LE DIRECT
Alors qu’à Bombay, la grande industrie fléchit, le cinéma tamoul reprend de la vigueur, porté par son style plus réaliste, moins stéréotypé, à même de séduire la jeunesse
Épisode 4 :

De Bollywood à Kollywood : l’unité indienne au prisme de ses cinémas

57 min
À retrouver dans l'émission

Eclaté entre 18 langues officielles et 14 industries régionales, le cinéma indien échappe facilement à l’observateur européen qui n’en connaît souvent que la production commerciale de l’industrie bollywoodienne. Que nous dit ce cinéma des fractures du pays et de ses disparités de classes et castes ?

Alors qu’à Bombay, la grande industrie fléchit, le cinéma tamoul reprend de la vigueur, porté par son style plus réaliste, moins stéréotypé, à même de séduire la jeunesse
Alors qu’à Bombay, la grande industrie fléchit, le cinéma tamoul reprend de la vigueur, porté par son style plus réaliste, moins stéréotypé, à même de séduire la jeunesse Crédits : PUNIT PARANJPE - AFP

L’Inde, premier producteur de films au monde avec près de 1600 œuvres créées chaque année (chiffre de 2015) - soit plus d’un cinquième de la production mondiale - assoit son succès sur une tradition ancienne, une industrie puissante et un public passionné. Pourtant, derrière ces chiffres globaux impressionnants, se cache une multitude de productions différentes.

Éclaté entre plus de 20 langues officielles reconnues par la Constitution, une quinzaine d’industries régionales et autant d’héritages différents, le cinéma indien échappe facilement à l’observateur européen qui n’en connaît souvent que la production commerciale de l’industrie bollywoodienne.

Du cinéma marahti qui se propage à la production bengalaise qui dépérit, en passant par les films télougous ou du Kerala, partout des évolutions se font sentir, redéfinissant l’importance de chaque industrie régionale et surtout, redéfinissant les standards de la production contemporaine.

Alors qu’à Bombay, la grande industrie fléchit, le cinéma tamoul reprend de la vigueur, porté par son style plus réaliste, moins stéréotypé, à même de séduire la jeunesse.

Où mènera cette évolution dont on perçoit de minces frémissements ? Verra-t-on advenir un cinéma indien qui circule et attire sur l’ensemble du pays ? Enfin, que nous dit le cinéma indien des fractures du pays, de ses disparités de genre, de caste, de classe ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Extraits sonores :

Extrait de « Kabali » un des films de Kollywood

Anupama Chopra coréalisateur du film « Go Goa Gone » qui souhaite voir évoluer Bollywood (TV5 Monde, 05 mai 2013)

Extrait de « Bareilly Ki Barfi », comédie romantique de Bollywood réalisée par Ashwiny Iyer Tiwari (août 2017)

Extrait de Baaghi 2 réalisé par Ahmed Khan., une des plus grande réussites en termes d’entrée en 2018

« Padmaavat », un film bollywoodien ayant provoqué des émeutes fin janvier 2018 (Le Parisien, 24 janvier 2018)

Jayalalithaa Jayaram, Figure politique majeure en Inde, à la tête du Tamil-Nadu (sud) (TV5 Monde, 07 décembre 2016)

Extrait de Kaagaz Ke Phool, un film de Guru Dutt sorti en 1959.

Extrait de la bande-annonce « A death in the Gunj » réalisé par Konkona Sensharma (2017) 

Extrait du film « Iruvar » réalisé par Asith Mohan Mangalor (1997) 

Crédits musicaux :

“Sweety Tera Drama” de Tanishk Bagchi (paroles : Shabbir AhmedZee, label : Zee Music Company)

Extrait de la chanson « Awara Hoon Ya Gardish Mein » tiré du film « Awaara » avec Raj Kapoor sorti en 1951

« Venilla venilla », chanson de AR Rahman chantée par Asha Bhonsle

« Jaan Pehechaan Ho » de Mohammed Rafi, chanson tiré du film « Gumnaam » sorti en 1966 (label : Rough Guide)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Redécouvrons les Lumières, continuons à améliorer notre condition grâce à la raison !
Intervenants
L'équipe
Réalisation
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......