LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Croix-sceaux nestoriens trouvés en Mongolie Intérieure (Chine)

La pérégrination vers l’Occident, avec Pierre Klein

22 min
À retrouver dans l'émission

En 1275, alors que l’Empire mongol domine l’Asie, de la Chine à l’Euphrate, deux moines ouïghours chrétiens nestoriens vivant à Pékin, décident de se rendre en pèlerinage à Jérusalem…

Croix-sceaux nestoriens trouvés en Mongolie Intérieure (Chine)
Croix-sceaux nestoriens trouvés en Mongolie Intérieure (Chine) Crédits : Sébastien de Courtois (2007)

Parvenus en Mésopotamie, le catholicos nestorien – le pape de l’Eglise d’Orient – et l’empereur mongol de Perse leur font bon accueil. Cependant, ils ne peuvent poursuivre leur périple à cause de la guerre entre les Mongols et les Mamelouks. Ils séjournent dans cette région depuis quatre ans quand le catholicos vient à mourir. Les évêques, qui doivent élire leur nouveau patriarche, sont désemparés face aux mœurs, aux coutumes et à la langue des maîtres du nouvel Empire mongol. Ils ont alors l’idée lumineuse de choisir Marcos, puisque les Ouïghours et les Mongols sont deux peuples très proches sortis des steppes d’Asie centrale. 

Bien que Marcos proteste, se sentant incapable de remplir cette tâche, il sera catholicos durant près de quarante ans, sous le nom de Jabalaha III. Çauma, grâce à sa maîtrise des langues, sera l’ambassadeur du khan auprès des puissances européennes pour tenter de sceller contre les Mamelouks une alliance qui aurait pu changer la face du monde. Çauma devient ainsi le premier homme connu à avoir parcouru l’Asie et l’Europe, du Pacifique à l’Atlantique.

Jabalaha est le catholicos d’un véritable âge d’or de l’Eglise d’Orient, la plus vaste de l’époque. Cependant, à la fin de sa vie, il sera le témoin impuissant de son naufrage, victime de l’islamisation intolérante des Mongols.

La biographie des deux moines fut écrite en syriaque au début du XIVe siècle, peu de temps après la mort de Jabalaha, par l’un de ses proches, et fut retrouvée en 1887 au Kurdistan. 

A travers ses voyages aussi bien réels que littéraires, Pierre Klein est tombé très jeune sous le charme de l’Asie. Cette passion l’a amené à la découverte de la chronique relatant le voyage des deux moines, qu’il présente de manière attrayante dans son ouvrage. Il explique : 

L’histoire de l’Eglise nestorienne est méconnue. Revenir à la source de la présence des chrétiens au Moyen-Orient, comprendre leurs originalités, observer une des périodes de leur épanouissement, discerner les constantes de leur situation, tout cela permet de mieux apprécier la place des chrétiens d’Orient d’aujourd’hui. De prendre conscience de leur ancrage et de leur légitimité dans une région où leur présence est trop fréquemment contestée. Par pure ignorance ou par avidité sordide. Ceux qui habitent dorénavant en France connaissent souvent mal leurs racines, ce livre sera aussi, je le souhaite, une opportunité pour eux de se les réapproprier.

Ce roman est le premier de Pierre Klein. Il a été couronné par le Prix littéraire 2020 de L’Œuvre d’Orient. 

A lire aussi

Un entretien avec Pierre Klein par L'Œuvre d'Orient 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......