LE DIRECT

Olivier Roy / "Peut-on parler des chrétiens d'Orient?" Interrogations sur leur avenir..."

24 min
À retrouver dans l'émission

Olivier Roy
Olivier Roy Crédits : Radio France

Sébastien de Courtois reçoit Olivier Roy , auteur de "En quête de l'Orient perdu" (Seuil)....

Olivier Roy s’est imposé comme un spécialiste mondial de l’islam politique. Mais l’acuité de son point de vue est-elle simplement due au savant travail d’un universitaire méditant les bouleversements géopolitiques dans la solitude de son cabinet ? Non : ce livre d’entretiens montre au contraire ce que ses analyses doivent à l’épreuve du terrain. De ses engagements étudiants pendant les « années de poudre » aux voyages répétés en Afghanistan avant et pendant la guerre des années 1980, en passant par la Turquie, l’Iran, le Pakistan ou le Yémen, jusqu’à ses fonctions « officielles » en Asie centrale et sa consécration scientifique, il revient sur un parcours surprenant, voire iconoclaste, conté avec talent et liberté.Mais au-delà d’un récit vivant et coloré, les événements deviennent prétextes à de multiples réflexions, inédites et stimulantes pour l’intelligence de notre situation actuelle. Le livre prolonge en effet la réflexion originale d’Olivier Roy sur ses objets de prédilection : l’islam politique bien sûr, mais aussi l’« invention des nations » postsoviétiques, le rapport du chercheur aux États qui le consultent et, plus largement, le devenir des cultures, des religions et de la laïcité dans les soubresauts de la mondialisation.Préface d’Olivier Mongin et Jean-Louis SchlegelOlivier Roy, directeur de recherche au CNRS, enseigne aujourd’hui à l’Institut universitaire européen de Florence. Il a notamment publié, au Seuil, L’Islam mondialisé (2002 ; « Points Essais », 2004) et La Sainte Ignorance. Le temps de la religion sans culture (2008 ; « Points Essais », 2012).

"(...) Je voulais aller dans les lieux perdus où, si possible, aucun "homme blanc" n'aurait jamais mis les pieds. Une petite région située près du Pakistan, le Nouristan, semblait répondre à mes voeux. Elle avait toujours nourri l'imagination des voyageurs, car elle était interdite. Ses habitants parlaient une langue indo-européenne très ancienne; ils n'étaient convertis à l'islam que depuis trois générations; et enfin leur civilisation - avec des tables et des chaises basses - était très différente de celle des autres ethnies. On disait que ces montagnards à la culture très spécifique étaient les descendants de guerriers d'Alexandre qui s'étaient perdus dans les montagnes. Il est vrai que la proportion d'yeux bleus y est très supérieure à celle qu'on trouve ailleurs en Afghanistan ou au Moyen-Orient. Ce n'était bien sûr qu'une des innombrables variantes de la légende de la légion ou de la tribue perdue..." ("En quête de l'Orient perdu ", p.21)

"(...) je retournais à l'Orient et à la sagesse première et éternelle. " (Arthur Rimbaud , "Une saison en enfer ", "L'impossible")

Intervenants
  • politologue spécialiste de l’islam, professeur à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......