LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Anaïs Maurer, danseuse classique confinée en répétition dans son salon à Milan, Italie. Novembre 2020

Anaïs Maurer : de Wuhan à Milan, la vie d’une ballerine bouleversée par le Covid

4 min
À retrouver dans l'émission

En décembre, la danseuse classique professionnelle Anaïs Maurer, 31 ans, décrochait le rôle principal de l'Aïda de Verdi pour une tournée en Chine. Elle était à Wuhan au début de la pandémie. Le SarsCov2 a stoppé net sa carrière et l'a "poursuivie" jusqu'à Milan, métropole confinée en zone rouge.

Anaïs Maurer, danseuse classique confinée en répétition dans son salon à Milan, Italie. Novembre 2020
Anaïs Maurer, danseuse classique confinée en répétition dans son salon à Milan, Italie. Novembre 2020 Crédits : Cecilia Arbona - Radio France

Peut-on parler de tournée maudite… De la faute à pas de chance. En janvier dernier, alors qu’elle est en tournée en Chine depuis un mois, la danseuse classique professionnelle Anaïs Maurer croise sans le savoir la route du nouveau coronavirus. La jeune femme interprète le rôle principal dans l’Aïda, l’Opéra de Giuseppe Verdi mis en scène par la chorégraphe italienne Luisa Baldinetti. 

Le programme du spectacle l'Aïda de Verdi donné à Wuhan et la danseuse vedette de la troupe Anaïs Maurer lors de la tournée en Chine, Janvier 2020
Le programme du spectacle l'Aïda de Verdi donné à Wuhan et la danseuse vedette de la troupe Anaïs Maurer lors de la tournée en Chine, Janvier 2020 Crédits : Cecilia Arbona / Amand Pulaj - Radio France

Lorsque la ballerine revient à Milan en Italie où elle vit et travaille, ce que l’on pensait être une maladie "chinoise" se révèle être une épidémie puis une pandémie. L’Italie est le premier pays d’Europe frappé par cette flambée de fièvre dont on ignore tant de choses. Les aéroports du pays ferment les uns après les autres. Celui de Milan où atterrit la troupe de 150 artistes dont fait partie Anaïs Maurer est un des premiers à suspendre ses activités, la région de Lombardie étant particulièrement touchée par le nombre de malades et de décès. La ballerine française expatriée depuis dix ans dans le nord de l’Italie est convaincue que les autorités qui cherchent désespérément le patient 0 vont faire le lien entre cette tournée au mauvais moment au mauvais endroit et la circulation particulièrement forte du virus dans le Nord de l'Italie. Mais non, ni la jeune femme ni ses partenaires danseurs, musiciens, chanteurs, choristes ne sont inquiétés. Pas de question, pas de dépistage. Rien. 

Un premier confinement, seule, à travailler des pas et des sauts entre le canapé et la baie vitrée

Un premier confinement démarre. Dans son appartement de Milan, Anaïs Maurer est seule. Son fiancé Amand Pulaj, danseur professionnel lui aussi qui se produit comme elle dans différents pays, n’a pas l’autorisation de la rejoindre. Il est bloqué en Irlande. Commence alors une vie "sous cloche" pour Anaïs qui tente de maintenir son niveau de technique tant bien que mal. Elle s’entraine dans son séjour mais a peur de se blesser sur le parquet. Elle utilise le plan de travail de l’ilot central de sa cuisine équipée comme appui pour faire ses exercices de barre. Elle se fait livrer ensuite le rouleau de lino le plus large qu’elle repère sur internet pour recouvrir le sol. Cette ballerine qui se produit chaque année de mai à septembre dans les Arènes de Vérone, un amphithéâtre romain construit en 30 après Jésus-Christ qui peut accueillir 22 000 spectateurs assis, est une habituée des grands espaces. Des grands spectacles et des affiches prestigieuses. Elle a dansé sur cette scène à ciel ouvert aux côtés de ténors, l’espagnol Placido Domingo et l’italien Andrea Bocelli. Des souvenirs qui la rendent mélancolique. Elle passe le printemps claquemurée, obligée de travailler des pas et des sauts entre le canapé et la baie vitrée. 

Souplesses en terrasse entre ses pots de fleurs.
Souplesses en terrasse entre ses pots de fleurs. Crédits : Cecilia Arbona - Radio France

Heureusement, la pièce à vivre donne sur une terrasse au premier étage de son immeuble. Elle s’entraine lorsque le temps le permet, dehors, effectuant des souplesses entre ses pots de fleurs, ou bien jambe tendue, cheville posée sur le parapet qui surplombe l’avenue, le Corso Lodi. Tous ses contrats sont annulés. Ses projets en Belgique, à la Scala de Milan et à Gênes reportés. Avec les beaux jours, l’espoir d’un possible retour à la vie normale renait. Anaïs qui pu retrouver son amoureux viennent en France et enregistrent au mois d’Août à Marseille l’émission "Prodiges" qui sera diffusée au mois de décembre sur France 2. Mais à la rentrée, la crise sanitaire rattrape le couple.  

Nouveau confinement à danser en couple en appartement-studio aménagé

Deuxième confinement, à deux cette fois. Anaïs et Amand vivent grâce des indemnités des intermittents du spectacle mais refusent de se laisser abattre, refusent de laisser la maladie dicter leur vie. Ils décident de s’organiser pour répéter dans les meilleurs conditions possibles. 

Quand le confinement transforme des artistes en bricoleurs... La recette pour réaliser une piste de danse dans le salon ? Du bois, des frites de piscine et un rouleau XXL de lino !

Anaïs et Amand se lancent donc dans la construction d'une structure qui leur permettra d'enchainer les chorégraphies, les arabesques et les pirouettes. Ils achètent deux panneaux de bois. Ils découpent, ils saucissonnent des frites de couleur verte que les nageurs utilisent dans les piscines pour se maintenir à flot. Ces boudins en polystyrène sont détournés de leur fonction et deviennent des pilotis qu’Amand fixe un à un sous la structure de bois. Il crée une mini scène, une mini piste de danse qu’il recouvre d’un lino noir. Ce carré devient leur "studio" leur échappatoire. Jamais, Anaïs qui a démarré la danse classique à l’âge de 8 ans n’aurait imaginé se retrouver dans cette situation surréaliste… Enfermée chez elle à suivre des cours de danse en visio sur l’écran de la grande télévision suspendue au mur. Adolescente, elle était élève au Conservatoire de Danse de Boulogne-Billancourt près de Paris puis a obtenu son baccalauréat sport-études au lycée Lamartine, dans le 9e arrondissement de Paris. 

Quel avenir et même quelle reconversion ?

Venue en Italie pour perfectionner sa technique à 20 ans, elle a choisi de s’installer dans ce pays plein de charme dont elle a appris la langue. Aujourd’hui, alors que sa carrière est suspendue comme un "ballon, un saut interminable qui la maintient en l’air comme en apesanteur", la jeune femme s’interroge avec lucidité et anxiété sur son avenir.  

La carrière d’un danseur est très courte. Donc là me dire que je perds un an, voire deux ans, à cause du Covid c’est énorme !    

Elle réfléchit donc à ce qu’elle fera ensuite. Quand les restrictions auront cessé. Elle espère travailler, voyager, briller encore tant que ses jambes la porteront avec grâce sur des scènes de théâtres lyriques qu’elle ne connait pas encore. Mais lors de conversations avec sa Maestra Anita, ancienne Etoile de la Scala de Milan, elle parle au futur et lui demande conseil. Des échanges au téléphone faute de pouvoir se voir alors qu’elles sont voisines et habitent à deux pâtés de maison l’une de l’autre. Anita la retraitée et Anaïs, la désoccupée parlent d'avenir pour oublier le présent angoissant. 

Anaïs évoque déjà sa reconversion, elle souhaiterait un jour, elle aussi, enseigner. Comme Anita.  

Mais avant, elle rêve de chausser à nouveau ses pointes couleur rose tendre, de sublimer sa silhouette de sylphide dans des tutus aux étoffes satinées et brodées, de coiffer des diadèmes de princesse et de s’envoler, d’arabesques en grands jetés très loin et très haut, dès que le vilain virus venu de l’Empire du Milieu, enrubanné de couronnes maléfiques, aura cessé de mener la danse sur tous les continents. 

Les chaussons de danse d'Anaïs Maurer
Les chaussons de danse d'Anaïs Maurer Crédits : Cecilia Arbona - Radio France
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......