LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sufi singer of Sheik Ibrahim’s group, Harar. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau.
Épisode 10 :

Illuminations

1h
À retrouver dans l'émission

par Soundwalk Collective avec la participation de Patti Smith : Rimbaud et les maîtres Soufis en Ethiopie

Sufi singer of Sheik Ibrahim’s group, Harar. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau.
Sufi singer of Sheik Ibrahim’s group, Harar. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau. Crédits : Eponine Momenceau / DR

Le 7 avril 1891, Arthur Rimbaud quitta Harar (Ethiopie), après 10 ans passés dans la corne de l'Afrique entre Aden et l'ancienne Abyssinie, dans un silence poétique aussi profond et limpide que les nuits du désert. Au cours des 125 dernières années, Rimbaud a été traduit dans des centaines de langues, mais paradoxalement jamais dans les dialectes des régions où il a choisi de vivre et de disparaître de la surface du monde.

En hommage à la terre et au peuple qui ont été témoins et qui ont partagé le silence du poète, ses poèmes ont été traduits dans les différents dialectes traditionnels de l'ancien royaume d’ Abyssinie (Amharic, Oromo, Harari) et enregistrés par des maîtres soufis accompagnés de leurs groupes dans les rituels traditionnels de « question et réponse » Zikri, dans une volonté symbolique et surréaliste de faire résonner les paroles de Rimbaud avec celles des mystiques qui incarnent la tradition soufie.

Stephan Crasneanscki and Sufi singer. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau.
Stephan Crasneanscki and Sufi singer. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau. Crédits : Eponine Momenceau / DR

Les rituels soufis ont été un élément fondamental de l'expérience de Rimbaud à Harar.

Sa quête spirituelle et sa libération par la poésie sont en résonance permanente avec le soufisme.

Il prétendait autrefois que les poètes se rendent  voyants par un long et immense déraillement calculé  de tous les sens, par la connaissance de toutes les formes d'amour, de souffrance et de folie.

Le but ultime du soufisme est de devenir un avec l'invisible, c'est-à-dire l'absolu.

La poésie d'Arthur Rimbaud aspire au même objectif, à la nature de l'absolu.

Rimbaud trouve ses sources dans l'expérience visionnaire car il crée un monde original.

Il animait une concorde de sons, qui comprend toutes les possibilités qui nous entourent et que nous ne voyons pas.

Il était toujours à la recherche de l'unicité. C'est aussi ce que les Soufis cherchaient à leur manière.

Cela signifie que l'univers n'est pas composé de matière inanimée et animée.

L'unicité est une seule présence vivante, dans laquelle il n’y a pas de distinction entre la mort et la vie.

Au cours des dix dernières années de sa vie, Rimbaud a toujours été dépeint comme un commerçant africain qui n’a plus jamais écrit une seule ligne de poésie. Mais que se passerait-il si sa prose-poème hallucinatoire était secrètement maintenue en vie par les tribus soufies au pays de l'Abyssinie, comme une ultime tentative de Rimbaud pour redonner vie à la poésie ?

Et si Rimbaud avait secrètement enseigné des fragments de ses poèmes aux maîtres soufis, volant le feu de l'Europe pour l'apporter au voyant - celui qui pouvait enfin l'entendre et chanter toute la nuit avec lui, à la recherche de l'invisible, de l'inaudible, de l'intangible et de la permanence sans limite.

Sufi group of Sheik Ibrahim. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau.
Sufi group of Sheik Ibrahim. Image extraite du film "Illuminations". Film réalisé par Éponine Momenceau. Crédits : Éponine Momenceau / DR

A Paris : 

Production de l'essai radiophonique Stephan Crasneanscki

Réalisation Stephan Crasneanscki, Céline Ters

Prises de son additionnelles à Paris Pascal Besnard 

Mixage Bruno Mourlan

Une coproduction 

Soundwalk Collective 

Stephan Crasneanscki, Simone Merli, Kamran Sadeghi

Deutschlandfunk Kultur

Marcus Gammel

Chants Patti Smith avec les disciples soufis de Sheik Ibrahim

Voix  Mulatu Astatke, Abel Ferrara, Melvil Poupaud, Charlotte Rampling, Patti Smith

Textes :

  • Chanson de la plus haute tour et Sensation par Arthur Rimbaud
  • Lettres de Vitalie Rimbaud à sa fille Isabelle
  • Lettres d’Arthur Rimbaud 
  • Texte original : Alain Sancerni

Prise de son à Harar Simone Merli (Soundwalk Collective)

Prise de son supplémentaire Nicolas Becker

Enregistrements studio Abegasu Shiota, Addis Abeba

Assistants de production Teddy, Abdul et Nebil Serej

Musique composée et produite par  Soundwalk Collective

Consultant pour la composition Hans Tammen

Traduction Alemayehu Demeke, Brooke Beyene, François Morand, Berhanou Abebe, Jakob Schumann, Bruno Givodan

Remerciements à 

Éponine Momenceau, Alain Sancerni, Bernard Dumerchez, Jean-Marc Boutonnet-Tranier, Tony Shanahan, Pauline Lecointe,  Shama Books, Louvre Grand Hotel Addis Abeba, Ambassade de France à Addis Abeba, Ambassade d’Italie à Addis Abeba, Centre Culturel National Harari, Abegas Shiota, Sharon Gilamike, Francesco Petrucci, Jennie Sobol, Marcus Gammel, Analogue Foundation, Audio-Technica. 

“Illuminations"est un projet qui a reçu le soutien de Analogue Foundation.
 

Illuminations  en  son 3D en binaural (au casque) ou en 5.1 sur votre home cinéma.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......