LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La stratégie de l’image d’Al-Qaida

59 min
À retrouver dans l'émission

Politologue et cinéaste, notre invité décrypte le rapport entre djihad global et médias. Les djihadistes intègrent à la terreur qu’ils exercent la guerre des images. Ils ont investi les moyens du net pour diffuser leurs vidéos meurtrières destinées à semer la terreur dans le cœur des populations qu’ils visent, ceux qu’ils appellent les sionistes, les croisés et les apostats parmi les musulmans qui ne pensent pas comme eux, tous rassemblés sous le label de kâfir, mécréant, infidèle à Dieu dont ils se croient les seuls à honorer et défendre par le sang la vérité.

Ces extrémistes mortifères célèbrent à travers leurs vidéos un véritable culte à ceux qui se sacrifient en semant la mort, ceux qui se tuent pour tuer. Dans leur production et réalisation d’images, ils procèdent à l’actualisation inconsciente de l’iconographie chrétienne et shi’ite qui met en scène le martyre des saints ou des imams.

Notre invité narre l’histoire de la mise en place de la stratégie de l’image de ce djihadisme qui sera capté par Al-Qaida à travers un récit mythique qui se veut mobilisateur.

Cette histoire va de la naissance de l’internationale djihadiste pendant la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan (1979-1989) à l’imitation de la hijra . L’expatriation prophétique est perçue comme étant le modèle à suivre. Le passage de Ben Laden de l’Arabie à l’Afghanistan des Talibans se veut mimétique de la migration du prophète de la Mecque à Médine. Là seront préparés les attentats du 11 septembre qu’ils appellent ghazwat Manhattan. Le mot « ghazwa » reprend le terme utilisé à Médine au temps de l’hégire pour désigner les actions militaires du prophète armé le terme concerne les raids dans la manière de faire la guerre entre tribus chez les Bédouins d’Arabie le terme donnera en français le mot « razzia ».

Cette seconde période dure de 1996 à 2001. Il convient aussi de rappeler la séquence intermédiaire, celle qui voit agir les djihadistes en Europe dans la guerre de Bosnie (1992-1995).

Pour produire ses images de propagande, Al-Qaida a créé une maison de production appelée Sahâb (Nuage). La chose a été pensée à travers une iconologie et une iconographie que notre invité décortique en convoquant des philosophes qui ont pensé l’icône (Marie-José Mondzain) ou le symbole (Rank), des sociologues comme Bourdieu qui ont analysé l’effet politique de la télévision, des sémiologues tel Barthes qui dans L’obvie et l’obtus décode et déchiffre les secrets et le sens caché du message transmis par le langage visuel.

Bibliographie :

Abdelasiem El Difraoui, Al-Qaida par l’image, la prophétie du martyre, PUF, Collection « Proche-Orient », 2013

Intervenants
  • politologue, spécialiste du monde arabe, du djihadisme et de sa propagande, auteur de « Le djihadisme », ed. PUF/Que sais-je et de « Al- Qaida par l'image », ed. PUF.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......