LE DIRECT
10 juin 2020, Bruxelles : une statue du roi Léopold II de Belgique, vandalisée lors d'une action de protestation commise en raison des méfaits commis par le roi au Congo.
Épisode 1 :

France-Algérie : faire la lumière sur le passé

58 min
À retrouver dans l'émission

Fin janvier 2021, Benjamin Stora remettait à Emmanuel Macron un rapport sur “les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie". Comment le rapport a-t-il été reçu, en Algérie ? Macron incarnerait-il une rupture dans la gestion mémorielle de la colonisation française ?

Le président français Emmanuel Macron pose avec l'historien français Benjamin Stora, dans le cadre de la remise d'un rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie au Palais de l'Elysée, à Paris, le 20 janvier 2021.
Le président français Emmanuel Macron pose avec l'historien français Benjamin Stora, dans le cadre de la remise d'un rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie au Palais de l'Elysée, à Paris, le 20 janvier 2021. Crédits : CHRISTIAN HARTMANN / POOL - AFP

Mercredi 20 janvier, l’historien Benjamin Stora remettait à Emmanuel Macron son rapport sur “les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie”, dont le Président l’avait chargé en juillet 2020. Le but : proposer des mesures, des actes, traduisant la volonté d’Emmanuel Macron de : “[s]’inscrire dans une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algériens” à l’approche des commémorations des 60 ans de la fin de la guerre l’année prochaine, en 2022.

Le rapport de Benjamin Stora se compose donc d’une vingtaine de propositions, incluant notamment la constitution en France d’une commission “Mémoire et vérité”, la restitution de l'épée de l'émir Abdelkader, héros de la résistance à la colonisation française, la reconnaissance de l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel, ou encore la facilitation de l’accès aux archives dans les deux pays. 

Si le rapport propose un certain nombre de mesures concrètes, il ne préconise pas expressément « d’excuses » de l’état français sur cette période de l’histoire. « Je ne sais pas si un nouveau discours d’excuses officielles suffira à apaiser les mémoires blessées, de combler le fossé mémoriel qui existe entre les deux pays. À mes yeux, il importe surtout de poursuivre la connaissance de ce que fut le système colonial, sa réalité quotidienne et ses visées idéologiques, les résistances algériennes et françaises à ce système de domination. », détaille Benjamin Stora.

Quel est le contenu de ce rapport ? Est-il de nature à ouvrir une nouvelle ère dans les relations entre Alger et Paris ?

Comment reconstruire une mémoire commune entre Algérie et France? Et d’ailleurs, faut-il vraiment construire une mémoire commune, ou faire dialoguer des points de vue différents en assumant leurs antagonismes ?

Une discussion en compagnie de Malika Rahal, historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent, spécialiste de l’histoire algérienne depuis l’indépendance et du Maghreb contemporain, et de Karima Dirèche, historienne et directrice de l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain.

Ce qui est difficile, à la lecture de ce rapport, c'est le fait qu'il porte beaucoup de préconisations. L'on ne peut pas s'empêcher de penser qu'elles répondent, les unes et les autres, à des "groupes de mémoire" différents. Au fond, chacune de ces mesures va être perçue par ces groupes comme étant acceptable ou non. Et l'on risque de se retrouver avec une seule puissance politique qui choisisse, dans le rapport qu'elle a commandité, quelques gestes forts en tentant de voir à qui ils vont parler. Malika Rahal

Parler de "réconciliation" ou d' "apaisement des mémoires" sans l'autre me paraît improbable. J'aurais aimé discuter du rapport de Benjamin Stora en ayant le rapport algérien sous les yeux. Le silence algérien sur la question est assez terrible. Les deux responsables des rapports, Abdelmadjid Chikhi et Benjamin Stora, auraient dû former un binôme - mais ici, la partie algérienne, qui manque, vient exacerber en creux l'asymétrie des savoirs historiques entre les deux pays. Karima Dirèche

Seconde partie - le focus du jour 

Essais nucléaires dans le Sahara : sans estimation des dégâts, pas de compensation possible

Alors que le Traité d’interdiction des armes nucléaires est entré en vigueur le 22 janvier 2021, étant parvenu à réunir 50 signatures, dont celle de l’Algérie, la question des conséquences des essais nucléaires se fait ressentir dans les relations entre la France et l’Algérie. 

En août 2020, l’ICAN publiait un rapport qui montrait l’intention délibérée de l’Etat français de laisser sur place, en les enfouissant, les restes de ses essais nucléaires, réalisés jusqu'en 1966 dans le désert du Sahara. Un rapport qui permet aussi, alors que tous ces documents sont encore classé secret défense, de commencer à estimer le matériel déployé, et donc les dégâts qui ont potentiellement touché les habitants et l’environnement du Sahara algérien.

Avec Jean-Marie Collin, expert et porte-parole de ICAN France (Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires).

La loi Morin du 5 janvier 2010 permet, normalement, à toute personne capable de prouver sa localisation dans une zone touchée par ces essais nucléaires dans Sahara et touchée par une maladie radio-induite, de recevoir une indemnisation. Mais l'écrasante majorité des personnes présentes à l'époque n'ont aucun moyen écrit de prouver leur localisation et ont de toute manière peu accès à la possibilité de se déclarer, puisque les documents de l'Etat Français relatifs à cette loi sont uniquement publiés en français. Jean-Marie Collin

Un panneau, portant la mention "danger" en arabe, est visible à l'entrée d'un ancien site d'essai de bombes nucléaires françaises, à Tamanrasset, à quelque 2000 km au sud d'Alger, en Algérie, le 25 février 2010.
Un panneau, portant la mention "danger" en arabe, est visible à l'entrée d'un ancien site d'essai de bombes nucléaires françaises, à Tamanrasset, à quelque 2000 km au sud d'Alger, en Algérie, le 25 février 2010. Crédits : OHAMED MESSARA/EPA - AFP

Une émission préparée par Bertille Bourdon.

Références sonores

  • Emmanuel Macron évoque, en octobre dernier, le passé colonial de la France lors de la présentation de son plan d’action pour lutter contre les « séparatismes » (Extrait officiel, 02 octobre 2020)
  • Abdelmadjid Tebboune affirme, en juillet 2020, que des « demi-excuses » ont été formulées par la France mais qu’il faut aller plus loin pour arriver à une situation apaisée entre l’Algérie et la France (France 24, interview par Marc Perelman pour France 24, 04 juillet 2020)
  • Interview de Benjamin Stora, donnée à France 24 après la remise de son rapport (France 24, par Marc Perelman, 28 janvier 2021)
  • Réaction très critique d’un Algérien suite à la remise du rapport « sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » par Benjamin Stora à Emmanuel Macron (France 24, 21 janvier 2021)
  • Dans ce reportage de Cinq Colonnes à la Une, on entend un jeune lieutenant harki qui ne sait pas bien s’il va avoir la vie sauve après le départ de l’armée française (Cinq Colonnes à la Une, 1962)
  • Témoignages de deux algériens ayant connu le premier essai nucléaire français en Algérie, dans la commune de Reggane, le 13 février 1960 (Extrait du documentaire « Vent de sable, le Sahara des essais nucléaires » de Larbi Benchiba pour France 3, 2008)

Références musicales

  • « Nil » de Christian Löffler (Label : Ki records)
  • « Pays natal » de Souad Massi (Label : Believe / Naïve)

Chroniques

11H53
7 min

Le Tour du monde des idées

La culture woke, matrice d'un conformisme étouffant et délétère ?
Intervenants
  • historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent. Spécialiste de l’histoire algérienne depuis l’indépendance et du Maghreb contemporain.
  • historienne, Directrice de l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain
  • expert et porte-parole de ICAN France (Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires).
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......