LE DIRECT
Caricature de Honoré Daumier

Propriétaires : bienveillants ou impitoyables

59 min
À retrouver dans l'émission

Monsieur Vautour : la littérature du XIXe siècle est parcourue, du côté des romans comme du théâtre, par le personnage caricatural du propriétaire voué à soutirer à ses locataires, impitoyablement, l’argent qui l’engraissera. Honoré Daumier en a proposé de multiples représentations ...

Caricature de Honoré Daumier
Caricature de Honoré Daumier

Monsieur Vautour : la littérature du XIXe siècle est parcourue, du côté des romans comme du théâtre, par le personnage caricatural du propriétaire voué à soutirer à ses locataires, impitoyablement, l’argent qui l’engraissera. Honoré Daumier en a proposé de multiples représentations tout au long de son œuvre. On peut être tenté, à notre époque, où en France 58% des ménages possèdent leur résidence principale, de penser que cette confrontation brutale a largement basculé dans le passé. Et pourtant, si on élargit le regard, et si l’on considère que la proportion de mal-logés concerne encore aujourd’hui trois millions et demi de nos compatriotes, il apparaît que la question de la propriété des habitations demeure très présente dans l’équilibre de la société et qu’elle mérite d’être replacée sous la lumière de la longue durée. Car ce problème demeure central, au cœur de la cohésion d’une nation et spécifiquement de la nôtre. Certes tout s’est compliqué à partir du XXe siècle, depuis que l’Etat providence s’est trouvé directement impliqué dans la défense et dans l’illustration du « droit au logement ». Soit qu’il ait été conduit à réglementer ce secteur de multiples façons, soit qu’il soit intervenu lui-même, à différents niveaux géographiques et administratifs, directement ou indirectement, comme propriétaire d’immeubles collectifs destinés à compenser les brutalités du marché. Et pourtant, parmi cette complexité même, bien des tensions demeurent, souvent jusqu’à l’intolérable, des tensions qui trouvent leur origine bien en arrière. Danièle Voldman, directrice de recherche émérite au CNRS, a sous-titré « une histoire française » le livre qu’elle a consacré aux relations, souvent très brutales, entre propriétaires et locataires depuis la Révolution. J’ai souhaité qu’elle nous en rende compte ce matin au service d’une réflexion tout à la fois culturelle, sociale, politique et civique. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore :

- Chanson « La polka des proprios », paroles de Phebus et Rodor (1913), musique de W. Fatzaun, interprétée par Constantin le rieur au début des années 1930.

- Extrait du film « La vie de bohème » de Marcel L’Herbier, sorti en 1945.

- Chanson « Note du propriétaire » de et par Francis Blanche.

- Interview de Georges Cochon, dans l’émission « Le bureau des rêves perdus ou à la poursuite des rêves perdus » de Louis Mollion, diffusée le 19 décembre 1957.

- Chanson « Les anti-proprios » (auteur anonyme, 1893), interprétée ici par Denis Cacheux en 1999.

- Interview d’une locataire, par Quentin Dickinson dans Inter-Actualités, sur France Inter, le 10 septembre 1978.

Bibliographie :

- Danièle Voldman, Locataires et propriétaires. Une histoire française, XVIIIe-XXIe siècle, Payot, 2016.

- Danièle Voldman et Fabrice Virgili, La garçonne et l’Assassin, Payot, 2011.

- Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires : les origines du logement social en France (1850-1914), 1967 ; rééd. 2010 aux Editions de la Villette.

- Yves Pagès, « Le citoyen Cochon contre monsieur Vautour », in : L’Histoire, 1994.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......