LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'Effet Zappa : pour une contre-histoire de la culture américaine, et autres ... (1) : Zappa et la musique du XXème siècle

59 min

Bandeau Zappa
Bandeau Zappa
Zappa
Zappa Crédits : Radio France

Samedi 4 décembre 1993 !

Jour de tristesse pour tout ce que la terre compte d' aspirateurs, de moustaches, de caniches et de sofas. Frank Zappa quitte la scène, vaincu par un cancer dont il n'aura pu faire ni une composition pour percussion, ni un accessoire de scène, pas même une figure de son pandémonium gothique.MAIS, comme l'écrivait son maître Edgard Varèse, "Present day composer refuses to die", "le compositeur d'aujourd'hui dit non à la mort". ALORS, pas mort Zappa ! s'en fout la mort Zappa ! Zappa résiste ! preuve en est : tous ses albums ou presque viennent de réapparaître dans les bacs. Il est bien normal que pour le vingtième anniversaire de sa transmutation en esprit des airs et de sa fusion dans la "grande note" cosmique, France-Culture s'offre une escapade zappaienne au sein des mille et une formes que prirent, de 1953 (date de sa première "hiérophanie" musicale) à 1993, son monde poétique, sa vision politique et, avant tout, son univers de compositeur.Mais quel Zappa ? L'hydre a plusieurs têtes et le dieu mille mains et tous seront évoqués : le fomantateur du groupe Mothers of invention (version freak et free-rock de l'actionnisme dada), le dansant disciple de Varèse, Stravinsky et Webern (qui paracheva son parcours de compositeur du XXe par une collaboration avec Boulez et une histoire d'amour avec les virtuoses allemands de Ensemble modern), le militant politique qui, de batteur d'un petit combo multiracial à témoin de choix auditionné par le Sénat américain, n'eut de cesse de malmener le conservatisme WASP et la bien-pensance yankee, politicarde et télévangélique ; le metteur de pieds fétides dans tous les plats tristes et soupes figées de l'Amérique blanche (et à ce titre pornographe jovial, profanateur enjoué et blasphémateur en roue libre) et surtout l'infatigable démiurge d'un monde où Dracula et Bartok, Bugs bunny et Stockhausen, Phil Spector et Yves Tanguy cessent ENFIN d'être perçu contradictoirement.

> 5 heures pour les découvrir, 5 thèmes :

1/ "L'Artisan furieux" : Zappa et la musique du XXe siècle. 2/Freak parade : Zappa en scène. 3/"Go to hell" : Zappa, acteur politique 4/ "Mothers of jubilation" : Zappa et les "mauvais genres" (cinéma Z, pornographie), musique attractives, etc... 5/La traversée du manche : Zappa, un guitar - héros
L'Artisan furieux : En ouverture à cette Zapparade estivale destiné à commémorer, sur FC, le 20e anniversaire (décembre 1993) de la mort de Frank Zappa, non une émission sur la rock-star, le sorcier freak ou le précurseur du Jazz-rock, mais une émission sur Zappa et la musique du XXe siècle. Pourquoi ? Parce qu'elle est, cette musique dite "contemporaine", le meilleur accès et le plus sûr fil rouge pour découvrir et suivre le parcours de l'auteur d'"Hot rats", "200 motels" ou "One size fits all". Son big bang musical et créatif, Zappa l'a en effet connu, en 1955, du soudain saisissement esthétique que lui communiqua "Ionnisation", musique d'Edgard Varèse découverte un peu par hasard. Ce que cette oeuvre pour seules percussions lui révéla fut "la musique savante qui manque à notre désir" dont parlait Rimbaud : une grammaire ouverte de l'alchimie sonore, une capacité libertaire du son à toucher à la racine même des choses, la grande liberté. Une découverte qui fit de Zappa un compositeur, mais compositeur à la table, grand noircisseur de portées et démiurge rythmique. D'autres liens séminaux suivirent, toujours lié à l'avant - garde européenne du XXe siècle : Stravinsky, Webern, Schoenberg. Puis vinrent les bad boys de la musique américaine : Charles Ives, Leo Ornstein, George Antheil et cet artisan foudroyant du piano mécanique que fut Conlon Nancarrow. Parmi les vivants Boulez, dont Zappa appréciait fort "le Marteau sans maître" et surtout les capacités de chef ; rien d'étonnant à ce que Boulez accepte de diriger des partitions de Zappa, à Paris, en 1984. La carrière de compositeur "classique" de Zappa connut, après mille déconvenues avec des orchestres peu motivés ou des impresarios empressés, une fin heureuse : sa collaboration avec les virtuoses allemands d'"Ensemble Modern", Lui qui s'était orienté vers la musique synthétique (car plus exacte dans son expression millimétrée), trouva des musiciens capable d'aligner leurs prouesses sur celles de l'ordinateur. Son dernier disque public, "Yellow shark" expose cette épiphanie.

Discographie : > Edgard Varèse - Ionisation - Julliard percussion ensemble> Edgard Varèse - Arcana - Chicago symphony orchestra, dir. : Jean Martinon> Edgard Varèse - Amériques - Utah symphony orchestra, dir. : Maurice Abravanel> Edgard Varèse - Octandre (version par les Mothers of invention) - Roads tapes 1> Igor Stravinsky - le Sacre du printemps (ouverture) - Boston symphony orchestra, dir. : Pierre Monteux.> Frank zappa - In a gadda Stravinsky - "Guitar"> Frank zappa - Invocation and dance of a young pumpkin - Absolutely free> Igor Stravinsky - Marche royale de l'Histoire du soldat - dir. : Igor Markevitch> id. : version Zappa - Make a jazz noise here> Frank Zappa - Little march - You couldn't do that on stage anymore, vol 5.> Frank Zappa - Tities and bier - Zappa in New York> Igor Stravinsky - Agon - dir. : Igon Stravinsky> Frank Zappa - Igor's boogie 1 et 1 - Absolutely free> Anton Weber - Bagatelles pour quatuor à cordes - Pierre Boulez, oeuvre complète de Webern, DG> Bela Bartok - 3e concerto pour piano - E. Farnady/Herman Schecher - Urania> Marice Ravel : Boléro (version reggae par Frank Zappa)> Frank Zappa - Charles Ives - You couldn't 5> Leo Ornstein - Danse sauvage - Marc André Hamelin> Frank Zappa - Mo'n herb vacation (3e partie) - London symphony orchestra, dir. : Ken Nagano> Frank Zappa - Naval aviation in art - Ensemble intercontemporain - dir. : Pierre Boulez > Conlon Nancarrow - study for piano player n °41> Frank Zappa - G spot tornado - ensemble modern

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......