LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Ronaldo Schemidt à Amsterdam, le 13 avril 2018, pour une exposition de son travail et de son "image de l'année"

Venezuela : retour sur l'image symbole et primée d'un homme en feu

4 min
À retrouver dans l'émission

C'est un jeune homme qui court, enveloppé dans un tourbillon de flammes lors d’une manifestation au Venezuela. Cette photographie, prise il y a un an lors des violentes protestations contre le président Nicolas Maduro, a remporté le grand prix 2018 du "World Press". Entretien avec son auteur.

 Ronaldo Schemidt à Amsterdam, le 13 avril 2018, pour une exposition de son travail et de son "image de l'année"
Ronaldo Schemidt à Amsterdam, le 13 avril 2018, pour une exposition de son travail et de son "image de l'année" Crédits : Grigoriy Sisoev / Sputnik - AFP

Le photographe vénézuélien Ronaldo Schemidt travaille au bureau de l’Agence France Presse à Mexico. 

Celui qui avait travaillé deux mois au Venezuela a récemment remporté le célèbre prix du "World Press" pour son image de Jose Victor Salazar Balza, 28 ans, en feu, lors d’affrontements violents avec la police anti-émeute pendant une manifestation à Caracas contre le président Nicolas Maduro.

Notre correspondante, Emmanuelle Steels, l'a rencontré pour évoquer avec lui la situation au Venezuela.

Je n'ai pas oublié Jose Victor Salazar Balza. J'aimerais un jour le rencontrer pour parler de cet instant terrible qui nous a réuni. Cette photo représente non seulement ce qui est arrivé à cet homme, mais aussi tout ce qui continue de se passer au Venezuela. L'important avec ce prix est l'attention qu'il attire sur la situation au Venezuela, sur ce que reflète ce niveau de violences. C'est un pays où il n'y a pas de nourriture, pas de médicaments, où l'inflation est hors de contrôle et où il y a un exode des habitants vers la frontière. C'est le rôle de notre travail de mettre ceci en évidence.              
Ronaldo Schemidt

"Ma photographie n'est pas un instrument politique"

Cette image et ce prix ont fait réagir pro et anti Maduro. Ronaldo Schemidt avait anticipé la portée de son cliché dès son envoi. Il savait qu'il pouvait être politiquement incandescent :

Au moment d'envoyer la photo à mon agence (AFP), j'ai tout de suite sorti mon téléphone parce que je me suis dit qu'il fallait que j'explique cette image pour éviter toute confusion. Je ne voulais pas qu'elle soit politisée. J'ai dit à l'agence qu'il s'agissait d'un accident, que le jeune avait été brûlé dans l'explosion d'une moto de la police nationale. Je ne veux pas que l'opposition récupère ma photo pour attaquer le gouvernement ou que le gouvernement la récupère pour attaquer les opposants. Si les deux camps se réunissaient pour dialoguer, ils reconnaîtraient que ce type d'événements est la conséquence d'un mécontentement social au Venezuela, qui pousse les gens à manifester contre le pouvoir. Ma photographie n'est pas un instrument politique, mais c'est le genre de réactions qu'elle provoque et il n'y a aucun moyen de contrôler cela.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......