LE DIRECT
Mohammed VI, roi du Maroc, Melania et Donald Trump, Angela Merkel, Brigitte Macron et Vladimir Poutine à l'Arc de Triomphe à Paris, le 11 novembre 2018
Épisode 3 :

Donald Trump

1h02
À retrouver dans l'émission

En ce jour de Noël, cap sur le trublion de la politique américaine Donald Trump pour analyser les conséquences de sa politique rupture, et tenter de comprendre ce que son style et sa méthode ont d'ores et déjà changé dans les relations internationales.

Donald Trump lors de la cérémonie de signature de la Loi d'autorisation de défense nationale,  le 20 décembre dernier, dans le Maryland.
Donald Trump lors de la cérémonie de signature de la Loi d'autorisation de défense nationale, le 20 décembre dernier, dans le Maryland. Crédits : ERIK S. LESSER/EPA/Newscom - Maxppp

Après s’être retiré de l’accord international sur le nucléaire en 2018, Donald Trump a mené une stratégie de pression maximale contre l’Iran en imposant de nouvelles sanctions. Il a contribué à mettre en cause les liens avec ses alliés, s’est abstenu de réagir quand des installations ont été attaquées en Arabie Saoudite à l’automne dernier. Il a trahi les partenaires kurdes de la coalition anti-Daesh qui avait pourtant mené un courageux combat contre les djihadistes au Nord-Est de la Syrie. Poursuivant ses coups d’entaille au multilatéralisme, il s’est retiré du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, et il a aussi officialisé sa sortie de l’accord de Paris sur le climat et assumé l’idée d’une guerre commerciale totale contre la Chine. 

Il ignore, méprise ou combat l’Union européenne, et continue de transgresser les tabous, de malmener les alliances traditionnelles. A l’intérieur son style plait toujours à ses électeurs, guerre affectés par la procédure de destitution lancée contre lui. 

Donald Trump déconstruit, casse, brise mais peut-il construire autre chose à la place ? Est-il un destructeur ou ne fait-il que, certes avec brutalité, accompagner et anticiper les changements du monde ? Qu’est ce que sa méthode et son comportement ont d’ores et déjà modifié dans les relations internationales ? Quelles sont les conséquences de cette politique de rupture ? 

Le Trumpisme peut-être une parenthèse. Il n’y a pas de déterminisme à penser que l’administration américaine sera forcément hostile au projet européen et à l’union européenne. C’est très fort dans l’administration Trump mais ça ne se poursuivra pas nécessairement avec novembre 2020 et 2024. Il y a certes une singularité dans cette hostilité mais il faut voir certains thèmes d’affrontement : sur l’Otan, l’administration d’Obama avait également eu un discours assez dur sur le fait que l’Europe ne payait pas assez. Sur l’accord Iranien, et sur le climat, un autre président Républicain aurait pu se retirer de la même manière. " Martin Quencez.

Donald Trump n’est pas le premier à vouloir une Europe divisée. Mais là, nous sommes face à une administration qui est décidée à faire la peau à l’Union européenne. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompéo a fait un discours hallucinant à Bruxelles il y a plus d’un an dans lequel il n’hésitait pas à dire que l’UE était un adversaire, notamment sur le plan commercial. (...) Mais Donald Trump ne s'en prend pas seulement à l'Union, il nourrit la même hostilité vis-à-vis de l'Onu, et de toute forme de multilatéralisme" Bruno Tertrais.  

Donald Trump n’a aucune expérience du pouvoir exécutif, et c’est lui seul qui décide. Lorsqu’on est ambassadeur à Washington ou un haut fonctionnaire fonctionnaire de l’administration, vous n’avez plus d’interlocuteur. Soit les bureaux sont vides parce que les hauts fonctionnaires n’ont pas été nommés, soit ils sont partis car la rotation est extrêmement forte. Même si vous en trouvez un fonctionnaire, il ne saura pas ce que Donald Trump va dire le lendemain ou a dit la veille. Nous sommes face à une administration complètement dysfonctionnelle." Gérard Araud. 

Nous sortons d’une époque d’engagement des Américains dans la vie internationale et dans la protection de l’Union Européenne. Nous sommes nés là dedans et considérons que c’est naturel. Mais si on regarde l’histoire des Etats sur deux siècles et demi, la réalité de la politique étrangère américaine a plutôt été d’éviter les engagements internationaux. Le moment où les Etats-Unis étaient le gendarme du monde est fini. Nous sommes en train de changer d'ère" Gérard Araud

La réélection de Trump changera beaucoup de choses car on peut faire beaucoup plus de dommages en huit années en quatre.  Mais le retour à la normale n'existe pas car il n'y a pas jamais eu de normalité dans les relations transatlantiques." Bruno Tertrais.  

Il y a une polarisation de la politique américaine qui a beaucoup d'impact sur les choix de politique étrangère. On voit dans les sondages une division partisane totale des américains dans leur vision du monde. Si vous êtes Républicain, vous n'aimez pas l'Allemagne, si vous êtes Démocrate, vous avez un gros problème avec la Russie." Martin Quencez.

Extraits sonores

- Donald Trump a pris le risque de déclencher en mars 2018 une nouvelle guerre commerciale avec la Chine (Le Figaro, 1er mars 2018)

- Début décembre, Donald Trump critiquait vertement la déclaration d’Emmanuel Macron à l’égard de l’Otan (BFM, 03 décembre 2019)

- Critiquant les Kurdes, Donald Trump a expliqué en octobre dernier que ceux-ci ne les avaient même pas aidés lors de la Seconde guerre mondiale (Le Figaro, 10 octobre 2019)

Extraits musicaux

« Satellite snyper » de Pantha du Prince (label : Rough Trade)

« Already great » de Neil Young sur son disque « The Visitor » dans lequel il se moque ouvertement de Donald Trump (label : Reprise records)

Intervenants
  • Politologue spécialiste de l'analyse géopolitique et stratégique, et directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique.
  • chercheur au German Marshall Fund à Paris et chercheur associé au Conseil Européen des affaires étrangères
  • ancien ambassadeur de France aux Etats-Unis (2014-2019)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......