LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
4 juillet 2006, Moscou, Russie - Vladimir Poutine se tient devant une carte de l'Asie
Épisode 4 :

De Groznyï à Douchanbé, l’ombre de l’islamisme

58 min
À retrouver dans l'émission

Objet de renouveau identitaire au moment de la création d'Etats post-soviétiques, l’islam a vite été perçu comme une force à canaliser par les dirigeants politiques de la région. Une dynamique qui a creusé l'écart entre islam reconnu par le pouvoir et toute forme d’islam autonome ou dissident...

Bishkek, Kirgizstan, 15 octobre 2020 - Des agents de police kirgizes prient devant la résidence présientielle, après l'annonce de la démission du président Sooronbai Jeenbekov
Bishkek, Kirgizstan, 15 octobre 2020 - Des agents de police kirgizes prient devant la résidence présientielle, après l'annonce de la démission du président Sooronbai Jeenbekov Crédits : IGOR KOVALENKO/EFE/Newscom - Maxppp

On a vu se succéder ces dernières années, à Istanbul, Saint-Pétersbourg ou Paris, des attentats perpétrés par des terroristes originaires du Caucase ou d’Asie centrale, laissant craindre l’émergence d’un nouveau foyer du djihad mondial dans l’espace post-soviétique. La réalité est plus complexe, et l’appréhender nécessite de revenir sur les reconfigurations de l’islam dans la région depuis la fin de la Guerre froide. 

Mais derrière cette crainte sécuritaire se jouent aussi des enjeux liés à l’utilisation de l’islam à des fins politiques, avec des dirigeants autocrates qui se réclament de versions locales et ouvertes de l’islam tout en exerçant un répression brutale à l’égard de leurs oppositions - et de l’autre, des opposants qui, en retour, s’appuient sur l’islam pour organiser la lutte contre les pouvoirs en place, quitte à en épouser les formes les plus radicales et à verser dans le terrorisme.

En effet, objet de renouveau identitaire au moment de la création de nouveaux Etats-nations sur les ruines de l’URSS dans les années 1990, l’islam a rapidement été perçu comme une force à canaliser par les dirigeants politiques de la région qui, sans chercher à promouvoir la laïcité, se sont appliqués à soumettre la religion au pouvoir politique, et à tenir à distance toute influence religieuse étrangère.

La situation est d’autant plus complexe que le « bon islam » accepté par les dirigeants politiques n’est pas nécessairement le plus modéré, comme l’illustre, en Tchétchénie, les discours obscurantistes du président Ramzan Kadyrov, explicitement soutenu par Vladimir Poutine.

Comment l’influence étrangère saoudienne, turque ou encore iranienne parvient-elle à se frayer un chemin au sein de l’islam de Russie, du Caucase et d’Asie centrale, malgré le strict contrôle politique dont il fait l’objet ?

Quel est le rôle des migrations internes à l’espace post-soviétiques dans l’émergence d’une tentation djihadiste dans cette zone ?

La situation de la Tchétchénie, très marquée par les deux guerres des années 1990-2000, constitue-t-elle une exception régionale, ou au contraire le miroir grossissant d’une réalité partagée ?

Une conversation en compagnie de Silvia Serrano, sociologue et politologue, vice-chancelière de Sorbonne Université Abou Dhabi, et de Bayram Balci, directeur de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul.

Cet épisode n'aurait pas été le même sans les ressources de Novastan, le seul média français et allemand spécialisé sur l’Asie centrale post-soviétique (Kirghizstan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan et région ouïghoure).

Cela peut paraître difficile à justifier, mais ce n'est pas uniquement parce qu'il y a un islamisme en Asie centrale et dans le Caucase que des attentats sont commis par des ressortissants de cette région. Il y a aussi un fond de dislocation du lien social - je parle notamment ici d'un déracinement qui accompagne les migrations d'Asie centrale vers la Russie. Bayram Balci

Le terme d'islamisme n'est pas nécessairement analytique et ne nous permet pas de comprendre la complexité de ce qui se joue en fonction des arènes dans lesquelles on se situe. Mais une vision globale binaire, qui y sépare le salafisme du soufisme, doit être complétée par une analyse de ce qui se passe à d'autres échelles, où ces rapports de force prennent une forme très différente. Silvia Serrano

Quand on parle de djihad ou de djihadisme, on oublie un terme qui est sémantiquement très proche : celui de Moudjahidine - les Moudjahidines, que l'on a admirés en occident parce qu'ils combattaient l'Union soviétique dans un contexte de Guerre froide. Mais on oublie que c'est là où tout a commencé : c'est là où, par exemple, Ben Laden a fait ses classes. Bayram Balci

Seconde partie - le focus du jour

Comment un haut-gradé des forces spéciales tadjikes est devenu « ministre de la guerre » de Daesh

Avec Gulya Mirzoeva, réalisatrice d'Asie Centrale, l'appel de Daesh (Arte, septembre 2020, disponible jusqu’au 14 décembre 2020).

Références sonores

  • François Al Asmar, victime libanaise de l’attentat qui a eu lieu à Istanbul la nuit du nouvel an de 2017, témoigne (France 3, 02 janvier 2017)
  • Le 03 avril 2017, Vladimir Poutine réagit à l’attentat de St Pétersbourg qui venait de se produire (France 2, 03 avril 2017)
  • Extrait de la conférence de presse de Jean-François Ricard au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty (France info, 17 octobre 2020)
  • Ramzan Kadyrov explique, en 2017, lutter contre le wahhabisme en Tchétchénie (Extrait du reportage « Tchétchénie : le clan des Kadyrov » diffusé sur Arte, 16 mars 2017)
  • Abdusalim Khalimov, père de Gulmurod Khalimov, évoque son fils disparu, puis un témoignage de ce même Gulmurod Khalimov dans une vidéo de propagande de Daesh (Extrait du documentaire « Asie centrale, l’appel de daesh » de Gulya Mirzoeva diffusé sur Arte, 1er septembre 2020)

Références musicale

  • « Come to dust » de Boards of Canada (Label : Warp)
  • « Akuli » du groupe kirghiz Eholami (autoproduit)
Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
David Goodhart, plaidoyer contre des élites "cognitives" et "monolithiques"
Intervenants
  • Directeur de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul
  • Sociologue et politologue, vice-chancelière de Sorbonne Université Abou Dhabi
  • Réalisatrice de documentaires franco-tadjike
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......