LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le poète et diplomate Saint-John Perse lors de la remise du Grand Prix national des Lettres, le 10 novembre 1959.

Saint-John Perse, l'immarcescible

59 min
À retrouver dans l'émission

Depuis l’enfance aux Îles, dans le désert de Gobi ou sur les mers, au gouvernail du Quai d’Orsay ou en exil, dans la solitude ou l’amour, Saint-John Perse rêvait sa vie et tentait d’ajuster les faits à son idéal. Qu'est-ce que sa grande poésie a encore à nous dire aujourd'hui ?

Le poète et diplomate Saint-John Perse lors de la remise du Grand Prix national des Lettres, le 10 novembre 1959.
Le poète et diplomate Saint-John Perse lors de la remise du Grand Prix national des Lettres, le 10 novembre 1959. Crédits : Getty

On connaît de la plume des diplomates quantité d'écrits publics et l'historien fait volontiers son miel des Mémoires qu'ils ont rédigés, en les passant au filtre de la critique. Mais c'est une toute autre provende que l'œuvre de ceux qui sont d'autre part des écrivains. 

Sans qu'on remonte aux ambassadeurs ou consuls que furent le cardinal de Retz, Chateaubriand ou Stendhal, le XXe siècle propose notamment les noms d'Henry Levet, de Paul Morand, de Jean Giraudoux, de Paul Claudel, de Romain Gary. Je ne cite que des disparus. Et dans chacun de leur cas la curiosité se porte vers la question du commerce que leur œuvre a pu entretenir avec leur expérience diplomatique. 

Dans ce firmament brille le nom de Saint-John Perse, prix Nobel de littérature en 1960, qui fut aussi, sous son nom d'Alexis Léger, important dans l'histoire des années trente lorsqu'il occupa les fonctions éminentes de secrétaire général du Quai d'Orsay. Nous allons lui consacrer l'émission de ce matin, sous l'angle que je viens de dire. En nous demandant ce que cette grande poésie peut nous apprendre à la fois sur les années disparues d'où elle a surgi et sur sa pérennité jusqu'à nous, toute enracinée qu'elle soit en son époque spécifique, dans ses violences, dans ses bouleversements, dans ses espérances. Ce qu'elle peut nous apprendre aussi sur son auteur, en son temps, vu du nôtre. Il a voulu affirmer obstinément une stricte séparation entre les deux faces de son existence. Oui, mais il est peu probable que cela soit possible. 

C'est en tout cas ce que nous allons vérifier en compagnie d'Henriette Levillain. Professeur émérite à la Sorbonne, Paris IV, spécialiste de littérature comparée, elle est l'auteur d'une biographie de Saint-John Perse qu'elle a fondée sur des décennies de fréquentation de son œuvre. Son admiration ne se mue jamais en complaisance, comme vous allez pouvoir le constater, mais elle y trouve l'aigu d'une lucidité.

Archives sonores

- Remise du Grand Prix national des Lettres à Saint-John Perse par André Malraux (discours d’André Malraux suivi de celui de Saint-John Perse), le 10 novembre 1959.

- Lecture du poème « Pour fêter un enfance », extrait d’Eloges de Saint-John Perse (1911), lu par Jacqueline Morane en 1959.

- Lettre de Saint-John Perse à sa mère, écrite depuis Pékin le 2 août 1917, lecture de Pierre Constant dans l’émission « Hommage à Saint-John Perse » dans « Les samedis de France culture », le 1er novembre 1975.

- Lecture par Michel Bouquet d’un extrait du discours prononcé par Saint-John Perse en hommage à Aristide Briand en 1942, diffusée l’émission « Hommage à Saint-John Perse » dans « Les samedis de France culture », le 1er novembre 1975.

- Lettre de Saint-John Perse adressée à Archibald MacLeish, datée du 23 décembre 1941, lecture par Pierre Constant sur France culture dans « Les samedis de France culture » de Pierre Oster, le 25 octobre 1975.

- Lecture par Michel Bouquet d’un extrait de « Chronique » de Saint-John perse (1959), diffusée dans l’émission « Belles Lettres » de Robert Mallet, Pierre Sipriot et Pierre Barbier, le 1er novembre 1960.

Bibliographie

- Henriette Levillain, Saint-John Perse, Fayard, 2013.

- Henriette Levillain, Catherine Mayaux, Mireille Sacotte (dir.), Dictionnaire Saint‐John Perse, Paris, Honoré Champion (coll. « Dictionnaires et références »), 2019.

- Renaud Meltz, Alexis Léger dit Saint-John Perse, Paris, Flammarion, « Grandes biographies », 2008.

- Mireille Sacotte, Alexis Leger / Saint-John Perse, Paris, Belfond, 1991 ; rééd. Paris, L'Harmattan, 1997.

- Henriette Levillain, Yourcenar, carte d’identité, Fayard, 2015. 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......