LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des imams dans les prisons

1h
À retrouver dans l'émission

Lecteurs de Surveiller et punir de Michel Foucault, nos deux imams prennent au sérieux leur charge d’aumônier de prison auprès de la population musulmane, surreprésentée puisqu’elle compte 40 à 50% de la population carcérale, et jusqu’au 70% en région parisienne, à Lille, Lyon ou Marseille.

Tareq Oubrou, imam de la grande mosquée de Bordeaux, assure épisodiquement sa fonction d’aumônier dans la petite prison de Gradignan. Tandis que Abdelhak Eddouk exerce d’une manière organique sa fonction à Fleury-Mérogis, l’un des mastodontes (avec les Baumettes à Marseille et la Santé à Paris), et finalement la plus grande prison d’Europe.

La raison de cette surpopulation n’est pas due à l’islam elle correspond simplement à la proportion des musulmans dans les zones à haut risque social, productrice de délinquance. Car la prison n’est que le reflet de la société. Toutefois cette fonction d’aumônier n’est pas aussi évidente pour un imam que pour un prêtre, lequel trouve un terrain d’accueil favorable en raison de l’existence de la confession qui prédispose à l’encadrement et à la guidance spirituels. D’ailleurs pour exercer son métier, l’imam apprend beaucoup de son collègue le prêtre. Et de fait la présence de l’imam apaise en ce monde de l’enfermement qui continue d’être gouverné par la mutation historique analysée par Michel Foucault, celle du passage des sévices corporels à l’épreuve morale : ce qui se manifestait à travers l’atteinte des corps avait été orienté vers la pression sur les âmes. Rien que cela rend aporétique toute idée d’humanisation du séjour carcéral.

Mais nos hommes de terrain tempèrent les limitations du philosophe, surtout lorsqu’ils comparent l’état des prisons marocaines et françaises. Les conditions de l’enfermement peuvent être améliorées dans les limites de l’étroitesse que marquent inéluctablement les murs infranchissables. Mais il n’en demeure pas moins que la préservation du corps constitue une mutation indiscutable. Le corpus arabe qui rend compte du temps des sévices est aussi profus, aussi inventif dans la cruauté que le corpus occidental dont rend compte Foucault au commencement de son livre.

Reste à poser la question de la propagation en milieu carcéral de l’idéologie islamiste violente et intolérante. Le rôle de l’imam éclairé s’avère essentiel dans le démontage du discours djihadiste et même du message archi pieux qui insiste sur la monstration des marqueurs identitaires (barbe, niqâb, etc.). Une telle déconstruction est aussi nécessaire que le baume par lequel l’imam oint les cœurs éplorés des incarcérés en puisant dans le fonds de la tradition morale consolatrice.

Bibliographie :

Tareq Oubrou, Un imam en colère, intégration, laïcité, violences, entretiens avec Samuel Lieven, Bayard, 2012

F. Khosrokhavar, L’Islam dans les prisons, Balland, 2004

Abood Alshalghy, Mawsû’at al-‘Azâb (« L’Encyclopédie des sévices », en arabe), 7 volumes, Glebweald LTD, Londres, sans date

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......