LE DIRECT

Dans l'Antiquité : l'obsession d'espionner les autres

59 min
À retrouver dans l'émission

Alors que se multiplient les révélations sur les écoutes modernes et technologiques, comment s’organisait le renseignement en Grèce et à Rome, en face des peuples amis et ennemis, et aussi à l’intérieur de la société dans l’angoisse des complots et de la subversion.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/4c11b79c-20cb-11e5-ab01-005056a87c89/838_espion-antioquite.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Dolon" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/4c11b79c-20cb-11e5-ab01-005056a87c89/838_espion-antioquite.jpg" width="440" height="440"/>
Dolon
L’espionnage dispute à la prostitution, paraît-il, le titre de plus vieux métier du monde. Et dans le même temps il nous faut bien constater que la mondialisation et les nouvelles technologies viennent de lui donner un formidable « coup de jeune ». Il nous a été donné récemment d’apprendre que la NSA américaine écoutait sans vergogne les conversations des chefs d’Etat et de gouvernement les plus importants de l’Europe, dont Angela Merkel et, naturellement, les nôtres. Les réactions à cette nouvelle, qui eut paru bouleversante en d’autres moments, ont mêlés assez curieusement la résignation à l’indignation, comme si la chose était aussi naturelle qu’elle était choquante. D’autre part, la loi sur le renseignement qui vient d’être adoptée par notre Parlement s’est inscrite à la rencontre de deux préoccupations aussi légitimes que contradictoires : la défense de la vie privée des citoyens, au cœur de la démocratie, et la protection de cette même démocratie contre les assauts de tous ceux qui peuvent en haïr les valeurs, avec le risque angoissant de contredire, en conséquence, de notre propre fait, ces valeurs elles-mêmes.

Aucun de nos auditeurs fidèles ne s’étonnera, j’en suis sûr, que l’aigu de cette conjoncture m’ait donné l’envie d’aller voir dans l’antiquité les précédents qui peuvent annoncer déjà les défis qui son en passe de nous devenir familiers. Comment s’organisait le renseignement en ces temps-là, en Grèce et à Rome, en face des peuples amis et ennemis, et aussi à l’intérieur de la société dans l’angoisse des complots et de la subversion. Maurice Sartre , professeur émérite d’histoire ancienne à l’université de Tours, est familier de notre émission. Une fois de plus, je vais faire fonds sur sa science et sur le goût qu’il a d’en évoquer les échos contemporains. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore :

- Reportage de Maryse Burgot sur la surveillance des communications par les agences de renseignement , France 2, le 23 juin 2013.

- Extrait du film « Annibal » de Carlo Ludovico Bragaglia et Edgar G. Ulmer, 1959.

- Lecture d’un extrait de L’art de la guerre de Sun Tsu (VIe s. av. JC), dans l’émission « La voie des métiers » d’Emmanuel Davidenkoff, sur France culture, le 22 avril 1998.

- Feuilleton « Bons baisers de partout » de Pierre Dac , 1965.

- Lecture d’un extrait de Vies parallèles de Plutarque , par Paul-Emile Deiber, dans l’émission « La matinée des autres »de Pierre Sipriot, sur France culture, le 19 juin 1967.

Bibliographie :

- Rose-Mary Scheldon, Renseignement et espionnage dans la Rome antique , Les Belles lettres, 2009.

- Maurice Sartre, Histoires grecques , Seuil, 2006.

- Annie et Maurice Sartre, Palmyre, la cité des caravanes , Découvertes Gallimard, 2008.

- Annie et Maurice Sartre, Zénobie, de Palmyre à Rome , Perrin, 2014.

- Maurice Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles , Ausonius, 2014.

Intervenants
  • Professeur émérite d’Histoire ancienne à l'Université de Tours, rédacteur en chef de la revue internationale Syria.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......