LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dans un bureau de vote à Abidjan, Côte d'ivoire, en 2016.
Épisode 4 :

RDC, Burundi : de nouveaux présidents, mais quel changement ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Peut-on vraiment parler d’alternance politique en République démocratique du Congo et au Burundi ? En RDC, la mandature de Joseph Kabila, première alternance pacifique de l’histoire du pays, constitue-t-elle une réelle avancée démocratique pour le pays, malgré toutes les réserves qu’elle soulève ?

"Des fidèles catholiques congolais chantent et dansent lors d'une manifestation pour demander la démission du président Joseph Kabila, le 31 décembre 2017 à Kinshasa, RDC" (via L'Express)
"Des fidèles catholiques congolais chantent et dansent lors d'une manifestation pour demander la démission du président Joseph Kabila, le 31 décembre 2017 à Kinshasa, RDC" (via L'Express) Crédits : John Wessels - AFP

Arrivé au pouvoir il y a un et demi après dix-huit ans de règne de Joseph Kabila, et au terme d’élections largement contestées, Félix Tshisekedi s’est finalement imposé à la tête de la République démocratique du Congo, mais aussi sur la scène internationale. 

Toutefois, cette première alternance pacifique de l’histoire du pays est loin de constituer une révolution. Alors que la société civile et l’Église - qui est, elle, très impliquée dans la politique locale - continuent de dénoncer la corruption des élites, le clan Kabila garde la main sur la majorité parlementaire, les assemblées provinciales et l’appareil sécuritaire. Un changement limité, donc, qui pourrait bien déboucher sur une nouvelle crise, alors que l’ancien président semble décidé à récupérer cette fonction à la fin de la mandature actuelle. 

Pour ce faire, un projet de réforme électorale a été présenté en septembre, visant à désigner le chef de l’Etat au suffrage universel indirect, ce qui jouerait en faveur de Joseph Kabila. De quoi alimenter un sentiment d’éternel recommencement, dans un pays qui peine par ailleurs à solder un passé plus lointain... En effet, dix ans jour pour jour après la remise du Rapport Mapping sur les violations des droits humains commises durant les conflits qui ont traversé la RDC entre 1993 et 2003, les victimes attendent toujours que justice soit faite.

Une discussion en compagnie de Thierry Vircoulon, chercheur associé au Centre Afrique subsaharienne de l'IFRI, et de Joan Tilouine, grand reporter pour le journal Le Monde. 

Pour aller plus loin : vous pouvez retrouver ici-même une note de l'IFRI dirigée par Thierry Vircoulon et Marc-André Lagrange, et intitulée RDC : le changement à pas feutrés.

Le principal changement qu'a apporté l'arrivée de Félix Tshisekedi, c'est de détendre l'atmosphère aussi bien en interne, avec l'opposition, qu'en externe, avec les partenaires internationaux de la République démocratique du Congo. Thierry Vircoulon

La ruse éléctorale de Kabila a été de céder son fauteuil pour garder la main sur tous les autres. Toute perspective de réforme est donc bloquée par le clan Kabila - et le seul levier que Tshisekedi tient est celui de la rue, qui peut elle se mobiliser contre l'exécutif. On sent bien, aujourd'hui, que la présidence est démunie, et n'est pas en mesure d'imprimer sa marque, de mettre en place son programme. Thierry Vircoulon

Les États-Unis ont fait le choix d'accepter l'élection de Félix Tshisekedi, qui était contestée, et de le soutenir dans l'espoir de pouvoir écarter progressivement la mainmise sécuritaire et économique de Joseph Kabila et de ses hommes. Les États-Unis y sont très actifs dans cet effort, avec en toile de fond la guerre économique avec la Chine sur les minerais statégiques - cobalt, coltan...  Joan Tilouine

Le focus du jour 

Au Burundi, la perpétuation d'une « dictature mystique » ?

En seconde partie d'amission, un entretien avec Nestor Bidadanure, docteur en philosophie, écrivain et journaliste franco-burundais.

Le mouvement d'ouverture que les pouvoirs en place revendiquent au Burundi est raté. Les chiffres avancés par les collectifs de défense des droits humains montrent une détérioration sensible de la situation - il y non seulement eu beaucoup de morts depuis l'arrivée d'Évariste Ndayishimye. La situation s'est aggravée, elle est terrifiante. Nestor Bidadanure

29 avril 2020, Gitega, Burundi - Le général Évariste Ndayishimiye (à gauche) a remplacé son prédécesseur Pierre Nkurunziza (à droite), mort officiellement d'un arrêt cardiaque, en juin 2020.
29 avril 2020, Gitega, Burundi - Le général Évariste Ndayishimiye (à gauche) a remplacé son prédécesseur Pierre Nkurunziza (à droite), mort officiellement d'un arrêt cardiaque, en juin 2020. Crédits : Evrard Ngendakumana / Xinhua News Agency/Newscom - Maxppp

Extraits sonores

- Extrait du discours d’investiture de Félix Tshisekedi en janvier 2019 (RTNC Net, 25 janvier 2019)

- Extrait de la vidéo de Félix Tshisekedi lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 23 septembre 2020, dans laquelle il rappelle combien la zone orientale de la RDC est encore soumise à des groupes armées qui y génèrent une certaine insécurité (UN Web TV, 23 septembre 2020)

- Extrait du discours d’investiture d’Evariste Ndayishimiye (Iwacu Web Tv, 18 juin 2020)

Extraits musicaux

- « Blvd Lumumba » de KOKOKO! (Label : Transgressive records)

- « Tongos'a » de KOKOKO! (Label : Transgressive records)

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
Entre fragilité émotionnelle et intransigeance politique, la iGeneration bouscule l'université
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......