LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Angela Merkel lors d’une conférence de presse commune à l’occasion d’une réunion du Bureau du Parti populaire européen le 9 septembre 2021 à Berlin.
Épisode 3 :

Réfugiés : les défis de la “Willkommenskultur”

58 min
À retrouver dans l'émission

« Wir schaffen das », « Nous allons y arriver ». Derrière le discours merkelien d'une "culture de l'accueil", quel bilan de la politique migratoire allemande ?

Une bannière mentionnant « Nous avons de la place ! » lors d’une manifestation pour l’évacuation du camp de migrants de Moria le 20 septembre 2020 à Berlin.
Une bannière mentionnant « Nous avons de la place ! » lors d’une manifestation pour l’évacuation du camp de migrants de Moria le 20 septembre 2020 à Berlin. Crédits : STEFANIE LOOS - AFP

« Wir schaffen das », « Nous allons y arriver ». Ces mots, prononcés le 31 août 2015, sans tremolo dans la voix mais avec la sérénité pragmatique qui caractérise Angela Merkel, sont devenus le symbole de sa spectaculaire politique d’ouverture aux réfugiés. Ils incarneront après son départ l’une de ses décisions emblématiques qui, de surcroit, a changé le visage de l’Allemagne.

Pour accueillir les réfugiés, les autorités ont déployé d’importants dispositifs d’intégration, allant des hébergements d’accueil collectifs à la mise en place de cours de langue. Grâce à cette mobilisation, Berlin pouvait afficher, en février 2020, un taux encourageant de 50% de réfugiés insérés sur le marché du travail. Mais la crise du Covid-19 et le confinement qui en a découlé ont fait chuter ce chiffre et révélé les fragilités de l’intégration de ces populations originaires de Syrie, d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak ou d’Erythrée, à tel point que l’Allemagne a progressivement revu sa politique migratoire.

Alors qu’Angela Merkel clôt son ultime mandat, quel bilan tirer de sa politique d’accueil ambitieuse ? A-t-elle permis, comme l’espérait de nombreux chefs d’entreprises à l’époque, de combler les manques du marché du travail allemand ? Comment s’est-elle traduite au sein de la société et quelles en ont été les conséquences politiques ? 

Florian Delorme s'entretient avec Anne Salles, maîtresse de conférences en études germaniques à Sorbonne-Université et Ingrid Tucci, sociologue, chercheuse au CNRS, au Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) à Aix en Provence, membre de l'Institut Convergences Migrations et chercheuse associée à l'INED. 

Je ne pense pas [qu’il faille s’attendre à un durcissement de la politique migratoire allemande], car il y a un besoin migratoire pour compenser le solde naturel négatif (…). L’immigration ne joue pas de rôle contre le vieillissement de la population, mais la crise migratoire a permis une stabilisation de la population allemande. Anne Salles 

Certaines entreprises engagent des actions pour permettre à leurs salariés d’avoir des cours de langue près de leur lieu de travail. Il y a comme une « industrie de la débrouille » de la part des entreprises, pour pallier les manques de la politique d’intégration et l’analphabétisme. Ingrid Tucci

Seconde partie : le focus du jour 

L'accueil des Spätaussiedler, genèse des politiques d'intégration allemandes

Mémorial pour les Allemands expulsés d’Europe de l’Ouest pendant et après la Seconde Guerre mondiale, dans la vieille ville de Nuremberg le 27 septembre 2008.
Mémorial pour les Allemands expulsés d’Europe de l’Ouest pendant et après la Seconde Guerre mondiale, dans la vieille ville de Nuremberg le 27 septembre 2008. Crédits : JOHN MACDOUGALL - AFP

Si l’Allemagne ne se revendique comme pays d’immigration que depuis les années 1990 – et encore, sans que cela ne fasse l’unanimité – elle a commencé à mettre en place des politiques d’intégration dès les années 1950. A l’époque, ces programmes n’étaient pas destinés à des réfugiés étrangers, mais à des Allemands d’Europe de l’Est quittant les pays communistes où ils étaient considérés comme des minorités : les Spätaussiedler

L’expérience d’accueil des Spätaussiedler est un trésor dans lequel l’Etat allemand peut puiser pour créer de modèles universels d’intégration pour l’accueil d’autres immigrés et réfugiés. Jannis Panagiotidis

Jannis Panagiotidis, directeur de recherche à l’université de Vienne, revient sur la politique d’accueil élaborée pour ces "émigrants tardifs", matrice des politiques d’intégrations futures.     

Références sonores

  • Témoignages d’une jeune syrienne et de son père, cinq ans après leur arrivée en Allemagne en 2015 (Arte reportage, 31 août 2020)
  • Angela Merkel prononçant son « Wir schaffen das » lors d’une conférence de presse à propos des réfugiés en septembre 2015 (AFP, 1er septembre 2015)
  • Lors d’un discours en septembre 2015, Dieter Zetsche (PDG de Daimler) considérait que l’arrivée de centaines de milliers de migrants était propice à un nouveau miracle économique allemand (16 septembre 2015)
  • Tareq Alaows se voulait le porte-voix des réfugiés au Bundestag dans cette vidéo de février dernier (DW, 06 février 2021)
  • Témoignage d’une Spätaussiedlerin Lilli Hein, venue du Kazakhstan en Allemagne en 1993 (Extrait du documentaire « Daheim in der Fremde » d’Elena Schilling)

Références musicales

  • « Photon » de Pantha du Prince & The Bell Laboratory (Label : Rough Trade)
  • « To The East » d’Electrelane (Label : Too Pure)
Chroniques
11H53
6 min
La Revue de presse internationale
Rediffusion
Mercenaires russes : le Mali suivra-t-il l'exemple centrafricain ?
Intervenants
  • Maîtresse de conférences en études germaniques à Sorbonne-Université
  • Sociologue, chercheuse au CNRS au Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) à Aix en Provence, membre de l'Institut Convergences Migrations et chercheuse associée à l'INED
  • Directeur de recherche à l’université de Vienne
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......