LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La mascotte de Rennes se tient, pour cause de coronavirus, dans des tribunes vides lors du match de Ligue 1 entre le Stade Rennais et le RC Lens, au stade du Parc Roazhon à Rennes, le 5 décembre 2020.
Épisode 1 :

JO, Coupes du Monde : des grand-messes menacées

58 min
À retrouver dans l'émission

Evénements coûteux et peu compatibles avec les nouvelles exigences environnementales et sociales des opinions publiques, les Jeux Olympiques et autres Coupes du Monde concentrent les critiques. La crise du coronavirus sera-t-elle le catalyseur de la disparition des grands événements sportifs ?

24/03/2020, TOKYO, JAPON - Des opposants aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 affichent des pancartes lors d'un rassemblement devant une gare de Tokyo.
24/03/2020, TOKYO, JAPON - Des opposants aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 affichent des pancartes lors d'un rassemblement devant une gare de Tokyo. Crédits : KAZUHIRO NOGI - AFP

Une émission présentée par Mélanie Chalandon.

La ville de Tokyo, organisatrice des Jeux d’été 2020 - reportés à 2021 pour cause de pandémie - est en phase de perdre son soutien le plus précieux : celui de sa population. Selon un sondage révélé à la mi-décembre 2020, ils ne seraient plus que 27% dans l’archipel à souhaiter le maintien de l’évènement, tandis que 32% se prononcent pour une annulation.   

Il faut dire que le report de la compétition a déjà entrainé un surcoût de plus de 2 milliards d’euros, portant à 13 milliards le budget total. Mais pas d’annulation à l’ordre du jour pour Toshiro Muto, le directeur du comité d’organisation, qui a plaidé la semaine dernière pour voir ces dépenses comme des “investissements positifs”. Et de fait, comment renoncer à cette formidable vitrine que sont les Jeux Olympiques ? Au prestige culturel, diplomatique, économique assuré -  ou du moins escompté - par l’organisation de l‘évènement ?    

Les perturbations engendrées par la crise sanitaire nous rappellent à quel point les grandes compétitions sportives internationales sont des paris risqués. D’autant que les attentes du public ont bien changé ces dernières années. Le spectacle de la compétition et la beauté de l’exploit ne suffisent plus à masquer les nombreuses dérives des méga-événements sportifs : dérapage des budgets, impact néfaste sur l’environnement, soupçons de corruption ou encore scandale de dopage.   

Si les spectateurs sont toujours au rendez-vous, les compétitions semblent, elles, avoir perdu de leur magie fédératrice, célébrant un monde uni dans le dépassement de soi et l’exploit.

Les grands évènements sportifs sont-ils désormais inadaptés aux nouvelles préoccupations sociales et environnementales des opinions publiques ? Quelles sont leur marge de manœuvre pour s’adapter ? Le XXIe siècle verra-t-il la fin des grand-messes olympiques et footballistiques ?   

Une discussion en compagnie de Jean-Loup Chappelet, professeur émérite à l’université de Lausanne, spécialisé dans le sport et les politiques publiques, et de Pim Verschuuren, chercheur à l’IRIS, spécialiste de la gouvernance dans le sport international et de la lutte contre le trucage.

Complément bibliographique : Carole Gomez et Pim Verschuuren, Changer ou être changées : Les organisations sportives internationales face à une transition forcée. Revue internationale et stratégique. 

Le bilan de la Coupe de Monde de football et des Jeux Olympiques au Brésil est difficile à tirer - tout d'abord parce que les comptes relatifs à ces événements n'ont pas été publiés. Mais c'est sûr que ce sont des événements qui sont très mal tombés. Quand les Jeux ont été attribués, en 2009, l'économie brésilienne "boomait". Par contre, en 2016, elle était en très forte récession. Il faut néanmoins mettre les coûts de ces compétitions en perspective : par exemple, ce sont des coûts très faibles par rapport aux plans de relance récemment mis en place dans le monde entier. Jean-Loup Chappelet

Certains économistes parlent d'une "malédiction du vainqueur". Lorsque vous êtes en lice pour organiser des Jeux Olympiques, il y a une compétition entre villes pour recevoir l'accord du CIO, et vous allez forcément réduire votre budget pour montrer que votre projet est raisonnable par rapport à vos compétiteurs. Toutes les marges sont rognées, et à terme il y a des dépassements budgétaires pour presque toutes les olympiades. Pim Verschuuren

Seconde partie : le focus du jour

Condamnation de la Russie pour dopage : vers de nouvelles instances de régulation pour le sport international ?

Les affaires récurrentes de dopage au sein des compétitions sportives internationales, et notamment les dernières condamnations de la Russie - exclue pendant deux ans du sport international -  contribuent à penser qu’il faut également réinventer ces évènements de manière plus éthique. Mais c’est surtout l’incapacité de la justice à légiférer sur ce sujet qui alerte sur la nécessité de trouver une justice internationale commune et surtout légitime pour tous les évènements sportifs internationaux. 

Avec Lukas Aubin, chercheur en géopolitique, spécialiste de la Russie et du sport, rédacteur en chef adjoint de La Dame de Pique.

Vladimir Poutine est l'héritier du système soviétique de gestion du sport, lorsqu'il arrive au pouvoir en l'an 2000. Il réutilise certains de ses modes de fonctionnement en les adaptant à l'économie de marché - utilisation des oligarques et du patriotisme à des fins sportives - et le réflexe du dopage peut paraître dans ce cadre comme logique pour présenter la Russie au monde de manière puissante. Lukas Aubin

Le logo du Comité Olympique Russe sur la fenêtre de son siège à Moscou le 17 décembre 2020, quelques heures avant que le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) ne rende son verdict sur l'interdiction du sport international en Russie.
Le logo du Comité Olympique Russe sur la fenêtre de son siège à Moscou le 17 décembre 2020, quelques heures avant que le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) ne rende son verdict sur l'interdiction du sport international en Russie. Crédits : KIRILL KUDRYAVTSEV - AFP

Une émission préparée par Rosalie Suc.

Références sonores

  • Shinzo Abe - Reportage France 24 -24 mars 2020 
  • Toshiro Muto - Vidéo CGTN - 4 décembre 2020  
  • Témoignages d’habitants de Tokyo - France TV Sports - 29 mars 2020 
  • Reportage de France 2  « Rio un an après les Jeux, le réveil difficile »   27 août 2017
  • Déclaration solennelle à la réussite écologique, sociale, solidaire du CESE - 24 novembre 2020
  • Réaction d’un représentant de l’Agence mondiale antidopage à l'annonce de la décision du Tribunal arbitral du sport au sujet de la Russie - 17 décembre 2020

Références musicales

  • Best Available Technology - Microfine Side B Gtrr [Astro:Dynamics] – Label : Kudos Records 
  • STEREO TOTAL - La gymnastique  -  Label : DISKO B
Intervenants
  • Professeur émérite à l'Université de Lausanne, spécialisé dans le sport et les politiques publiques.
  • chercheur à l’IRIS, spécialiste de la gouvernance dans le sport international et de la lutte contre le trucage
  • Docteur en études slaves et spécialiste de la géopolitique de la Russie et du sport, membre du Centre de recherches pluridisciplinaire multilingues de Paris Nanterre
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......