LE DIRECT

La Troisième République et la violence anarchiste : libertés ou sécurité ?

59 min
À retrouver dans l'émission

La France, confrontée à la menace du terrorisme qui s’est incarnée de façon si dramatique en 2015, se retrouve devant une interrogation touchant à l’essence même de la démocratie : où fixer le curseur entre les exigences de la sécurité collective et la préservation des libertés publiques ? ...

La France, confrontée à la menace du terrorisme qui s’est incarnée de façon si dramatique en 2015, se retrouve devant une interrogation touchant à l’essence même de la démocratie : où convient-il de fixer le curseur entre d’un côté les exigences accrues de la sécurité collective et d’autre part la préservation des libertés publiques qui sont au cœur du contrat social depuis 1789 ?

Chacun ressent qu’à trop empiéter sur ces libertés, dans le péril que nous affrontons, notre République risquerait de perdre quelque chose de sa fierté, de ses équilibres et, en somme, de sa raison d’être. En quête de précédents, on pourrait évoquer le temps de la Convention, 1793-1794, tout autant que celui de la guerre d’Algérie. Ce matin, j’ai décidé de braquer l’attention sur le moment des attentats anarchistes sous la Troisième République, dans les années 1890, pour montrer, je le souhaite, qu’aussi différentes qu’aient pu être, par rapport à notre actualité, les menaces ambiantes, les débats qui ont agité le monde politique et celui des intellectuels, on y rencontre bien des traits qui annoncent ceux d’aujourd’hui, dans l’ordre du réalisme, de la morale et du civisme.

Jean Garrigues, qui s’apprête à être mon interlocuteur, est professeur à l’université d’Orléans et il est président du Comité d’histoire parlementaire et politique. Il est un familier de la période qu’il s’agit de restituer et il a manifesté de longue main son goût de distinguer, dans le cours de notre histoire politique, le spécifique et les résurgences. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore : 

Déclaration de l’anarchiste Emile Henry faite lors de son procès, lue par Henri Poirier dans l’émission « Frissons fin de siècle » de Jean-Pierre Rioux, diffusée le 7 août 1990 sur France culture.

Chanson « La Dynamite » de Martenot, écrite en 1893, interprétée ici par Les Quatre Barbus à la fin des années 1960.

Lecture d’un placard collé aux murs de Paris en 1892, par Henri Poirier dans l’émission « Frissons fin de siècle » de Jean-Pierre Rioux, diffusée le 7 août 1990 sur France culture.

Extrait du discours de Manuel Valls, prononcé devant l’Assemblée nationale le 13 janvier 2015.

Lecture d’un texte de Zo d’Axa, par Denis Lavant, dans l’émission « Surpris par la nuit » d’Alain Veinstein, diffusée le 18 janvier 2001 sur France culture.

Chanson « La Ravachol » de Sébastien Faure, écrite en 1893, interprétée par Les Quatre Barbue.

Extrait du discours de Joseph Paul-Boncour, prononcé à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Jaurès, le 1er mai 1959.

Bibliographie :

Jean Garrigues, Le monde selon Clemenceau. Formules assassines, traits d’humour et prophéties, Tallandier, 2014.

Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Aubier, 1997.

Jean Garrigues, « Les anars contre la République », in : L’Histoire, n°191, septembre 1995.

Vivien Bouhey, Les anarchistes contre la République, contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République, 1880-1914, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Jean-Pierre Machelon, La République contre les libertés ?, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976.

Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France. I. Des origines à 1914, Gallimard, 1975.

Intervenants
  • historien, professeur à l'université d'Orléans, président du comité d'histoire parlementaire
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......