LE DIRECT
Le quartier de la Noé à Chanteloup-les-Vignes a terminé la rénovation de ses ensembles en 2015

Plan banlieue : il ne suffit pas de rénover les murs !

4 min

Le président Macron doit statuer sur le rapport qu'il avait commandé à l'automne dernier à 200 acteurs de terrain des quartiers prioritaires, sous l'égide de Jean-Louis Borloo. Derrière les discours, se pose la question des moyens alloués à l'éducation ou l'emploi. Reportage à Chanteloup-les-Vignes.

Le quartier de la Noé à Chanteloup-les-Vignes a terminé la rénovation de ses ensembles en 2015
Le quartier de la Noé à Chanteloup-les-Vignes a terminé la rénovation de ses ensembles en 2015 Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

Le quartier de la Noé, à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, abrite 6 000 habitants, sur les 10 000 que compte la commune, dont 48% a moins de 24 ans et 1 sur 4 moins de 12 ans. Dans les rues qui ont été ouvertes sur l'extérieur grâce à l'enveloppe de 117 millions d'euros du premier Plan de rénovation urbaine, (dont l'enveloppe nationale est évaluée à 48 milliards depuis 2003) les jeunes sont omniprésents, surtout depuis que le gouvernement a supprimé une partie des subventions et des emplois aidés aux associations du quartier. Catherine Arenou, la maire Les Républicains de la ville a d'ailleurs fait partie du fameux "appel de Grigny" qui a abouti au rapport Borloo présenté le 26 avril dernier.

Les murs ont changé mais les problèmes demeurent

Le quartier prioritaire, qui était une des priorités du plan Borloo en 2003, est aujourd'hui plus propre avec des espaces verts, un terrain de basket, une mosquée, un Bureau d'Information Jeunesse baptisé du nom de Jean-Louis Borloo, une immense maison pour l'emploi.

Y'a pas d'emploi ici, c'est pour ça que les jeunes errent dans les rues. Il y a des entreprises sur la commune, mais elles emploient des gens de l'extérieur, peut-être parce qu’être de Chanteloup cela fait peur aux employeurs."                      
Une habitante près du centre social Grain de Soleil

Près du jardin des Mais, une jeune fille de 14 ans me lance en riant : "Il y a trop de trafiquants et parfois des carcasses de voitures brûlées", avant de rajouter combien elle aime son quartier pour les gens qui y vivent. Dans les années 1980, l'ancien maire de la commune avait lancé tout un plan de soutien aux associations, avec cette maxime "ne pas attendre de l'Etat, faire par et pour les habitants". Ainsi sont nées Grain de Soleil ou la crèche Baby Loup qui a déménagé depuis l'affaire. Mais en trois ans, le centre social a perdu la moitié de ses revenus, alors que les besoins ont été multipliés par 4. 

Dans le quartier de la Noé, personne n'accepte d'être photographié
Dans le quartier de la Noé, personne n'accepte d'être photographié Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

Le problème est qu'il y a trop de jeunes qui errent dans les rues. Ils sont déscolarisés et happés par l'illicite. Ce n'est pas un choix personnel. On ne se réveille pas un beau matin en se disant : je vais devenir dealer ou criminel. Beaucoup de jeunes ici voudraient créer leur entreprise, mais ils n'ont pas les clefs pour le faire. Il faudrait coordonner les structures et mieux informer les jeunes.                  
Abdallah Sissoko, éducateur spécialisé

Faire le pari de l'éducation - "Ici, avec des déchets, on fait des gâteaux"

C'est ce que répète la maire LR de la ville Catherine Arenou. Engagée depuis l'automne sur le rapport Borloo, elle a piloté l'un des dispositifs mis en avant par le texte : une cité éducative.

Au mois d'avril, une des écoles du quartier de la Noé a été incendiée par des trafiquants de drogue : 200 enfants ont dû être scolarisés ailleurs en urgence et les travaux de nettoyage ont pris plus d'un mois. L'édile en a profité pour lancer son projet de cité éducative. Il s'agit de concentrer de 3 ans jusqu'à la fin de la troisième, dans un même ensemble architectural, tous les acteurs qui participent à l'éducation de l'enfant : les parents, les enseignants, les éducateurs, les associatifs.

J'ai repris l'idée dans les quartiers nord de Marseille parce que ça marche ! En se concentrant autour des enfants on fait aussi évoluer les parents vers plus d'ouverture, d'intégration et d'employabilité. Après, c'est une question de moyens et donc de choix politiques.            
Catherine Arenou

Le budget de 20 millions d'euros de cette cité éducative de Chanteloup-les-Vignes sera cofinancé par des fonds régionaux que vient de débloquer le Préfet d'Ile-de-France, grâce à l'insistance et à la conviction de la maire de la ville et de son équipe.

Faire le pari de la culture pour tous : "il faut donner du rêve"

L'ouverture, c'est l'un des maîtres mots des projets de la municipalité de Chanteloup. Depuis 25 ans, elle soutient le pari fou d'une Brésilienne arrivée sans papier et qui, avec sa Compagnie des contraires, fait du théâtre et du cirque de prévention dans la cité de la Noé.

Il faut aller chercher les jeunes dans la rue pour éviter qu'ils ne servent d'indic aux trafiquants. Si on leur donne la culture, alors ils cessent d'être éduqués par les grands du quartier. Ils se mettent à penser par eux-mêmes.      
Neusa Thomasi

Chanteloup-les-Vignes sera bientôt connue également pour sa salle de spectacle en forme de chapiteau en bois
Chanteloup-les-Vignes sera bientôt connue également pour sa salle de spectacle en forme de chapiteau en bois Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

Aujourd'hui, la compagnie accueille 2 000 enfants par an, dont 60% viennent des quartiers prioritaires. En 25 ans, elle a fait grandir 3 générations de jeunes qui lui confient à leur tour leurs enfants. Certains ont fait carrière dans le spectacle, mais la plupart se réjouissent de la prochaine inauguration d'un chapiteau en dur et en bois qui abritera les cours, les stages, les résidences et aussi de nombreux rendez-vous culturels.

Qui sait, peut-être qu'à l'avenir les gens ne viendront plus à Chanteloup-les-Vignes pour acheter de la drogue mais pour voir un spectacle !      
Un jeune du quartier de la Noé

Reportage de Cécile de Kervasdoué

Intervenants
  • maire (divers-droite) de Chanteloup-les-Vignes (78), vice-présidente de l’association des maires Ville et Banlieue.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......