LE DIRECT
Silhouette of soldiers near helicopter in desert landscape
Épisode 3 :

Syrie

58 min
À retrouver dans l'émission

L’offensive turque rabat les cartes du jeu diplomatique dans cette région. Alors que la Turquie concrétise son projet à la frontière, la Russie assoit un peu plus son emprise sur la Syrie. Alors, quelles sont les conséquences humanitaires et politiques de ce conflit ouvert ?

À Tall Tamer, des personnes syriennes déplacées à la suite des assauts turcs dans les zones de la région du nord-est de la Syrie contrôlées par les Kurdes, le 11 octobre 2019.
À Tall Tamer, des personnes syriennes déplacées à la suite des assauts turcs dans les zones de la région du nord-est de la Syrie contrôlées par les Kurdes, le 11 octobre 2019. Crédits : Delil Souleiman / - AFP

Il aura suffi d’un communiqué laconique de la Maison Blanche pour déstabiliser tout le nord-est de la Syrie. En effet, le 7 octobre dernier, l’administration de Donald Trump annonçait le retrait des troupes américaines présentes le long de la frontière turco-syrienne.

Trois jours plus tard, le scénario redouté est devenu réalité, et Erdogan a lancé une offensive militaire contre les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes qui avaient pourtant été les alliés des occidentaux dans la lutte contre Daech.  

Cette trahison a provoqué l’indignation générale, de l’Europe aux Etats-Unis où même les élus républicains du Congrès se sont mobilisés pour mettre la pression sur le locataire de la Maison Blanche,  qui a rapidement décidé de sanctions et mis en garde son homologue turc qu’il a appelé à « ne pas faire l’idiot » dans une missive qu’on a peu l’habitude de voir dans les échanges feutrés des chancelleries. 

Résultat, alors que le vice-président Mike Pence avait été envoyé à Ankara pour tenter d’arracher un accord, une trêve de cinq jours a été signé jeudi soir. Et puis enfin hier soir, un autre accord a été signé entre Ankara et son nouvel allié russe. 

Que vont changer ces récents accords ? 

Qui sont les gagnants et les perdants de l’opération turque autorisée par le président américain ? Quelles conséquences pour les acteurs du conflit, les kurdes, le régime de  Bachar Al Assad, les djihadistes de l’Etat Islamique etc ? 

Nous allons tenter de comprendre les effets du désengagement américain, pour l’avenir de la Syrie bien sûr, mais aussi pour l’ensemble du Moyen-Orient.

Le régime syrien n’a plus du tout les moyens humains et militaires de contrôler son territoire, donc il s’appuie sur les anciens ennemis du régime.  Hala Kodmani

Les déplacements de populations et les déracinements sont un des drames syriens depuis des années. Hala Kodmani

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le fait que la Turquie soit un allié à ne pas abandonner s’est ancré dans la politique occidentale. Les Occidentaux  ont développé un discours de dénonciation, de regrets et de soutien sur le conflit syrien sans pour autant ne faire aucun geste diplomatique. Salam Kawakibi

Daech se propage dans la zone de manière très perverse. Salam Kawakibi

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le taux de chômage n’a jamais été aussi élevé en Turquie, donc la conjoncture économique conduit à reconsidérer la question de la présence syrienne. Jean-Francois Pérouse

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Extraits sonores : 

- Extrait de la conférence de presse donnée par Donald Trump avant-hier à la Maison Blanche (Fox news, 21 octobre 2019)

- Avant-hier, les troupes américaines essayaient de rejoindre l’Irak tandis que les Kurdes jetaient des pommes de terre sur les convois pour exprimer leur désarroi (France 2, 21 octobre 2019)

- Donald Trump annonçait en décembre dernier avoir vaincu Daech et considérait alors qu’il était temps que ses troupes rentrent à la maison (BFM, 19 décembre 2018)

-  Rassan, réfugié syrien, considère la Turquie comme une seconde patrie et Sham Alsun estime que le gouvernement turc traite bien les réfugiés syriens au point de leur proposer la naturalisation (France Info, 15 mars 2018 France Info, 15 septembre 2016)

Extraits musicaux : 

- Musique de fin : « Kar yagar » de Derya Yildrim et Grup Smsek (label : Bongo Joe record)

-  Musique en tapis : “Medahat” d’Acid Arab (label : Cramned discs)

Une émission préparée par Hélaine Lefrancois. 

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Le temps est-il venu d'oublier John Rawls ?
Intervenants
  • journaliste franco-syrienne, grand reporter à Libération
  • politologue, directeur du centre arabe de recherche et d’études politiques à Paris
  • géographe, enseignant-chercheur, ancien directeur de l'Institut français d'études anatoliennes
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......