LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un petit garçon vend des drapeaux talibans à Kaboul, le 22 août 2021
Épisode 3 :

De la Turquie à l’Iran : le pari du rapprochement

58 min
À retrouver dans l'émission

Une semaine après la chute du gouvernement afghan et le retour des talibans, Ankara affiche sa volonté de dialoguer avec le nouveau pouvoir. Au risque de froisser ses partenaires de l’OTAN et une partie de sa population.

Le mur fraîchement construit par la Turquie à Caldiran, à l’est du pays, dans une zone tampon située à la frontière de l’Iran, le 16 août 2021.
Le mur fraîchement construit par la Turquie à Caldiran, à l’est du pays, dans une zone tampon située à la frontière de l’Iran, le 16 août 2021. Crédits : Ozan KOSE - AFP

Le 21 août dernier, une semaine après la chute du gouvernement afghan et le retour des talibans, la Turquie, par la voix de son ministre des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, affichait sa volonté de dialoguer avec le nouveau pouvoir afghan. 

En parallèle, Kaboul et Ankara échangeaient sur l’aéroport de Kaboul, que les Turcs se proposaient de sécuriser après le départ des Américains. Un empressement qui révèle leur ambition, à terme, de développer leurs relations commerciales et d'accroître leur influence dans la région.

Toutefois, si l’arrivée des talibans fait miroiter des opportunités stratégiques à la Turquie, le pays s’inquiète de la nouvelle vague de réfugiés afghans qui pourrait gagner son territoire, d’autant plus qu’ils sont déjà près de 300 000 à y avoir trouvé refuge ces dernières années. Craignant ce scénario, les autorités turques accélèrent le projet de construction d’un mur à la frontière avec l’Iran. Il faut dire que la question migratoire est devenue un sujet explosif en Turquie, qui accueille déjà 3,5 millions de réfugiés syriens. 

Jusqu’où la Turquie pourrait-elle coopérer avec les talibans sans se compromettre sur la scène internationale ni auprès de sa propre opinion publique ? Ses liens historiques et culturels avec l’Afghanistan sont-ils suffisants pour lui permettre de peser face aux autres puissances de la région ? Enfin, en quoi ses ambitions en Afghanistan s’inscrivent-elles dans une politique d’influence diplomatique et militaire plus globale ?  

Florian Delorme s'entretient avec Dorothée Schmid, chercheuse, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'Ifri et Bayram Balci, chercheur au CERI – Sciences Po et directeur de l’IFEA (l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes) à Istanbul.   

Les Turcs ont des atouts : historiquement, les relations entre la Turquie et l’Afghanistan et l’image de la Turquie dans le continent indien ont toujours été bonnes. La coloration islamiste en Turquie favorise la possibilité de trouver un accord avec les talibans et ces derniers ont intérêt à ce qu’il y ait une présence turque au niveau économique, voire également militaire. Bayram Balci

Il y a une contradiction physique entre une diplomatie turque qui se projette vers l’extérieur et cette construction d’un mur aux frontières syrienne et iranienne. Car même si tout le monde a pensé aux Turcs pour devenir une plateforme de gestion des réfugiés, il n’en est pas question pour Erdogan, conscient du ressentiment anti-syrien qui prospère déjà en Turquie. Dorothée Schmid 

Seconde partie : le focus du jour 

L’Iran divisé face au retour des talibans

Cliché rendu disponible par le Croissant Rouge iranien le 19 août 2021 : une femme afghane et un enfant tentant de rejoindre la frontière irano-afghane en bus.
Cliché rendu disponible par le Croissant Rouge iranien le 19 août 2021 : une femme afghane et un enfant tentant de rejoindre la frontière irano-afghane en bus. Crédits : Mohammad Javadzadeh / IRANIAN RED CRESCENT - AFP

Le 16 août dernier, au lendemain de la reprise du pouvoir par les talibans, le Président iranien Ebrahim Raïssi déclarait que son pays « tenait aux relations de bon voisinage avec l'Afghanistan » et affiche depuis vouloir dialoguer avec le nouveau pouvoir afghan. Une posture qui a surpris jusque dans son propre camp, car les différends idéologiques et historiques entre les radicaux sunnites afghans et les mollahs chiites iraniens ne manquent pas. Le sort réservé à la minorité chiite hazara en Afghanistan, notamment, a toujours préoccupé les Iraniens. 

Toutefois, l’Iran pourrait avoir intérêt à coopérer avec le nouveau pouvoir afghan, car de nombreux défis attendent ces deux pays qui partagent une frontière de 936 kilomètres : la question des réfugiés afghans, redoutés par les Iraniens, mais aussi de nouvelles coopérations économiques et sécuritaires. Jusqu'où les deux régimes seraient-il prêts à coopérer ?  

Avec Clément Therme, chercheur associé à l'Institut universitaire européen de Florence.

La politique iranienne a toujours été multidimensionnelle, capable de s’entendre avec des acteurs ayant des relations antinomiques sur le théâtre afghan. L'affaiblissement de la minorité hazara risque donc de placer l’Iran face à des contradictions insolubles : dans une perspective de répression accrue de cette minorité par les talibans, son défi est de maintenir cette politique multidimensionnelle. Clément Therme

Références sonores

  • Le 21 août dernier, Mevlüt Cavusoglu, ministre des affaires étrangères turc, appelait au dialogue avec les talibans (Le Figaro, 21 août 2021) 
  • Témoignage d’un réfugié afghan en Turquie (Euronews, 18 août 2021)
  • Lors d’un point presse le 24 août dernier, Saeed Khatibzadeh, le porte-parole du ministère des affaires étrangères iranien, est revenu sur l’échec de la présence américaine en Afghanistan (Ruptly, 24 août 2021)

Références musicales

  • « Stick to my side » de Pantha du Prince (Label : Naïve records)
  • « Gole yakh » du chanteur iranien Kourosh Yaghmaei, sortie en 1974 (Label : Now Again records)
Chroniques
11H53
6 min
La Revue de presse internationale
Rediffusion
Quand la "culture du viol" se décline dans la presse internationale
Intervenants
  • Chercheuse, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'IFRI
  • Directeur de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul
  • chercheur associé à l'Institut universitaire européen de Florence
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......