LE DIRECT

Le Sahel par la bande

58 min

« Depuis toujours, les esprits libres ont habité le désert » Friederich NIETZSCHE

Ce trip sonore en direct nous emmènera dans différents déserts, imaginaires ou réels, en version acoustique, rock ou plus électro, et avec un invité spécial le Mercredi 28 août, en la personne du clarinettiste YOM, un super rockeur rabbi voyageur au long cours sur les traces du peuple juif dans le désert.


Le Sahel par la bande * ou comment les cassettes puis les téléphones portables ont façonné un nouveau son du Niger, au Mali, en passant par la Mauritanie, l'Algérie ou la Libye entre rébellion, guitares électriques et samplers…**
D’Agadez à Kidal ou de Tessalit ou Timbuktou, par delà les pistes et la poussière, les fantasmes et les clichés, avec ou sans pile, la musique fait sa route dans le désert. Et surtout, dans l’immensité de l’espace désertique, elle incorpore l’histoire et son temps. Elle a d’abord digéré les guitares électriques quand il a fallu se faire entendre dans les camps d’entraînement libyens des années 80, puis elle a amplifié et synthétisé l’ennui des « Ishumar » (du Français « chômeurs »), les jeunes chômeurs des dunes, qui ont créé leur propre style musical. Et elle fait toujours place aux jeunes, nourris de ce que l’Occident a labélisé « blues du désert », qui reprennent et réarrangent les tubes du désert à l’infini. De quoi enchanter des stars américaines de l’indie rock, prêtes à embarquer les nouveaux prodiges des sables chez l’oncle Sam, tandis qu’au Sahel, comme dans le reste de l’Afrique de l’Ouest, le coupé décalé coupe et colle encore son influence sur les distorsion de voice coder et de sampleurs bons marché.

Reste à partager la musique. Alors que les cassettes des années 80 /90 se copiaient en temps réel, et craignaient la chaleur, et le CD trop fragile, aujourd’hui le bluetooth des téléphones portables permet d’échanger un morceau en moins de temps qu’il ne faut pour allumer une cigarette. L’explosion des cellulaires et des clés USB a donc sérieusement changé la façon d’écouter et d’échanger la musique. Et donc le son du désert.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Playlist :

Bombino - Her Tenere par (Nomad-2013)

Tinariwen - Amassakoul Tenere (Amassakoul-2004)

Tinariwen -Soixante-Trois (Aman Iman-2007) -

Intiyeden (K7)

Tinariwen -Desert Wind (Imidiwan-2009)

Azawad - Mano Dayak (Azawad live -1999)

Amanar – Alghafiat (Alghafiat)

Tinariwen Chet Boghassa (Amassakoul-2004)

Mdou Moctar Chet Boghassa (Afelan)

Bombino – Bourghassa live

Mdou Moctar - Tahoultine (Afelan)

Mdou Moctar – Tahoultine (Music from Saharan Cellphones 2 2012 )

Friday - sahelsounds - Music from Saharan Cellphones 2 – 2012)

Lakal Kaney - Soul Tamashek (Music from Saharan Cellphones 2- )

DJ Mopao – Peguele (Music from Saharan Cellphones- Volume 2 )

Papito ft. Iba One - Music from Saharan Cellphones - 05 Yereyira

Group Anmataff – Tinariwen (Music from Saharan Cellphones- 2012 )

Bombino « Amidinine » (Nomad -2012).

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......