LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Archange Gabriel, Annonciation, détail, Morra, Ombrie, fresque, gothique tardif

Connaissance des Pères de l’Eglise

22 min
À retrouver dans l'émission

Ou le Discours solennel du Christ ressuscité par Narsaï (IVe siècle ap. J.-C.), avec la théologienne Colette Pasquet.

Archange Gabriel, Annonciation, détail, Morra, Ombrie, fresque, gothique tardif
Archange Gabriel, Annonciation, détail, Morra, Ombrie, fresque, gothique tardif Crédits : Trestina

Le théologien Narsaï a enseigné à l’Ecole d’Edesse (dite « Ecole des Perses ») après Saint-Ephrem ayant comme condisciple Jacques de Saroug. Fidèle disciple de Théodore de Mopsueste, il quitte la ville d’Edesse après l’installation de l’évêque Cyrus en 471 pour rejoindre Nisibe et y fonder une nouvelle école. Ses Homélies Liturgiques semblent avoir été écrites à Edesse, l’Homélie sur la Résurrection avant 440 et les polémiques avec Eutychès suite au Concile de d’Ephèse.

Le discours du Christ victorieux (vers 285-308) s’organise autour de deux problématiques majeures : d’une part le Christ est victorieux de l’ennemi de la race humaine Satan et lui ôte tout pouvoir, d’autre part cette victoire s’effectue avec la puissance de l’Esprit et le Christ appelle les hommes à combattre avec cette même armure. 

La figure de l’Ennemi s’y dévoile aussi dans ses multiples facettes. Les thèmes ayant déjà été abordés plusieurs fois dans l’homélie, ce discours, fait donc figure d’une récapitulation.

Discours du Christ ressuscité 

Homélie de Narsaï sur la Résurrection

" Comme un chef militaire sa voix s’éleva devant ses soldats : 

« Debout ! reprenez courage ! Moi, j’ai vaincu la mort et le Mauvais,

Moi, j’ai soutenu un combat caché dans un corps visible

et j’ai vaincu le Fort au combat et dépouillé sa richesse.

j’ai engagé un juste procès contre lui devant le Juge

et alors l’ai condamné Lui qui tenait iniquement captive note race.

L’écrit d’iniquité, il l’a produit, montrant face aux lois

qu’il n’était pas confirmé par la signature des témoins éprouvés,

et donc fut révélé le mensonge caché dans ses paroles. 

Le roi lui-même l’a réprimandé et a donné l’ordre de L’exiler.

Dés lors, j’ai vaincu et condamné le Fort, l’ennemi de notre race.

Moi, j’associe aussi mes compagnons à la grandeur de ma victoire.

L’Esprit m’a donné la puissance de la vie immortelle.

et en lui Je fournis une arme contre la passivité face aux passions.

Voici l’armure spirituelle forgée pour les charnels,

les mortels l’ont revêtue, ils ont combattu et vaincu spirituellement.

Par une sentence de mort vous avez été condamnés et donnés en otages.

Venez, recevez gratuitement l’(acte)écrit de vos dettes et recevez la vie.

Par ma propre mort où j’ai piétiné la mort qui corrompt les hommes

et grâce à ma victoire, il est condamné, déshonoré, le Seigneur de l’air.

Vive la victoire de celui qui, quand il a été vaincu, a vaincu le tyran.

Vive la chute du corporel qui tomba et ressuscita 

le mortel chuta, le temple de la chair que l’Esprit a édifié, 

mais la volonté du Roi21 qui l’avait habité l’a renouvelé et édifié à nouveau."

Colette Pasquet a soutenu un doctorat conjoint en Théologie (ICP de Paris) et Histoire des religions et Anthropologie religieuse (Paris IV), en juin 2006. « L’homme, image de Dieu, Seigneur de l’univers - L’interprétation de Gn 1, 26 dans la tradition syriaque orientale ». 

Elle est membre de la Société d’Etudes syriaques de Paris depuis sa création et membre du comité de rédaction de la revue « Connaissance des Pères de l’Eglise » depuis 2006.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......