LE DIRECT
Les victimes de harcèlement sexuel, d'agression sexuelle, d'abus sexuel et leurs partisans protestent lors d'une marche #MeToo à Hollywood, en Californie, le 12 novembre 2017.
Épisode 1 :

« Sans oui, c’est non » : la bataille du consentement

57 min
À retrouver dans l'émission

L'onde de choc #MeToo a révélé l'ampleur des cas d’agressions sexuelles révélant l’extrême banalité des « viols sans violence » opérant en pleine « zone grise ». Quels sont les impacts de #MeToo sur la définition juridique du viol ? Comment doit-on et peut-on définir les frontières du consentement ?

Les victimes de harcèlement sexuel, d'agression sexuelle, d'abus sexuel et leurs partisans protestent lors d'une marche #MeToo à Hollywood, en Californie, le 12 novembre 2017.
Les victimes de harcèlement sexuel, d'agression sexuelle, d'abus sexuel et leurs partisans protestent lors d'une marche #MeToo à Hollywood, en Californie, le 12 novembre 2017. Crédits : MARK RALSTON - AFP

Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose de la déferlante #Metoo, c’est peut-être ces milliers de témoignages sur les réseaux sociaux, faisant le récit d’agressions sexuelles et ayant en commun de soulever la question du consentement. 

Suite au scandale provoqué par les témoignages d’actrices victimes des harcèlements du producteur Hollywoodien Harvey Weinstein, les récits d’expériences enfouies et refoulées décrivaient des épisodes de viols et d'agressions sexuelles où les victimes n’opposaient pas forcément de résistance physique à leur agresseur.

La "zone grise" du consentement

Il aura fallu un mouvement viral planétaire pour que la honte change de camp et que de nombreuses femmes décident enfin de s’exprimer au grand jour. Cette avalanche de témoignages a révélé l’extrême banalité de ces « viols sans violence » ou de ces « viols ordinaires » opérant en pleine « zone grise » du consentement et l’impérieuse nécessité de redéfinir la frontière entre l’agression et la relation consentie.

[Re]définir les frontières du consentement

En effet, le consentement est loin d’être toujours la règle, comme le montre une étude récente menée par l’institut CSA : 62% des femmes interrogées avaient déjà vécu « une relation sexuelle non-désirée ». 

Alors quels ont été les effets de la vague #Metoo ? Comment ont-ils fait évoluer les consciences et les pratiques en matière de consentement ? Comment le droit se fait-il l’écho de cette prise de conscience mondiale ? Et surtout à quoi ressemblerait un « consentement positif » permettant de garantir une véritable réciprocité dans les relations charnelles ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Extraits sonores :

- Annonce de l’affaire Harvey Weinstein dans différents JT américains (TMC, 05 octobre 2017)

- Louisette Geiss, ancienne actrice et scénariste américaine parlant d’Harvey Weinstein (Le Figaro, 11 octobre 2017)

- Mimi Haleyi, ex-assistante de production parlant d’Harvey Weinstein et de la pression sans limite qu’il mettait à ses assistantes pour arriver à ses fins (Le Figaro, 05 octobre 2018)

- Taran Burke lors de la Marche Me Too le 13 novembre 2017 affirmant que #MeToo n’est pas qu’un hashtag (KPIX CBS, 13 novembre 2017)

- « Consent, it’s simple as tea » https://www\.youtube\.com/watch?v=oQbei5JGiT8 

- Extrait du documentaire réalisé par Delphine Dhilly (production Éléphant, 02 mars 2018). La version complète est disponible ici : https://www\.youtube\.com/watch?v=8Lqye0w4MH8

Extraits musicaux : 

- « Fight For You » de Raye Zaragoza, chanteuse et activiste pour le combat des femmes, elle a chanté lors de la marche Me Too le 13 novembre 2017 dans les rues d’Hollywood 

- « Film music » d’Electrelane (label : Too Pure)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Le tour du monde des idées du lundi 08 octobre 2018
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......