. Très souvent, les journalistes me disent "Mais dans cette chanson, qu'avez-vous voulu dire ?". Mais je n'ai rien voulu dire ! Ce sont les auteurs qui écrivent mes chansons. On me présente des musiques, et après mes auteurs ont le talent nécessaire pour mettre des mots dessus. J'épouse le talent de quelqu'un, et j'assume ! Je m'approprie le texte. Dick Rivers

Cuivres, violoncelle... Mister D est très loin des premiers albums de Dick Rivers. Dans les années 1960, il se contentait d'un bassiste, un guitariste et un batteur, pour un son plus brut : 

J'ai toujours voulu évoluer. Je me considère comme un éternel débutant. En réalité, je répète. Toute ma vie, j'ai voulu apprendre et connaître des gens, des sentiments nouveaux à travers la musique que j'adore plus que tout. Dick Rivers

Je me rappelle, quand j'ai fondé le groupe les "Chats sauvages" le jour de mes 15 ans, mon rêve c'était déjà d'être en studio avec des musiciens. A l'époque, le rythme était infernal, on faisait un disque par jour. Dick Rivers 

Il y a quelque chose d'italien dans la voix de Dick Rivers, et un maniérisme dans sa façon de chanter du rock : 

J'écoutais beaucoup la musique italienne. J'avais la chance d'avoir vécu à côté d'une base américaine, dans la rade de Villefranche. A Nice, c'était bourré d'Américains, qui amenaient avec eux leur culture, et donc la musique ! C'est comme ça que j'ai découvert le blues et le rock'n'roll. C'est pareil pour Alain Bashung, qui vient de l'Est. Il y avait une base américaine dans son village, il a eu la même jeunesse que moi ! Et j'ai aussi eu l'influence de la musique italienne, Adriano Celentano, qui faisait du rock italien ! Dick Rivers 

Pour nous le rock'n'roll, c'était les Etats-Unis et l'Angleterre avant tout. Puis j'ai eu envie de venir monter à Paris, parce qu'il y avait un petit jeune qui cassait la baraque. Il s'appelait Johnny Hallyday. Alors j'ai quitté Nice, pour monter à Paris. Dick Rivers

Je suis de l'école sudiste. Je me suis défendu dans mon coin pour avoir ma propre identité. J'étais un petit provincial qui est arrivé à Paris. Et c'est ce qui a fait naître cette rivalité ridicule entre moi et les autres. Dick Rivers 

Le rock'n'roll n'est pas un phénomène musical, il est d'abord social ! Tous les films qu'on voyait étaient américains. Le rêve des jeunes de mon âge, c'était d'aller aux Etats-Unis. Et il y avait cette musique qui nous touchait. Mais j'adorais aussi Georges Brassens. Dick Rivers

Par Hélène Hazéra

Réalisation: Patrick Molinier

Dick Rivers
Dick Rivers
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......