LE DIRECT
Namie, forêt Sakai, zone d'exclusion,  Fukushima 2016.  (2,5 à 12,2  μSv/h )

Fukushima Radiographie

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment donner à voir l'invisible radioactivité? Hélène Lucien et Marc Pallain sont allés sur le terrain, dans la zone d'exclusion autour de la centrale nucléaire de Fukushima. Ils ont confié à l'artiste sonore Floy Krouchi la mise en onde de cette expérience.

Namie, forêt Sakai, zone d'exclusion,  Fukushima 2016.  (2,5 à 12,2  μSv/h )
Namie, forêt Sakai, zone d'exclusion, Fukushima 2016. (2,5 à 12,2 μSv/h ) Crédits : Marc Pallain

Un essai radiophonique de Floy Krouchi, Hélène Lucien et Marc Pallain

Réalisation : Annabelle Brouard

Technique : Alain Joubert

Pour révéler l’empreinte de la radioactivité et cristalliser une preuve concrète et indéniable de l’invisible, Hélène Lucien (artiste plasticienne) et Marc Pallain (photographe) ont déposé, en 2012 et 2016, des films radiographiques médicaux analogiques vierges dans la zone d'exclusion autour de la centrale nucléaire de Fukushima .

Ils les ont soumis aux rayonnements ionisants pendant des durées variables (de 3 à 37 jours) et à différents niveaux de radiation (entre 3,8 microSievert/h et 40 microSievert/h).

Futaba, forêt, zone d'exclusion , Fukushima 2016.  2,2 à 10,5  μSv/h
Futaba, forêt, zone d'exclusion , Fukushima 2016. 2,2 à 10,5 μSv/h Crédits : Marc Pallain
Akaugi, zone d'exclusion,  2012.   (20,5   à  42,7  μSv/h)
Akaugi, zone d'exclusion, 2012. (20,5 à 42,7 μSv/h) Crédits : Marc Pallain

Il en résulte une série d'images appelées "Chronoradiogrammes", véritables paysages intérieurs qui reposent sur le principe photographique comme révélateur indiciel de la radioactivité. Ce travail a fait l’objet d’une exposition "Fukushima, l’invisible Révélé" à la Maison Européenne de la Photographie en septembre et octobre 2016.

Dans "Fukushima Radiographie", la création sonore a été composée à partir des sons rapportés par Hélène Lucien et Marc Pallain de Fukushima avec, pour élément central, étiré, méconnaissable et essentiel : le dosimètre. Floy Krouchi, l’artiste sonore invitée sur ce projet par Hélène Lucien, interroge les artistes sur leurs sensations durant ce travail dans la zone d'exclusion de Fukushima. Il s'y joue la question de la subjectivité, du risque, de l'engagement et la mise en jeu du corps dans la zone contaminée. En parallèle, l'écriture poétique et visionnaire du poète Jotaro Wakamatsu, recrée des images à travers une série de poèmes prémonitoires dits en français et en japonais par Gyohei Zaitsu. Ces poèmes traitent de l'inéluctable catastrophe à venir sur la zone de Fukushima, en écho à celle de Tchernobyl qui avait marqué fortement le poète suite à son séjour en 1987.

Nagadoro,  zone d'exclusion, ferme abandonnée, Fukushima 2012.  (12,7 à 41,2 μSv/h.)
Nagadoro, zone d'exclusion, ferme abandonnée, Fukushima 2012. (12,7 à 41,2 μSv/h.) Crédits : Marc Pallain

Avec des extraits de « Hitono Akashi » de Jotaro Wakamatsu

Librement traduit de l’anglais par Jacques et Jacqueline Krouchi

Avec : Gyohei Zaitsu, Jotaro Wakamatsu, Michael Ferrier, Madame Takahashi

Texte additionnel Hélène Lucien et Marc Pallain

Composition originale Floy Krouchi

Une création en écho à l'exposition "Fukushima l'invisible révélé " d'Hélène Lucien et Marc Pallain (Maison Européenne de la Photographie, Sept-Nov 2016)

Namie, forêt, route 114, Fukushima 2016 . ( 2,5 à 7,5 μSv/h.)
Namie, forêt, route 114, Fukushima 2016 . ( 2,5 à 7,5 μSv/h.) Crédits : Marc Pallain
Iitate, route 399, zone interdite, Fukushima  2012.  ( 12,3 à 27,5 μSv/h.)
Iitate, route 399, zone interdite, Fukushima 2012. ( 12,3 à 27,5 μSv/h.) Crédits : Marc Pallain
Odaka, village abandonné, zone d'exclusion, Fukushima 2012.  ( 1,8 à 15,5 μSv/h)
Odaka, village abandonné, zone d'exclusion, Fukushima 2012. ( 1,8 à 15,5 μSv/h) Crédits : Marc Pallain
Odaka, village abandonné, zone d'exclusion, nuit, Fukushima 2012.   ( 1,8 à 15,5 μSv/h)
Odaka, village abandonné, zone d'exclusion, nuit, Fukushima 2012. ( 1,8 à 15,5 μSv/h) Crédits : Marc Pallain

L'exposition " Fukushima, l'invisible révélé "

Élaborée suite à la catastrophe de Fukushima en mars 2011, l’exposition a été pensée comme un parcours sensoriel à travers une série de photographies et d’installations plastiques et vidéo. S’interrogeant sur la représentativité de l’invisible, Hélène Lucien et Marc Pallain cherchent à révéler les traces de cet accident.

Pour montrer l’empreinte de la radioactivité ils ont déposé des films radiographiques sur les zones irradiées pendant des durées variables et à différents niveaux de radiation. Ce procédé, reposant sur le principe photographique, a produit des « chronoradiogrammes », représentations temporelles du dialogue entre la mémoire imprimée sur le film radiographique et la réalité changeante de la zone. Ce dispositif, qui constitue le cœur du projet, entre en résonnance avec des photographies prises sur la zone, des montages vidéo et des sculptures réalisées pour l’occasion, autant d’éléments qui s’imposent comme révélateurs d’une réalité invisible.

Interview Hélène Lucien et Marc Pallain - Fukushima, l'invisible révélé

Article sur l'exposition

Site Hélène Lucien /Marc Pallain

Site Marc Pallain, Photographe

Site Floy Krouchi, Compositrice et Artiste Sonore

Travailleur zone contaminée, Iitate, Fukushima 2016.
Travailleur zone contaminée, Iitate, Fukushima 2016. Crédits : Marc Pallain
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016 Crédits : Marc Pallain
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016 Crédits : Marc Pallain
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016
Travailleur zone contaminée, Namie / Odaka, Fukushima 2016 Crédits : Marc Pallain
Chronoradiogramme, Iitate , zone de montagne, Fukushima,  juillet 2012. ( exposition entre 7,3 et 10,8 à 15,5 μSv/h)
Chronoradiogramme, Iitate , zone de montagne, Fukushima, juillet 2012. ( exposition entre 7,3 et 10,8 à 15,5 μSv/h) Crédits : Hélène Lucien et Marc Pallain
Chronoradiogramme sans titre , Akaugi,  Fukushima juillet 2012.  ( exposition entre 17,8 et 31,5 μSv/h)
Chronoradiogramme sans titre , Akaugi, Fukushima juillet 2012. ( exposition entre 17,8 et 31,5 μSv/h) Crédits : Hélène Lucien et Marc Pallain
Chronoradiogramme sans titre , Namie, ferme Oshinawa,  Fukushima Mai 2016.  ( exposition entre 1,8 et 3,3 μSv/h)
Chronoradiogramme sans titre , Namie, ferme Oshinawa, Fukushima Mai 2016. ( exposition entre 1,8 et 3,3 μSv/h) Crédits : Hélène Lucien et Marc Pallain

Chroniques

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......