LE DIRECT

Muriel Debié, "Ephrem le Syrien, un poète pour notre temps"....

23 min
À retrouver dans l'émission

Saint Ephrem, dit "le Syrien", naît en Mésopotamie, vers 306, à Nisibe...Il est l'auteur des "Chants de Nisibe", qui reparaissent aujourd'hui sous le titre : "La Descente aux enfers", aux éditions Bellefontaine. Saint Ephrem, un poète pour notre temps...

Ephrem le Syrien
Ephrem le Syrien

Saint Ephrem , dit "le Syrien ", naît en Mésopotamie, vers 306, à Nisibe, et part pour Edesse, après l'occupation de la ville par les Perses en 363, qui y resteront jusqu'aux conquêtes musulmanes de 640. Il est sans doute le plus important écrivain écclésiastique syriaque de l'époque ancienne ; il est à la fois poète, homme d'action, moine et témoin. Ses "Carmina Nisibena" , qui paraissent aujourd'hui sous le titre "La descente aux enfers" , aux éditions de Bellefontaine (traduction par le frère Dominique Cerbelaud), décrivent les vertus du moine, que sont la virginité, le jeûne, la soumission à l'observance, la charité...

A Nisibe, Ephrem s'en prend aux pratiques païennes restées vivaces. A la suite de Paul, il souhaite à son tour être le témoin de la fin des temps, où la "résurrection des vivants" sera tout aussi prodigieuse que la "résurrection des morts".

Dans son ouvrage "L'écriture de l'histoire en syriaque" * (éditions Peeters), Muriel Debié se penche sur cette ville de Nisibe d'implantation très ancienne (son nom venant de l'assyrien *Nasibïna ). Elle était déjà un évêché en 325, lors du Concile de Nicée auquel participa son évêque Jacques.

Lieu de contact entre les empires, Nisibe était aussi un lieu de rencontre des Eglises orientale et syro-orthodoxe. "Elle était, depuis le Concile de l'Eglise de l'Est de 410, la métropole du Bet' Arabaye", dit Muriel Debié. Le genre de la chronique dont elle parle dans son livre, "L'écriture de l'histoire en syriaque" , y a été très important. Mais, ici, dans "La descente aux enfers" , recueil des hymnes de Nisibe, c'est bien de poésie qu'il s'agit, et de l'étonnante modernité de l'écriture poétique d'Ephrem, "sensiblement plus proche d'un René Char... que d'un Chénier" , écrit dans sa préface le traducteur Dominique Cerbelaud...

Les Chants de NIsibe : une sorte de parole en archipel... des matinaux... des feuillets d'Hypnos - en tout cas, fureur et mystère...

* "La Colère est venue morigéner les rapaces qui en pleine / paix / marchandaient, escroquaient et trafiquaient. Au risque de / provoquer la Colère se sont enrichis ces rapaces! / Ce qui est à eux est à présent dispersé - eux qui amassaient ce qui n'est pas à eux." (p.67)*

Intervenants
  • Professeur des universités, directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études/PSL, où elle est titulaire de la chaire Christianismes orientaux.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......