LE DIRECT

Le persan et la poétique

59 min
À retrouver dans l'émission

Le XIIIe siècle fut en Perse celui des périlleuses invasions mongoles.

Dans les lettres, ce fut le temps qui vit la naissance de la théorie littéraire en Iran. C’est un acte de résistance face à la destruction d’un monde.

Entre le retrait ou l’inévitable compromis politique avec les puissants envahisseurs, il fallait se prémunir de l’aliénation culturelle et de l’oubli de soi. Ainsi voit-on éclore, à quelques années de distance, aux marges opposées du plateau iranien (Shiraz, Alamut), deux arts poétiques intégralement conçus et rédigés d’une manière inaugurale en persan. Auteur du Livre de la somme, sur les étalons des poésies des Persans (ca.1240), Shams-e Qeys-e Râzî offrait le traité le plus accompli de la tradition. Tandis que le savant et polygraphe Naçîr al-Dîn T’ûsî explorait en philosophe l’essence de la poésie dans son Etalon des poésies, de la science de la métrique et des rimes (1251).

Derrière ces deux investigations, émerge l’idée d’une langue à défendre, à illustrer, à rehausser à une dignité grammaticale. Nos deux auteurs sont en effet animés par la certitude que la vérité de la langue habite le poème. Si Shams-e Qeys-e se lamente en ne trouvant pas un persan non mêlé aux dialectes et neutralisant l’hégémonie de l’arabe, Naçîr T’ûsî estime, quant à lui, qu’une langue impure est dans l’ordre même du discours.

Au-delà de la prolixité de l’un et de la brièveté de l’autre, nos deux auteurs signaient l’avènement de la tradition poétologique persane. Leur lecture croisée ne cesse de projeter des échos qui peuvent renvoyer à Dante et à sa quête d’un vulgaire « illustre », à Du Bellay et à sa défense et illustration de la langue française. Et ces propos poéticologiques qui émanent du Moyen-Age oriental parviennent jusqu’à nos oreilles ici et maintenant pour participer à l’interrogation de nos contemporains sur le sens et la portée du poème tel qu’il loge dans la langue et en nous.

Bibliographie

Justine Landau, De rythme et de raison, lecture croisée de deux traités de poétique persans du XIIIe siècle, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2013

Stéphane Diebler, Shams al-Dîn Mohammad b.Qeys al-Râzî, Le Livre de la Somme sur les étalons des poésies des Persans. Traduction annotée, mémoire de D .E.A. d’études iraniennes, Paris, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1996-1997

Justine Landau, Naçîr al-Dîn Tûsî, L’Etalon des poésies, de la science de la métrique et des rimes. Traduction annotée, mémoire de D.E.A. d’études iraniennes, Paris, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III, 2001-2002

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......