LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Aperçu de la Cour Suprême américaine à Washington D.C. le 5 novembre 2021.
Épisode 2 :

Blaise Compaoré, commanditaire présumé d’un crime d’Etat

58 min
À retrouver dans l'émission

L’ancien président burkinabé Blaise Compaoré est actuellement jugé pour son rôle présumé dans l’assassinat de treize personnes, dont son prédécesseur Thomas Sankara. Un jugement par contumace puisque l’ex-homme fort de Ouagadougou, exilé en Côte d’Ivoire, a refusé de se rendre au procès.

Mariam Sankara, veuve de Thomas Sankara, intervenant à l’Université Thomas Sankara près de Ouagadougou au Burkina Faso le 15 octobre 2021.
Mariam Sankara, veuve de Thomas Sankara, intervenant à l’Université Thomas Sankara près de Ouagadougou au Burkina Faso le 15 octobre 2021. Crédits : Issouf SANOGO - AFP

Ouvert le 11 octobre dernier, le procès Sankara doit faire la lumière sur une affaire qui empoisonne la vie politique burkinabé depuis l’assassinat de l’icône panafricaniste et anticolonialiste en 1987. Le déroulé des débats est néanmoins perturbé par l’absence de plusieurs des quatorze accusés. 

Parmi eux, Hyacinthe Kafando, sous-officier soupçonné d’avoir pris part au commando qui a exécuté Thomas Sankara et actuellement en cavale, mais aussi et surtout Blaise Compaoré, exilé dans la Côte d’Ivoire voisine.

34 ans après cet assassinat, la recherche de la vérité n’est plus seulement une question judiciaire mais se situe à la croisée d’enjeux diplomatiques, politiques et historiques. 

Quelle est la portée politique du procès qui se tient actuellement au tribunal militaire de Ouagadougou ? L’absence de Blaise Compaoré à l’audience peut-elle empêcher la quête de vérité et de réconciliation qui guide les autorités judiciaires ? Dans quelle mesure l’ex-chef d’Etat bénéficie-t-il encore de la protection de ses anciens alliés ivoirien et français pour échapper à la justice burkinabé ? 

Le procès actuel est le fruit d’un compromis politique et diplomatique, pour que le procès soit bien cadré et encadré. Le tribunal est de type militaire pour que ça ne déborde pas du cadre du Burkina Faso (...) et ce tribunal n’est pas le plus approprié pour qu’éclate la vérité. Francis Kpatindé

Le fait que sous François Hollande, Blaise Compaoré ait été exfiltré par les forces spéciales françaises, c’est pour services rendus. (…) Que ce soit Gibert Diendéré ou Blaise Compaoré, tous deux ont une forme de protection au-delà même des relations politiques et diplomatiques. Antoine Glaser

Florian Delorme reçoit Antoine Glaser, journaliste spécialiste du continent africain, et Francis Kpatinde, ancien rédacteur en chef du Monde Afrique, intervenant à Sciences Po Paris et spécialiste du continent. 

Seconde partie : le focus du jour

Laurent Gbagbo, plus fort que la justice ?

L’ancien président Laurent Gbgbo lors de la fermeture du Congrès constitutif de son Parti des Peuples Africains – Côte d’Ivoire à Abidjan le 17 octobre 2021.
L’ancien président Laurent Gbgbo lors de la fermeture du Congrès constitutif de son Parti des Peuples Africains – Côte d’Ivoire à Abidjan le 17 octobre 2021. Crédits : Sia KAMBOU - AFP

A l’inverse de Blaise Compaoré, qui fuit son pays et les charges qui pèsent sur lui, Laurent Gbagbo, l’ex-chef d’Etat ivoirien, a fait son grand retour à Abidjan. Blanchi par la Cour Pénale Internationale, il est pourtant toujours sous le coup d’une condamnation à 20 ans de prison par la justice ivoirienne dans l’affaire dite du « braquage » de la BCEAO, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest. 

Les faits remontent à janvier 2011, période troublée pour la Côte d’Ivoire puisqu’au sortir d’une élection, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara revendiquaient tous deux la victoire. Dans le cadre de la guerre d’influence que se livraient les deux rivaux, Laurent Gbagbo a obtenu du gouverneur de la BCEAO de l’époque, un de ses proches, le décaissement de 60 milliards de francs CFA, environ 90 millions d’euros, pour payer les soldats et les fonctionnaires acquis à sa cause. 

Pourtant, Laurent Gbagbo est libre de ses mouvements en Côte d’Ivoire. Mieux, il est de retour sur la scène politique à la tête de son nouveau Parti des Peuples Africains. Peut-on parler d’impunité ? Dans quelle mesure cette affaire témoigne de l’influence de la classe politique sur le pouvoir judiciaire ivoirien ? 

Laurent Gbagbo ne considère même pas cette décision judiciaire, il agit dans l’indifférence totale (…) Il nomme même directeur exécutif de son nouveau parti, le Parti des Peuples africains, Hubert Oulaye, qui lui aussi a été condamné à 20 ans de prison en 2017. Delphine Griveaud

Avec Delphine Griveaud, doctorante en sciences politiques, conjointement à l’Université Catholique de Louvain-la-neuve et l’Université Paris Nanterre, spécialiste de la justice transitionnelle en Côte d’Ivoire.  

Références sonores

  • Guy Hervé Kam, avocat des parties civiles, à propos de l’importance du procès de Blaise Compaoré (RFI, 26 avril 2021)
  • Maître Pierre-Olivier Sûr, avocat de Blaise Compaoré, dénonce lui la partialité de la justice (RFI, 25 octobre 2021)
  • Mariam Sankara, la sœur de Thomas Sankara, s’interroge sur le sens de la fuite de Blaise Compaoré (RFI, 10 octobre 2021)
  • Rassablega Seydou Ouedraogo, chercheur à l’origine d’une pétition réclamant que le procès sur l’assassinat de Thomas Sankara soit filmé afin de pouvoir laisser des sources pour l’histoire du Burkina Fasso (RFI, 25 octobre 2021)
  • Roch Marc Christian Kaboré, président de la République burkinabé, rendait hommage à Thomas Sankara en octobre 2017 (Dakaractu TV, 13 octobre 2017)
  • Lors de son discours à Ouagadougou en novembre 2017, Emmanuel Macron évoquait la déclassification des archives relatives à Thomas Sankara et couvertes par le secret de la défense nationale (BFM, 28 novembre 2017)
  • Au cours de son interview à France 24, Laurent Gbagbo est revenu sur sa condamnation à 20 ans de prison par la justice ivoirienne dans l’affaire « casse de la BCEAO », alors qu’il était enfermé à la Cour pénale internationale (RFI, 21 octobre 2021)

Références musicales

  • « Fôli Folle » de Praktika (Label : Blanc manioc records)
  • « Sankara » de Diouf Elage (Label : Pump up the wold)
Chroniques
11H53
6 min
La Revue de presse internationale
Rediffusion
Un essai de missile antisatellite russe met en péril la station spatiale ISS
Intervenants
  • Journaliste, spécialiste de l'Afrique
  • ancien rédacteur en chef du Monde Afrique, intervenant à Sciences Po Paris et spécialiste du continent africain
  • Doctorante en sciences politiques, conjointement à l’Université Catholique de Louvain-la-neuve et l’Université Paris Nanterre, spécialiste de la justice transitionnelle en Côte d’Ivoire
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......