LE DIRECT
Les Temps modernes, Charlie Chaplin, 1936

L'homme contre les machines

58 min
À retrouver dans l'émission

Les techniques promettent abondance et bonheur ; elles définissent la condition humaine d’aujourd’hui. Pourquoi les contester, et à quoi bon ? Peut-être parce qu'il ne sert à rien d'être porté par la foi en une « croissance » aveugle.

Les Temps modernes, Charlie Chaplin, 1936
Les Temps modernes, Charlie Chaplin, 1936

Voici donc qu’à nouveau, comme chaque année, nous nous retrouvons à Blois, en direct, devant le public des prestigieux Rendez-vous de l’Histoire. Cette vingtième édition est consacrée à l’histoire des sciences et des techniques, sous l’intitulé « Eureka », autrement dit sous le patronage d’Archimède. On sait que ce grand savant grec du IIIe siècle avant Jésus Christ aurait eu, selon la légende, cette exclamation (« J’ai trouvé ! ») quand il comprit les lois qui régissent la densité des objets en en plongeant quelques-uns dans l’eau de sa baignoire. Un cri de pur bonheur, oui, mais dont l’écho lointain pourrait égarer si l’on considérait que le progrès scientifique ne fut jamais, pour les hommes, qu’une source de félicité. J’ai choisi de l’aborder, du côté du progrès des techniques, sous une lumière moins idyllique. 

« L’homme contre les machines », tel sera ce matin notre thème, pour lequel j’ai mobilisé François Jarrige, maître de conférences à l’université de Bourgogne. Toutes les manifestations contemporaines d’inquiétude envers les vertiges du progrès scientifique, envers les nouvelles technologies de la communication, quant à l’organisation du travail, aux équilibres de la nature, à la préservation des libertés individuelles, n’ont pas surgi récemment. Elles s’inscrivent dans la ligne de longues protestations contre les effets de l’industrialisation des sociétés à partir des machines triomphantes. François Jarrige est l’auteur d’un livre récent intitulé Techno-critiques et sous-titré Du refus des machines à la contestation des technosciences. Voilà bien qui se pose, n’est-ce pas?, comme une belle concordance des temps. Si j’ajoute que mon invité a publié d’autre part, en collaboration, un ouvrage intitulé La modernité désenchantée, vous conviendrez qu’il est bien l’homme adéquat ce matin pour traiter de ce sujet. Même si je me hâte de préciser que je n’ai pas l’intention – car ce n’est vraiment pas l’atmosphère de Blois - de jeter sur la science les couleurs d’un long chagrin. Seulement de proposer quelque recul par rapport aux fascinations du scientisme.

Programmation sonore :

- Chanson « Complainte mécanique », paroles d’André Huot, musique de Paul Misraki, interprétée par Les frères Jacques en 1950.

- Lecture d’un texte du franciscain anglais Roger Bacon (XIIIe siècle, théologien et savant, très lié aux universités de Paris et d’Oxford), texte extrait de ses Lettres sur les prodiges de l’art et de la nature, lu par Pierre Guéant dans le cadre de l’émission « Les lundis de l’Histoire » de Jacques Le Goff, sur France culture, le 20 novembre 1978.

- Lecture d’un extrait du poème « Abîme – L’Homme » de Victor Hugo, paru dans le recueil La légendes des siècles en 1859, lecture extraite de l’émission « Le roman de la science » de Jean Luc, consacrée aux poètes du progrès, et diffusée le 31 août 1951.

- Interviews de deux anciens ouvriers de l’usine Renault (souvenirs du travail à la chaîne), diffusés dans l’émission « Nuits magnétiques » de Colette Fellous, sur France culture, le 24 octobre 1995.

Bibliographie :

- François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, La Découverte, 2014.

- François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2009 ;

- François Jarrige, Emmanuel Fureix, La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle, La découverte, 2015.

Intervenants
  • Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......