LE DIRECT

Art et censure

59 min
À retrouver dans l'émission

La complexité du réel que l’art simule le rend porteur d’un projet de connaissance. L’œil qui voit n’est pas innocent. Il voit conditionné par tout ce qu’il a déjà vu muni de cette mémoire visuelle, il reçoit ce qu’il voit de « neuf » et l’assimile. Ainsi la chose vue entre en composition, dans sa vie, avec celles qui l’ont déjà constituée. Dès lors, l’art s’apprécie dans la juste mesure où il s’ajuste à nous. Plus encore, l’art nous est offert pour mieux accueillir la vérité. L’art se donne même à nous pour exprimer de façon acceptable une vérité qui, sinon, nous serait insupportable. Ce schème de pensée est transporté dans la conjoncture actuelle du Maghreb. D’un schème marqué aussi bien par Frege et Wittgenstein que par Montaigne et Proust, inspiré par la méditation et l’analyse d’œuvres aussi intenses que celles de Hugo et Balzac ou de Loos et Godard. De l’architecture à la littérature et au cinéma, on passe à l’objet artisanal marocain. Et c’est cet accès à la vérité par l’art que trouvent insupportable les islamistes. D’où leur volonté d’imposer leur censure pour ne laisser libre que l’accès à la vérité par leur sacré. Face à cette vision exclusiviste, le monde des arts et des lettres résiste en maintenant vif un site ouvert sur le monde où les références affluent de partout, errent, circulent, interfèrent et finissent par féconder l’œil pour que s’épanouisse l’esprit.

Bibliographie :

Ali Benmakhlouf, « C’est de l’art », DKéditions, Casablanca, 2011

Intervenants
  • professeur de philosophie à l'université Paris Est Créteil et membre senior de l'Institut universitaire de France, membre titulaire de l’Académie Nationale de Pharmacie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......