LE DIRECT
Sanjay Subrahmanyam

Sanjay Subrahmanyam : Aux origines de l'histoire globale

59 min

Dès la fin du XVIe siècle, les historiographies se mettent "en conversation". De l’Asie orientale, à l'Europe et à l’Amérique espagnole, nous explorons les mutations et les rencontres dans un monde connecté au regard de l’histoire globale telle que Sanjay Subrahmanyam la définit et la pratique.

Sanjay Subrahmanyam
Sanjay Subrahmanyam Crédits : Patrick Imbert / Collège de France

« Après un rapide survol des tendances historiographiques sur la longue durée »,  l'historien, Sanjay Subrahmanyam explique dans sa leçon inaugurale que :

« la circulation des textes et des matériaux oraux et écrits entre les XVIe et le XVIIIe siècles a produit une conjoncture générale qui permettait un éventail de possibilités quant à la production historique à l’échelle globale ».

Les « historiographies se mettent clairement « en conversation » entre 1580 et 1620.

Cette généalogie de l’histoire connectée est nourrie d’une série d’exemples concrets où le polyglotte Sanjay Subrahmanyam jubile à donner les noms de ces prédécesseurs mongols, portugais, ottomans, chinois… et les titres des ouvrages et autres chroniques dans leur langue d’origine. On voyage dans les textes, dans les temps et les thèmes mais aussi dans les sonorités…

Sanjay Subrahmanyam voit dans les «histoires connectées» «une notion globalisante permettant d’interpréter les changements historiques à la fois, à la grande et à la petite échelle, et dont la proposition centrale est de prendre à contre-pied la conception géographique sous tendant l’historiographie conventionnelle».

Il pratique cette histoire avec la malice iconoclaste d’un savant aux semelles de vent.

Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences, cet historien, né à New Delhi, a enseigné à l'École des hautes études en sciences sociales, à l'université d'Oxford et à l'université de Californie à Los Angeles. Il est titulaire de la chaire d'Histoire globale de la première modernité, depuis avril 2013 au Collège de France.

Pour l’historien, Roger Chartier, qui y enseigne également,

«écrire une telle histoire n’est pas entreprise aisée mais Sanjay Subrahmanyam incarne, par sa trajectoire même, les exigences scientifiques qui doivent la porter […]. Son parcours universitaire est lui-même fait d’histoires connectées entre l’Inde, l’Europe et les Etats-Unis. Sanjay Subrahmanyam est un historien dont l’œuvre et les recherches manient toutes les formes de cette histoire sans frontières, que ce soit l‘histoire des empires, l’histoire comparée des économies et des cultures et celle qui inscrit dans de grands espaces les rencontres espérées ou inattendues, paisibles ou violentes. Il dresse ainsi la généalogie du monde qui est le nôtre.»

Pour sa part, Sanjay Subrahmanyam retient de sa « formation d’historien de l’économie – tout comme Fernand Braudel -- un intérêt très particulier pour l’histoire des réseaux de commerce et des régimes de circulation matérielle à l’échelle mondiale entre le XVe et le XVIIIe siècle. »

A propos des polémiques qui touche l’histoire globale, discipline visant « à détruire la bonne vieille tradition d’histoire nationale », il répond :

« il m’a toujours semblé quelque peu artificiel de m’identifier simplement à un historien de l’Inde, du Portugal ou des empires de Grande-Bretagne ou des Pays-Bas, comme j’ai parfois été obligé de le faire. Il s’avère que dans le monde actuel, il y a un intérêt et une curiosité croissants pour ce type d’histoire, qui n’est pas voué pourtant – c’est ma profonde conviction – à remplacer l’histoire faite à une échelle régionale, nationale ou continentale, mais à la compléter », sinon à y « trouver de nouvelles synergies ».

Comme le souligne récemment François Hartog dans la revue Le Débat en 2016, à propos de la conclusion de cette leçon inaugurale,

« l’histoire globale est une variété supplémentaire d’histoire, à qui il faut demander tout ce qu’elle peut apporter mais pas plus. »

Nous retrouvons le grand amphithéâtre du Collège de France, pour la leçon inaugurale de Sanjay Subrahmanyam, « Aux origines de l’histoire globale, le 28 novembre 2013, dans le cadre de la chaire Histoire globale de la première modernité

Sanjay Subrahmanyam
Sanjay Subrahmanyam Crédits : Patrick Imbert / Collège de France

Pour prolonger :

L'édition électronique de la leçon inaugurale de Sanjay Subrahmanyam

"Ecrire une histoire nouvelle" : présentation de la chaire Histoire globale de la première modernité dont Sanjay Subrahmanyam est le titulaire.

Bibliographie

Intervenants
  • professeur à l'université de Californie à Los Angeles, professeur au Collège de France, Chaire Histoire globale de la première modernité.
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......