LE DIRECT

L'arabe dans l'oubli des langues

49 min
À retrouver dans l'émission

Nous cheminons de fable en essai pour découvrir que chaque langue est l'écho de l'autre ; l'on saura aussi que c'est l'effacement du babil originel qui permet l'accès à l'articulation et à la parole. Ainsi est-ce la remémoration suivie de l'oubli qui apporte l'énergie créatrice, laquelle semble répéter l'apprentissage premier, celui qui initie à la maîtrise de la langue, laquelle ne sera jamais toute. Et c'est par cette imperfection que se distingue l'homme et c'est par elle aussi qu'il réussit à inventer dans la diversité et l'écart et pas seulement à imiter dans l'immuable instinct soumis à l'invariant du code. De multiples exemples sont mis en scène pour tisser le texte avec des fils pris aussi bien à l'Europe qu'aux Hébreux ou aux Arabes. Le désenclavement de la référence arabe notamment est mené de main de maître. Ainsi chemine-t-on dans un même labyrinthe en rencontrant Spinoza, puis Jahîz (un classique arabe du Bagdad du IXe siècle), puis Jakobson, puis Freud pour finir avec Kafka. Bibliographie : Daniel Heller-Roazen, Echolalies essai sur l'oubli des langues , Le Seuil, 2007

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......