LE DIRECT
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau le 22 janvier 2016 à Davos

Davos vu d'ici

3 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuel Macron ne fût pas la vedette de Davos, Justin Trudeau oui. La fin annoncée des 35h n'a pas eu d'echo, le retour de l'Argentine et les divisions européennes sur l'immigration, beaucoup plus. Retour sur Davos vu d'ici et par les médias anglophones.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau le 22 janvier 2016 à Davos
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau le 22 janvier 2016 à Davos Crédits : Ruben Sprich / Reuters - Reuters

Davos est un sommet très sélectif. Il faut acquitter entre 50 000 et 500 000 euros selon l'entreprise à laquelle on appartient et son niveau de parrainage de l’événement. Plus de la moitié des participants sont américains ou européens. Voir ici la liste des 2500 participants.

Pour les journalistes, c'est gratuit mais les places sont contingentées, et pour le moment, les places de Radio France reviennent à nos collègues de France Inter et France Info.

Mais on peut suivre Davos à distance, la plupart des conférences sont accessibles sur le net.

Le World Economic Forum (#wef) les organisateurs font un résumé quotidien des meilleurs moments

Le rendez-vous est très bien couvert par les agences de presse économiques comme Bloomberg, Reuters, et avec les réseaux sociaux on a facilement accès aux commentaires des participants, qu'ils soient jeune entrepreneur "on the rise", professeur d'économie, ou journaliste. L'un des meilleurs blogs sur la couverture de Davos est celui d'un professeur de New York, Ian Bremer. Ses tweets sont concis et le plus souvent accompagnés d'infographies ou de dessins éclairants, ou drôles. Comme celui-ci.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un début inquiet... une fin plus morose encore

Le ralentissement de la croissance annoncé par le FMI dès le premier jour était dans tous les esprits, mais pour penser que le FMI n'était pas encore assez pessimiste. "Je sens une atmosphère très négative, relève Ian Bremer, professeur américain qui vient chaque année et tient l'un des blogs sur Davos les plus consultés, un peu comme en 2009 raconte-t-il, juste après la crise financière, sauf que là, c'est comme si personne ne savait d'où la crise allait venir".

Interrogé à ce sujet par CNBC, une chaîne américaine, le patron du plus grand fond au monde, Larry Fink, qui gère avec Black Rock plus de 4500 milliards d'actifs (plus du double du PIB de la France,) un homme surpuissant comme ceux qu'on peut croiser à Davos, a estimé que les soubresauts de ce début d'année sont le prix à payer pour de meilleurs gains à long terme.

"I do believe there is a need for blood in the street", a t il dit. "Je crois qu'il faut que cela saigne dans la rue"

Puis il a développé sa pensée. OUI, il va y avoir de la casse, mais cette correction du marché élimine les faibles, ce qui selon lui est bon à long terme.

Voilà pour une analyse prétendument positive de l’économie actuelle, ce qui n'a rien de rassurant. Sur le plan politique, les élites de Davos se sont inquiétées de la montée du populisme en Europe et aux Etats-Unis, où Donald Trump ne recueille pas leur faveur.

Emmanuel Macron vedette.... des médias français.

Notre ministre de l'économie n'était la vedette de Davos, pour la presse française certes, mais la presse internationale s'est beaucoup plus intéressée au retour de l'Argentine à Davos après 10 ans d'absence, et aux promesses de son nouveau Président Mauricio Macri de trouver un arrangement avec ses créanciers.

A voir les nombreuses photos que le nouveau président a tweeté, de ses rencontres bilatérales des leaders européens et américains et les milieux économiques, on comprend pourquoi Davos peut être un rendez-vous incontournable pour qui veut ré-ancrer son pays dans la mondialisation.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Emmanuel Macron, en revanche, est introuvable dans les récapitulatifs du sommet écrit par les organisateurs.

Introuvable dans le résumé des meilleures vidéos.

Il ne fait pas non plus partie des 36 meilleures citations du Forum de Davos.

Justin Trudeau super star

C'est un jeune premier, mais déjà au pouvoir, Justin Trudeau, le Premier ministre canadien qui fût la star montée au pinacle par le Wef cette année. Il a deux citations dans le best of, et l'une d'elle fût le tweet le plus retweeté de tout le forum.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Justin Trudeau qui dit qu'il ne faut pas avoir peur du mot féministe, et qu'il faut élever ses enfants comme des féministes. Justin Trudeau qui dit que le vrai leadership c'est construire des échelles sociales pour tous. Justin Trudeau qui demande à Leonardo di Caprio de baisser d'un ton, car sa rhétorique enflammée ne change rien, et ne fait pas du bien à ceux qui perdent leur travail dans le pétrole pour répondre à l'acteur américain qui à l'ouverture avait dénoncé la cupidité des compagnies pétrolières.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Justin Trudeau superstar, les organisateurs du forum ont même diffusé un article synthèse de ses interventions intitulé: "les leçons de leadership de Justin Trudeau... "

Seul Français du best of : Manuel Valls quand il a dit que si la GB sortait de l'UE ce serait une tragédie.

L'Europe face à l'immigration : vraie inquiétude

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette fois, ce n'est pas la situation économique en Europe qui a attiré les commentaires, mais ses divisions sur l'immigration. Ce fût finalement le seul vrai nouveau thème, car l'an dernier déjà on parlait à Davos de la Chine opaque, du cours du pétrole, de la menace terroriste, et des transformations numériques.

De nombreuses conférences ont donné l'occasion aux leaders européens, notamment une intitulée "Europe at a tipping point" (L'Europe à un tournant, avec David Miliband, Emmanuel Macron, Lyse Doucet, Witold Waszczykowski, Federica Mogherini, Josef Joffe), ou encore "The Future of Europe", "L'avenir de l'Europe" avec le PDG d'Eni, Emma Marcegaglia, Robin Niblett from the UK, le premier ministre hollandais, Mark Rutte, le ministre des finances allemand, Wolfgang Schaeuble, le Premier ministre grec Alexis Tsipras, et le Premier ministre français Manuel Valls.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Or leurs réponses n'ont rassuré personne. Au contraire. Le Premier ministre Serbe explique que fermer les frontières n'est pas la meilleure solution. Le Premier ministre hollandais estime lui que l'Europe à 6 à 8 semaines pour voir comment endiguer la prochaine vague d'immigration.

Si bien que la question laissée en suspend lors de ce Davos 2016 fût : l'Europe aura-t-elle encore un projet politique lors du prochain sommet dans un an ?

Chroniques

6H50
9 min

Les Enjeux internationaux

Proche-Orient. Dix ans après la victoire électorale du Hamas, les impasses du conflit israélo-palestinien
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......