LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire de l’ancien fief de Joséphine Baker aux Milandes, perpétue la mémoire de la résistante et militante antiraciste.

Joséphine Baker : de ses terres des Milandes au Panthéon

5 min
À retrouver dans l'émission

Elle se dit “accompagnée” par Joséphine Baker depuis vingt ans. Angélique de Saint-Exupéry expose les multiples facettes de la première femme noire à entrer au Panthéon, dans son ancien fief en Dordogne, le château des Milandes, toujours “habité” par l’artiste, résistante et militante antiraciste.

Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire de l’ancien fief de Joséphine Baker aux Milandes, perpétue la mémoire de la résistante et militante antiraciste.
Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire de l’ancien fief de Joséphine Baker aux Milandes, perpétue la mémoire de la résistante et militante antiraciste. Crédits : Benoît Grossin - Radio France

Danseuse, chanteuse, actrice, meneuse de revue... Icône des Années folles, mais aussi résistante et militante antiraciste, Joséphine Baker a connu la gloire et obtenu des distinctions militaires de la France, avant - reconnaissance posthume suprême - de devenir la première femme noire à entrer au Panthéon, la nécropole laïque de la République, ce mardi 30 novembre 2021. 

Née dans la pauvreté en 1906 à Saint-Louis dans le Missouri, la petite-fille d'esclaves se joint d’abord très jeune à une troupe de spectacles de rue, avant de tenter sa chance à Broadway, d’être repérée par des producteurs français et de faire sensation, dans la Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées et sur de nombreuses scènes, partout en Europe, dans les années 1920 et 1930.

C’est dans la vallée de Dordogne entre Sarlat et Bergerac, au château des Milandes qu’à partir de 1937 et pendant trente ans, l’interprète de “J’ai deux amours” est devenue une femme engagée pour la France libre et a construit une famille, symbole de fraternité universelle, la “tribu arc-en-ciel", en adoptant douze enfants aux quatre coins du monde. 

Artiste remarquable, mais sans talent de gestionnaire, elle voit très grand, sans doute trop grand, en dépensant sans compter, jusqu’à ce que son rêve vole en éclat en 1969 : très fortement endettée, elle est expulsée sans ménagement. Le château n’est plus qu’une coquille vide, avant sa récente renaissance au début des années 2000, pour accueillir jusqu'à 120 000 visiteurs par an. 

En réunissant pas à pas des pièces maîtresses, avec le soutien de la famille de Joséphine Baker pour nombre d’entre elles, la nouvelle propriétaire Angélique de Saint-Exupéry consacre toute son énergie à faire vivre la mémoire du lieu et rendre hommage à toutes les facettes de Joséphine Baker, dans son "petit Panthéon". 

Écouter
1 min
“Elle devient très vite un symbole d’émancipation, en acceptant de danser nue” : Angélique de Saint-Exupéry
Pièce maîtresse de la “salle des robes” au château des Milandes : la ceinture de bananes qui a rendu célèbre Joséphine Baker, dans les années 1920
Pièce maîtresse de la “salle des robes” au château des Milandes : la ceinture de bananes qui a rendu célèbre Joséphine Baker, dans les années 1920 Crédits : Benoît Grossin - Radio France

"Je suis née quasiment en face du château" 

Angélique de Saint-Exupéry est depuis toute petite intimement liée au château de Milandes et à Joséphine Baker : 

Au loin, on aperçoit ma maison d'enfance. Je voyais le château depuis la fenêtre de ma chambre. Cette fascination pour Joséphine Baker a commencé très tôt parce que je suis née quasiment en face du château, il y a 45 ans, et mes parents me parlaient des Milandes, en me disant : "Quelle femme extraordinaire, Joséphine Baker !"

Écouter
1 min
“Il y a son âme qui est ici, qui est très bienveillante et je l’en remercie chaque jour de m’accepter chez elle” : Angélique de Saint-Exupéry
Avant que Les Milandes deviennent un lieu de mémoire, le hameau au bord de la Dordogne était présenté comme la “capitale de la fraternité” par Joséphine Baker.
Avant que Les Milandes deviennent un lieu de mémoire, le hameau au bord de la Dordogne était présenté comme la “capitale de la fraternité” par Joséphine Baker. Crédits : Benoît Grossin - Radio France

“Joséphine cache des armes, soutient des résistants et des amis juifs, en 1940” 

Au sein-même de ce château gothique du XVe siècle, Joséphine Baker s'est engagée dans la Résistance dès la débâcle, en se servant de sa cave, une salle voûtée encore inaccessible aujourd’hui pour les visiteurs, précise Angélique de Saint-Exupéry : 

En descendant, vous voyez sur la gauche une porte où Joséphine Baker pouvait cacher des armes. Et il y a un tunnel qui est une descente d'eaux pluviales. Ce souterrain était un moyen de fuite pour les résistants, pour les gens que Joséphine Baker cachait au château. Ces gens-là, des résistants communistes, pouvaient repartir facilement avec leurs armes. Elle cachait aussi des amis juifs venus de Paris. Cette période de l'année 1940 est décisive dans l'engagement de Joséphine, puisqu'elle entend l'appel du général de Gaulle. Elle ne sait pas alors vraiment qui il est, mais elle veut s'engager pour la libération de la France. 

Tout commence en 1939, après une rencontre avec un officier du service de renseignement, dans sa villa du Vésinet, comme le rappelle Angélique de Saint-Exupéry : 

Elle reçoit Jacques Abtey, le chef du deuxième bureau du contre-espionnage militaire à Paris, et elle va lui dire : 'C’est la France qui a fait de moi ce que je suis. Je lui dois une reconnaissance éternelle. Vous pouvez disposer de moi comme vous l'entendez'.  

Écouter
1 min
“Très très bonne comédienne, elle sait jouer de ses charmes face à des Allemands qui viennent l’interroger au château en 1940” : Angélique de Saint-Exupéry
Angélique de Saint-Exupéry tient la Légion d’honneur de Joséphine Baker au-dessus de sa veste militaire exposée dans une vitrine de la “salle de la résistance”
Angélique de Saint-Exupéry tient la Légion d’honneur de Joséphine Baker au-dessus de sa veste militaire exposée dans une vitrine de la “salle de la résistance” Crédits : Benoît Grossin - Radio France

"Elle profite de ses tournées pour cacher des messages codés dans les partitions de musique" 

Avec le Chant des partisans interprété par Germaine Sablon en fond sonore, tout en haut du château, une salle spécifique pour raconter cet engagement de Joséphine Baker pendant la Seconde Guerre mondiale, a été mise en place par Angélique de Saint-Exupéry : 

Elle faisait son travail avec beaucoup de sang-froid. Elle faisait semblant de vivre une vie d'artiste, un peu de bohème. Elle était dans son château des Milandes. On disait que la star se mettait au vert. Et puis elle est Joséphine Baker, elle sait donc quand même jouer la comédie. On sait ensuite qu’à la fin de l'année 1940, elle quitte Les Milandes. Elle profite de ses tournées pour résister, cacher dans les partitions de musique des messages codés à l'encre sympathique, à l'encre invisible. Elle va jusqu'à cacher des messages, des papiers dans son propre soutien-gorge. Elle est capable de faire beaucoup de choses et d'être extrêmement téméraire.  

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Elle porte fièrement sur sa veste militaire toutes ses décorations" 

Angélique de Saint-Exupéry a réuni des documents, des médailles et la fameuse veste militaire de Joséphine Baker qu’elle endosse dès 1944, en tant que sous-lieutenant des forces féminines de l’armée de l’air :  

Cette veste militaire, elle va la porter notamment en 1961 aux Milandes, quand le général Martial Valin lui remet la Légion d'honneur. Et elle porte fièrement sur cette veste toutes ses décorations. On voit la médaille de la Résistance avec rosette, la Croix de guerre avec palme et la médaille de la France libre.  

Cette veste militaire et toutes ses médailles, Joséphine Baker les portent également le 28 août 1963, lors de la Marche sur Washington, avant le fameux I have a dream de Martin Luther King. Joséphine Baker : seule femme à prendre la parole devant la foule ce jour-là pour la défense des droits civiques aux États-Unis. 

Écouter
2 min
“Chacun des enfants avait sa chambre et un précepteur pour lui inculquer une éducation en fonction de ses origines” : Angélique de Saint-Exupéry
Une des multiples photos exposées dans les couloirs du château sur la vie aux Milandes de Joséphine Baker avec ses enfants adoptés aux quatre coins du monde.
Une des multiples photos exposées dans les couloirs du château sur la vie aux Milandes de Joséphine Baker avec ses enfants adoptés aux quatre coins du monde. Crédits : Benoît Grossin - Radio France

"Montrer que des enfants de toutes les religions et de toutes les couleurs peuvent vivre ensemble" 

C’est aux Milandes, après son mariage en 1947 avec le chef d'orchestre Jo Bouillon dans la chapelle jouxtant le château, qu'elle construit son rêve antiraciste, en adoptant douze enfants de différentes cultures et religions : sa "tribu arc-en-ciel", composée d’enfants du Japon, de Colombie, de Finlande, de France, d’Algérie, du Maroc, de Côte-d'Ivoire ou encore du Venezuela.

Symbole du combat antiraciste de Joséphine Baker, ce livre sur sa famille multiethnique et multiculturelle, sa "tribu arc-en-ciel", qu'elle écrit en 1957.
Symbole du combat antiraciste de Joséphine Baker, ce livre sur sa famille multiethnique et multiculturelle, sa "tribu arc-en-ciel", qu'elle écrit en 1957. Crédits : Benoît Grossin - Radio France

Angélique de Saint-Exupéry l’expose par de très nombreuses photos, dans les couloirs, les chambres du château et par un livre de Joséphine Baker publié en 1957 : 

Elle écrit la préface, avec cette phrase très belle : 'Comme vous le voyez sur cette photographie, nous formons une famille de toutes de couleurs. Et c'est pourquoi j'ai appelé mes petits chéris, la tribu arc-en-ciel.' Elle débute son combat pour les droits civiques des Noirs, avant l'adoption des enfants. C'est d'ailleurs certainement cela qui va la pousser à montrer que des enfants de toutes les religions, de toutes les couleurs, peuvent vivre ensemble.  

Écouter
3 min
“Elle a vu trop grand, elle a trop acheté et jusqu’au bout elle a cru qu’elle pouvait récupérer le château, sans rien vendre ” : Angélique de Saint-Exupéry
Une photo posée contre un mur de la cuisine, au rez-de-chaussée du château, rappelle que Joséphine Baker, ruinée, a été expulsée des Milandes en 1969.
Une photo posée contre un mur de la cuisine, au rez-de-chaussée du château, rappelle que Joséphine Baker, ruinée, a été expulsée des Milandes en 1969. Crédits : Benoît Grossin - Radio France

Son rêve se brise en 1969. Joséphine Baker, criblée de dettes, est expulsée des Milandes. Angélique de Saint-Exupéry qui perpétue sa mémoire au château a été invitée à participer à la cérémonie du 30 novembre à Paris. Elle confie, avec joie, que de la terre des Milandes sera installée pour toujours dans le cénotaphe, le monument à la gloire de Joséphine Baker au Panthéon. Le tombeau sera vide. Sa famille a souhaité que sa dépouille demeure au cimetière marin de Monaco où Joséphine Baker est enterrée depuis 1975.  

L'équipe
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......