LE DIRECT
Vladimir Poutine et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Versailles, à l'occasion de la visite du Président russe en 2017.
Épisode :

Peut-on vraiment se rapprocher de la Russie ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Dans une première partie, retour d'Algérie avec le journaliste Madjid Zerrouky, qui y a couvert les manifestations et les élections présidentielles du 12 décembre dernier. Ensuite, zoom sur les relations diplomatiques entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine : un rapprochement est-il possible ?

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Versailles, à l'occasion de la visite du Président russe en 2017.
Vladimir Poutine et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Versailles, à l'occasion de la visite du Président russe en 2017. Crédits : Julien Mattia / Le Pictorium

Retour d'Algérie

La contestation est née d'une révolte, d'un haut-le coeur contre la reproduction du régime avec la volonté d'un Président fantôme d'imposer un Ve mandat. Mais elle a évolué vers une contestation plus politique et a élaboré son propre agenda politique. Les Algériens réclament aujourd'hui un état civil. " Madjid Zerrouky.

L'un des acquits de cette contestation est la reprise de l'espace publique par des manifestations pacifiques". Madjid Zerrouky.

Abdelmadjid Tebboune est le Président le plus mal élu de l'histoire du pays. Il a été élu dans un contexte de  boycott massif. Il souffre d'une illégitimité populaire, et d'un autre handicap : celui d'être l'homme de son mentor, Ahmed Gaïd Salah." Madjid Zerrouky.

Dans les manifestation, des figures de la société civile émergent, se détachent. Mais il y aussi une peur, significative d'un lien de confiance brisée : la contestation ne veut pas reproduire la figure pyramidale, patriarcale du régime. Cette crainte d'apparaître comme le miroir des gens qu'on combat existe bel et bien, y compris parmi les figures de la société civile. Madjid Zerrouky.

Peut-on vraiment se rapprocher de la Russie ?

2019 aura marqué un tournant dans la diplomatie française à l’égard de la Russie. Tout au long de l’année, Emmanuel Macron n’a cessé de tendre la main à Vladimir Poutine, dans l’espoir de réchauffer les relations entre les deux pays. Il a réaffirmé sa volonté de se rapprocher du Kremlin dans son discours aux ambassadeurs à la fin de l’été. Il est temps, a-t-il dit, de « rebattre les cartes avec la Russie ». Depuis, il a joint les actes à la parole. En juin, c’est en grande partie grâce au soutien de la France que la Russie a réintégré le Conseil de l’Europe. Comme on l’a entendu dans cet extrait sonore, le président français a accueilli à bras ouverts Vladimir Poutine dans sa résidence d’été à Brégançon, quelques jours avant le sommet du G7 à Biarritz, dont la Russie est exclue depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Cette rencontre faussement informelle a débouché sur l’organisation d’un nouveau sommet au format Normandie, censé œuvrer pour le retour de la paix en Ukraine. A défaut d’avoir donné des résultats probants, il aura au moins eu le mérite de réunir les présidents russes et ukrainiens, le 9 décembre dernier à Paris.  

Mais cette main tendue à la Russie, outre qu’elle n’a pas encore eu de véritable succès, ne fait pas l’unanimité au sein de l’Union Européenne. Les pays d’Europe centrale et orientale sont furieux et inquiets, les défenseurs des droits de l’homme agacés. Alors, pourquoi Emmanuel Macron insiste-t-il tant sur un rapprochement avec la Russie ? Quelle est sa stratégie et quels compromis est-il prêt à faire ? Assiste-t-on à un véritable réchauffement des relations ou n’est-ce qu’un jeu de dupes ? 

Cette tentation de rapprochement entre la France et la Russie n'est pas nouvelle. Il ne faut pas interpréter cette politique des bras ouverts de la part de Macron comme un cadeau de Noël fait à Poutine : elle est un constat sobre et réaliste des intérêts de la France et l'Union européenne." Andrei Grachev. 

La propagande anti-européenne, stridente, présentant l'Europe comme une zone de décadence et de perversion, dont les Russes sont abreuvés tous les jours, est en train de s'aggraver." Françoise Thom. 

Le choix de l'entente avec la Chine, de la part de Vladimir Poutine, est un choix émotionnel, et non pas rationnel, comme beaucoup d'aspects de la politique russe. Cette émotion, c'est entre autre la haine de l'occident : c'est ce quirapproche la Russie de la Chine depuis la période Eltsine. Françoise Thom. 

On ne peut pas se passer de la Russie dans la solution de problèmes vitaux, autant sur la sécurité locale que sur la gestion de grandes crise internationales. A commencer par la Syrie, jusqu'à l'Iran ." Andrei Grachev.

La politique de sanctions à l'égard de la Russie a donné le contraire des résultats espérés. Elles ont contribué au durcissement de l'opinion publique russe à l'égard de l'Europe, qui faisait auparavant partie de l'horizon, de la famille naturelle de la Russie." Andrei Grachev.

Le dessin de la semaine

Cartooning for peace
Cartooning for peace Crédits : Laurent Salles

Extraits sonores

- Vidéo France 24 Allocution d'Emmanuel Macron devant Vladimir Poutine au Fort de Brégançon le 19 août 2019

Extraits musicaux

- « Tamiditin tan ufrawan » de TINARIWEN. Ce disque a été enregistré au Tassili n’Ajjer, un massif montagneux situé au sud-est de l’Algérie. Ce disque se veut être « un retour aux sources » (dit-on) pour ce groupe, figure de proue de la musique dite « Musique contemporaine touareg ».

- The slaver » de POMPEYA. Ce groupe d’électro-pop a été créé à Moscou, mais tous les membres du groupe vivent désormais à Los Angeles. Pompeya a fait son apparition sur la scène musicale russe en 2007.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......