LE DIRECT
Pierre Schaeffer, travail de recherche sur la spatialisation du son, 1955

Pierre Schaeffer au temps du Studio d'essai (1943-1945)

59 min
À retrouver dans l'émission

De la contrainte et de l'urgence naissent parfois des aventures extraordinaires... Pierre Schaeffer entré à la radiodiffusion en 1935, fonde le studio d'essai en 1943, sous l'occupation. Il imagine un lieu dédié à l'art radiophonique, et doit alors composer avec le gouvernement Vichy

Pierre Schaeffer, travail de recherche sur la spatialisation du son, 1955
Pierre Schaeffer, travail de recherche sur la spatialisation du son, 1955 Crédits : Maurice Lecardent - collection INA

De Stéphane Bonnefoi, réalisation Alexandre Bazin

En collaboration avec le Groupe de Recherches Musicales (GRM) de l'INA

Ina GRM
Ina GRM

De la contrainte et de l'urgence naissent parfois des aventures extraordinaires…

Ce fut le cas durant l'occupation en France, où le jeune polytechnicien Pierre Schaeffer, entré à la Radiodiffusion en 1935, va fonder en 1943 le Studio d'essai, préfiguration du fameux Club d'essai de Jean Tardieu de 1946.

Des années courtes mais fondatrices pour la radiodiffusion française et la création radiophonique. Fondatrices mais finalement peu connues…

Et pour cause, Pierre Schaeffer doit composer, au moins dans un premier temps, avec Vichy afin d'obtenir les moyens de son ambition. Depuis deux années déjà, il imagine un lieu où l'on formerait un personnel spécifiquement dédié à cet art radiophonique que Schaeffer appelle de ses vœux.

Le détonateur sera le stage de Beaune de 1942 où, sous les conseils de l’homme de théâtre Jacques Copeau, Schaeffer, soutenu par une équipe de techniciens et de comédiens aventureux, tente de démultiplier les potentialités du micro. Un acte fondateur pour celui qui rêve de faire scène à la radio…

Durant ces années de guerre, il va également composer La Coquille à planètes, le premier opéra radiophonique, d'une ambition démesurée. Une pièce qui annonce la musique concrète, qu'il inventera quelques années plus tard (1948).

En 1944, Schaeffer va mettre l'outil radiophonique au service de la résistance. La Libération de Paris va pousser la petite équipe à quitter sa chambre de bonne de la rue de l’Université pour se colleter avec le réel. On entend le journaliste-résistant Pierre Crénesse commenter la vie de rues en guerre, séquences qui comptent parmi les plus puissantes d'une radio balbutiante, qui ne diffuse que quelques heures par jour. Clandestinement, la nuit, Schaeffer enregistre les poètes de la résistance : Camus, Lescure, Eluard… Il diffuse des messages et des compositeurs interdits par les Allemands. Il prépare aussi des programmes pour l'après-guerre, dont il cache les disques chez des membres de sa famille. Le Studio d’essai sera l’une des voix majeures de la libération.

Il cessera ses activités en mai 1945, mais Pierre Schaeffer a libéré la radio, lui ouvrant des perspectives nouvelles. Cette radio qui, regrettait-il, se contentait d'imiter d'autres arts…

Avec Karine Le Bail, Giordano Ferrari et Martin Kaltenecker

Musiques de Pierre Schaeffer (Le trièdre fertile et Etude aux objets) et de Bernard Parmegiani (Strilento, La création du monde et Exercismes)

Archives Ina : Annelore Veil

Chroniques

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......