LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Copie de la statue équestre de Marc Aurèle (121-180 ap.JC), au centre de la place du Capitale à Rome.

Marc Aurèle nous parle encore

58 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur la figure d'un homme qui, au deuxième siècle de notre ère, se voulut à la fois empereur et philosophe, et dont les écrits, tout ancrés qu’ils soient dans son temps, posent des questions durables. En compagnie de Véronique Boudon-Millot

Copie de la statue équestre de Marc Aurèle (121-180 ap.JC), au centre de la place du Capitale à Rome.
Copie de la statue équestre de Marc Aurèle (121-180 ap.JC), au centre de la place du Capitale à Rome. Crédits : Getty

L’histoire des relations entre les intellectuels et l’action politique ne s’attarde guère sur les cas rares et pourtant intéressants où ils ont franchi la barrière qui les sépare de l’entrée directe dans l’arène et du concret des joutes du pouvoir. 

On trouvera sans trop de peine, en France, des historiens qui sont parvenus jusqu’à l’exécutif - par exemple, mais pas seulement, sous la Monarchie de Juillet. Quelques grandes figures de la littérature, depuis Lamartine jusqu’à Malraux, s’imposent aussi à l’attention. Des scientifiques également, depuis Gaspard Monge, ministre de la Marine sous le Première République, dont les cendres sont au Panthéon, jusqu’à Paul Painlevé, chef du gouvernement durant la Grande guerre, l’un et l’autre mathématiciens prestigieux. 

Mais de philosophes, guère : on les voit peu, au long des générations, dans les cercles ministériels. Et cette constatation donne le goût de s’intéresser par contraste, bien loin en arrière, au cas d’un homme qui régna sur l’Empire romain, au deuxième siècle de notre ère, et qui ne cessa pas de s’interroger sur la compatibilité de la pensée spéculative et critique avec le gouvernement des hommes. 

Il s’agit là, vous l’aurez reconnu, du grand Marc Aurèle, qui, au deuxième siècle de notre ère, se voulut à la fois philosophe et empereur. Dès lors qu’on considère ses écrits et son itinéraire, comme vient de le faire brillamment mon invitée, Véronique Boudon-Millot, directrice de recherche au CNRS, on ne peut qu’être sensible à la manière dont ce personnage a incarné une rencontre entre sa philosophie et le plus concret du pouvoir. Et parce que ses écrits, tout ancrés qu’ils soient dans son temps, posent ainsi des questions durables, sa trace mérite qu’on s’y attarde. Avec l’espoir d’y discerner certaines données dont la portée, par-delà des circonstances toujours uniques, pourrait être éternelle.

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Extrait des Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar (1951), lu par Daniel Mesguich, diffusée dans "Les Chemins de la philosophie" d'Adèle van Reeth sur France Culture, le 2 décembre 2020.
  • Extrait des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle (rédigées entre 170 et 180 ap.JC), lu par Jacques Gamblin, enregistrement de 2007 (Frémeaux et associés).
  • Lettre de Marc Aurèle à Fronton, lue par Jacques Gamblin, enregistrement de 2007 (Frémeaux et associés).
  • Extrait du Manuel d'Epictète, lu dans "Les nouveaux chemins de la connaissance" d'Adèle van Reeth sur France Culture, le 26 janvier 2016.
  • Second extrait des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle, lu par Jacques Gamblin, enregistrement de 2007 (Frémeaux et associés).
  • Extrait de Marc Aurèle et la fin du monde antique d'Ernest Renan (1879), lu par Jean Deschamps dans "Plaisir de la lecture" sur France culture, le 14 décembre 1964.

BIBLIOGRAPHIE

  • Véronique Boudon-Millot, Marc Aurèle, PUF, 2020.
  • Benoît Rossignol, Marc Aurèle, Perrin, 2020.
  • Yves Roman, Marc Aurèle, l'empereur paradoxal, Payot, 2013.
  • Véronique Boudon-Millot, "De la thériaque pour le prince : Marc Aurèle face à la maladie et aux empoisonnements", in : Anne Gangloff et Brigitte Maire (éds.), La santé du prince. Corps, vertus et politique dans l'Antiquité romaine, Éditions Jérôme Millon, 2020.
  • Véronique Boudon-Millot, Galien de Pergame, Les Belles Lettres, 2012.
  • Marc Aurèle, Pensées pour moi-même, Garnier-Flammarion, 1992. 
Intervenants
  • directrice de recherche. Elle dirige à l'université de Paris-Sorbonne l'Unité de recherche du CNRS sur la médecine grecque.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......