LE DIRECT

Patrick Blanc / La mosaïque retrouvée du monastère Saint-Gabriel (Turquie)...

23 min
À retrouver dans l'émission

Mar Gabriel
Mar Gabriel

Sébastien de Courtois reçoit Patrick Blanc , restaurateur spécialisé dans la conservation et la restauration des mosaïques antiques, directeur de l'Atelier de conservation et de restauration du Musée départemental Arles antique...

"Mar Gabriel. Le monastère fut fondé en 397 après J.-C. sur le plateau du Tur Abdin, aux limites orientales de l’empire. La légende et l’histoire se mêlent lorsqu’un moine du nom de Samuel, aidé par un habitant du village de Qartamin, fonda une nouvelle communauté. Une nuit, un ange leur ordonna de construire un monastère à l’endroit où ils se trouvaient. Ce monastère devint un haut lieu spirituel, accueillant jusqu’à 400 moines à son apogée, retenant l’attention des empereurs de Constantinople, chacun y laissant son empreinte.

En 512, l’empereur Anastase (491-518) finança la construction de l’église principale et la réalisation de la mosaïque ornant le sanctuaire. Ces rinceaux que l’art du mosaïste du VIe siècle fait monter vers le ciel au-delà de la voûte, ces médaillons ornés de croix sont à l’image de la foi de l’empereur. Mais cette mosaïque, ce sanctuaire était vraisemblablement aussi un manifeste qu’Anastase, empereur chrétien, opposait aux Perses qui se pressaient à ses frontières.

En 1909, la grande voyageuse Gertrude Bell a (re)découvert et photographié cet exceptionnel ensemble. La chance a voulu qu’un siècle plus tard, la mosaïque de la voûte et le pavement étaient toujours préservés. Nous devons cela à la présence permanente de la communauté religieuse qui a su veiller à leur protection.

Mar Gabriel est pour nous, aujourd’hui, une rencontre avec des mosaïstes antiques dont l’ultime trace est ce travail réalisé par eux, que nous sauvegardons. Le métier de restaurateurs appartient à ces métiers riches de la transmission d’un héritage. Notre but est d’assurer, par la conservation, le passage du patrimoine aux générations futures. Nous intervenons pour consolider et nettoyer la mosaïque afin de lui rendre sa lisibilité. C’est un travail de toute une équipe de restaurateurs, mais aussi de scientifiques, d’archéologues qui ont ainsi l’occasion de compléter l’analyse technique et historique de la mosaïque.

Lors de ces missions, nous vivons au rythme du monastère : temps de travail, repas, offices… Nous passons aisément plusieurs jours d’affilée, des semaines sans sortir de l’enceinte du monastère. Pris par notre travail qui demande une grande concentration et dont les gestes peuvent être parfois répétitifs, le lieu facilite de longs monologues intérieurs. C’est un temps de réflexion dans la vie… Quotidiennement, Monseigneur Samuel Aktas, évêque du Tur Abdin, vient nous voir, s’intéresse à l’avancement et aux difficultés de notre travail nous croisons les moines, les sœurs qui passent furtivement voir ce que nous faisons.

Les conflits de la région. C’étaient les Kurdes, c’est l’Irak, et aujourd’hui, plus près encore, la Syrie. Depuis deux ans, à Médyat, est installé un important camp de réfugiés. Cependant, le monastère vit un peu à l’écart de ce tumulte dramatique même si la moindre nouvelle des tragédies qui touchent les communautés de ces régions est reçue avec gravité et meurtrit les religieux mais tout est pudiquement retenu, amorti. Mar Gabriel est un sanctuaire où les pèlerins, souvent venus de loin, se recueillent et se réunissent pour prier, trouver quelques instants de paix"...

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......