LE DIRECT
Ruine

Ruine

1h
À retrouver dans l'émission

Après une résidence de création en milieu carcéral qui a donné lieu à un film, Tony Hayère se questionne, comment parler de la prison? Comment cette expérience transforme? Comment en rendre compte?

Ruine
Ruine Crédits : D.L

De Tony Hayère et Gilles Mardirossian

Avec Jordan Verger.

Musique Tony Hayère

Ce Creation on Air a été réalisé à l'image d'un retour sensible et personnel sur l'expérience d'une résidence de création en milieu carcéral.

J'ai mené cette résidence entre Nov 2014 et Juin 2015, successivement avec Séverine Frugier et Céline Laurens.

Un film en est né : « Dans Notre temps »

Puis « Qu'ai je fait ? »

Voilà la question qui s'est posée devant moi à la suite de ce travail.

Alors, pour continuer à avancer, j'ai écrit.

J'ai voulu dire ce que la prison était, hors de ce qu'elle paraissait être.

Ou plutôt non, j'étais incapable de dire ce qu'elle était, parce qu'elle semblait ne pas vraiment appartenir à cet ensemble de choses que l'on peut prendre en soi.

J'ai voulu dire ce qu'elle m'avait fait.

Pas le personnel pénitentiaire, pas les détenus, pas ses murs, ni son bruit, mais Elle, ce qu'Elle m'avait fait, ou plutôt ce qu'Elle m'avait dé-Fait. Comment elle m'avait pris aussi, sans même que je la sente me saisir, de manière pleine, à mes dépends.

Entrer là, c'était être "là", ce "là" d'elle, ce "là" qui pourtant semble ne pas pouvoir être ou exister.

"Je crois que j'avais décidé de la rencontrer comme on rencontre une ruine, c'est à dire dans ce que le temps et dans ce qu'elle, ont laissé d'elle, là, juste là."

" On a pensé un temps, la démolir pour la reconstruire entièrement, mais personne ne s'y essaie.

Par peur sans doute, de perdre avec les pierres que l'on remplacerait, les raisons qui ont poussé les hommes d'autrefois à les placer de cette manière, par peur certainement aussi de ne plus trouver les raisons, la nécessité, l'occasion de la construire à nouveau, par peur de toucher certainement à cette construction, qui bien que traversée par les années, à tenu bon et n'est pas tombée, et si elle n'est pas tombée, si elle ne s'est pas écroulée en décombres, c'est qu'elle doit rester là, la forêt l'observe et l'a déjà mangée, toute entière, de ses branches et de ses cordes raides.

Alors on la contourne sans poser de questions, parce que la toucher ce serait la fragiliser, la toucher ce serait ne pas savoir ce que l'on fait...

il faudra l'accepter simplement, dans nos sillages ? "

Texte et lecture 1 : Tony Hayère

Texte et lecture 2 : Jordan Verger

Avec : Nathalie, Florina, Nina, Thibord, Seydou, Frederico, Denis, Séverine, Tony Hayère et Jordan Verger

Merci à Loïc Naël et Daniel Gros-Circan du SPIP d'Angoulême, Sophie Glandier et au Creadoc d'Angoulême.

Chroniques

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......