LE DIRECT
 Attila suivi des hordes barbares foule aux pieds l'Italie et les Arts (1838-1847) d'Eugène Delacroix.

Les Barbares : vraiment différents ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Chez tous les peuples, la peur des autres s’est toujours entremêlée, dans des proportions inégales, avec une curiosité pour leur différence, avec une fascination en face de leur étrangeté, avec, parfois, une sympathie pour ceux que l’exil a déraciné. Notre actualité, qui est grosse d’incertitudes...

 Attila suivi des hordes barbares foule aux pieds l'Italie et les Arts (1838-1847) d'Eugène Delacroix.
Attila suivi des hordes barbares foule aux pieds l'Italie et les Arts (1838-1847) d'Eugène Delacroix.

Chez tous les peuples, la peur des autres s’est toujours entremêlée, dans des proportions inégales, avec une curiosité pour leur différence, avec une fascination en face de leur étrangeté, avec, parfois, une sympathie pour ceux que l’exil a déracinés. Notre actualité, qui est grosse d’incertitudes sur le sort des Syriens et des Africains que la guerre ou la faim jettent sur les rives de l’Europe, est destinée à exaspérer ces sentiments et à exalter les passions du rejet. A telle enseigne que beaucoup de nos concitoyens sont portés à refouler au-delà de nos frontières les hommes et les femmes qui, nourris d’un patriotisme différent et alourdis de malheurs, prétendent à rejoindre notre sol et notre façon de vivre. Par quoi l’on est conduit, tout droit, dans l’esprit de cette émission, à s’intéresser à ces peuples que la Grèce et la Rome antiques ont fustigés comme Barbares. Ceux-là qui ont fini, cahin-caha, pour une part, à se fondre entre guerre et paix dans un univers qui leur était apparu d’abord comme hostile et qui s’était protégé longtemps contre eux par des fossés et par des murs.

Mon invité, Bruno Dumézil, maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, a été récemment l’instigateur et l’organisateur d’un magnifique dictionnaire intitulé tout simplement Les Barbares, auquel sa propre science a beaucoup contribué. Ces barbares, qui ne sont tels que sous le regard porté d’en face, n’ont pas fini de hanter nos inquiétudes, et éventuellement nos mauvaises consciences. Ils sont surchargés, aujourd’hui comme hier, de clichés et de stéréotypes. Lesquels, même lorsqu’ils sont infondés, ne manquent jamais de se faire à leur tour de puissants moteurs de l’Histoire. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore :

- Chanson « La ballade des gens qui sont nés quelque part » de Georges Brassens, 1972.

- Lecture d’un texte d’Hérodote sur les Thraces, extrait de l’émission « Les Chemins de la connaissance » de Jacques Lacarrière, sur France culture le 17 juin 1981.

- Récit du voyage de Pythéas (explorateur grec du IVe siècle avant JC), lu par Pierre Blanchar dans l’émission « Analyse spectrale de l’Occident », le 29 novembre 1958.

- Extrait du film « La Chute de l’empire romain » d’Anthony Mann, 1964.

- Extrait des Essais de Montaigne (Livre 1), lu par Philippe Siboulet dans l’émission « Les Chemins de la connaissance » de Françoise Estèbe, sur France culture, le 3 juillet 2000.

- Extrait du roman Les Martyrs de Chateaubriand, lu par Jean Topart dans l’émission « La Tribune de l’Histoire » de Jean-François Chiappe, le 28 juillet 1971.

Bibliographie :

- Bruno Dumézil (dir.), Les Barbares, PUF, 2016.

- Bruno Dumézil, La Reine Brunehaut, Fayard, 2008.

- Bruno Dumézil, Les Barbares expliqués à mon fils, Seuil, 2010.

- Bruno Dumézil et Magali Coumert, Les Royaumes barbares en Occident, QSJ, PUF, 2010.

Intervenants
  • maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, spécialiste du haut Moyen-Age

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......