LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Prés d'un million d'Espagnol ont défilé mardi pour réclamer l'indépendance de la catalogne
Épisode 2 :

Ecosse, Irlande : l’introuvable identité britannique

58 min
À retrouver dans l'émission

Une fois le Royaume-Uni sorti de l’Union européenne, quel avenir pour une Ecosse dont les ressortissants ont voté à 62% pour y rester ? Et quel statut pour la frontière nord-irlandaise, dont l’ouverture est garante de la paix dans la région ? Existe-t-il une convergence entre ces deux aspirations ?

Nicola Sturgeon Suggests Second Scottish Independence Referendum In The Autumn
Nicola Sturgeon Suggests Second Scottish Independence Referendum In The Autumn Crédits : Jeff J Mitchell / - Getty

C’est l’une des conséquences largement impensée au moment où les britanniques choisissaient de quitter l’Union européenne, le 23 juin 2016 : la menace désormais bien réelle de voir le Royaume-Uni  se désintégrer. 

En effet, une fois le Royaume-Uni sorti de l’Union européenne, quel avenir pour une Ecosse dont les ressortissants ont voté à 62% pour y rester ?

Et quel statut pour la frontière nord-irlandaise, dont l’ouverture est garante, depuis l’Accord du Vendredi saint de 1998, de la paix dans cette région marquée par des décennies de violence ?

Trois ans plus tard, alors que les modalités du Brexit sont toujours inconnues, la première question conduit la dirigeante écossaise Nicola Sturgeon à demander un nouveau scrutin sur l’indépendance de sa nation, la seconde bloque carrément les négociations sur le Brexit. 

Si le rapport à l’Union Européenne et le désir d’émancipation est indéniablement un moteur qui a conduit au Brexit, il ne faudrait pas occulter les tensions internes qui préexistaient dans le Royaume.En effet, en Irlande du Nord, l’accord de 1998 a amené la paix, mais pas la réconciliation. Il laissait en outre en suspens le statut final de la région, et c’est cette incertitude qui pose aujourd’hui problème.

En Ecosse, où l’autonomie culturelle et identitaire a toujours été admise, ce sont de profonds désaccords politiques avec l’Angleterre qui ont conduit les indépendantistes à gagner du terrain depuis les années 1970.

Dans quelle mesure les aspirations irlandaises à la réunification, et écossaises à l’indépendance, menacent-elles l’intégrité territoriale du Royaume-Uni ?

Existe-t-il une convergence entre ces deux aspirations ?

Alors que, parallèlement à celles-ci, resurgit en Angleterre un véritable nationalisme anglais, peut-on parler d’une identité britannique commune aux quatre nations du royaume, Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord ?  

Le Brexit exacerbe la tension structurelle fondatrice du Royaume-Uni. Philippe Cauvet

L’identité britannique est questionnée avec des tensions et des positionnements politiques.  Philippe Cauvet 

En Irlande du nord, il y a une remontée des opinions favorables à la réunification.  Philippe Cauvet

L’Angleterre est la seule des nations britanniques à ne pas avoir son propre gouvernement. Nathalie Duclos

Après l’Union, l’Ecosse demeure très autonome au sein de la nouvelle Grande-Bretagne. Nathalie Duclos

L’européisme des Écossais est très britannique car il est très pragmatique. Nathalie Duclos

 Le football serait le dernier bastion en Ecosse ou s’exprime le sectarisme.  Géraldine Vaughan

Ce qu’on reproche aux Celtics, ce sont les liens très affichés avec le nationalisme irlandais. Géraldine Vaughan

Extraits sonores : 

- La Première ministre Écossaise Nicola Sturgeon : « L’espoir pour l’Ecosse c’est de devenir une nation indépendante »  (Public Senat, 25 octobre 2019) 

- Témoignage Écossais favorable à l’indépendance (France 5,10 avril 2019 

- Témoignage Écossais hostile à l’Indépendance (RTBF, 29 novembre 2018) 

- Témoignage «  Je me sens plus européen que britannique. C’est typique des Écossais » (Public Sénat 25 octobre 2019) 

-  Nicola Sturgeon en meeting début novembre (The National, 02 novembre 2019)

- Cloina Mac Cartney, étudiante Nord-Irlandaise (Channel 4  News, 17 mai 2018) 

- Chant « Celtic symphony » 

Extraits musicaux : 

- Musique de fin : « Nothing to be done » du groupe écossais The Pastels (Label : Homestead RDS)

- « Make Boom bap great again » de Pumpkin & Vince Da Cuero (label : Mentalow Music)-

Retrouvez les musiques diffusées dans l'émission sur notre playlist Soundsgood à télécharger sur  Spotify, Deezer, Youtube, Napster :

Une émission préparée par Margaux Leridon et Rosalie Suc. 

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
Les 3 %, un "débat d'un autre âge" ?
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......