LE DIRECT
Le porte-conteneurs CMA CGM Argentina arrive à PortMiami le 06 avril 2021 à Miami, Floride.
Épisode 2 :

Paquebots : la croisière s’enrhume

58 min
À retrouver dans l'émission

Les paquebots de croisière étaient dans la tourmente au début de la crise du Covid-19, à l'instar du Diamond Princess, devenu le plus grand foyer de contamination après la Chine. Pourtant, un an après l'évènement, les croisiéristes désirent remonter à bord. Quelles sont les évolutions prévisibles ?

Le navire de croisière Diamond Princess dans le port de Yokohama le 25 mars 2020. Le mois dernier, le navire était en quarantaine au large des côtes du Japon.
Le navire de croisière Diamond Princess dans le port de Yokohama le 25 mars 2020. Le mois dernier, le navire était en quarantaine au large des côtes du Japon. Crédits : KAZUHIRO NOGI - AFP

C’était il y a un an, le Diamond Princess, ce bateau de croisière qui naviguait au large des îles japonaises devenait en quelques jours le plus important foyer de contamination au Covid-19, en dehors de la Chine. Le confinement du navire, décrété par les autorités japonaises après la découverte d’un premier cas, s’avéra alors catastrophique pour les 3 711 passagers. Le bilan est estimé à plus de 700 infections et quatorze décès. Le cas du Diamond Princess aura démontré que les univers clos et coupés du monde étaient particulièrement vulnérables.  

Pour autant, les compagnies de croisière entendent bien reprendre leur activité le plus rapidement possible. A l’arrêt depuis plus d’un an, le secteur vient d’essuyer de lourdes pertes. Mais l'engouement du public, qui attend avec impatience de pouvoir effectuer de nouvelles réservations, devrait  aider sa reprise. En effet, avant l’épidémie, les voyages de croisières étaient en plein développement, attirant chaque année des milliers de nouveaux adeptes à travers le monde. Une croissance qui n’était pas sans poser certains problèmes logistiques et environnementaux, étant donnée la taille de plus en plus importante de ces paquebots. 

Alors quel avenir pour le tourisme de masse flottant ? La crise économique et sanitaire obligera-t-elle le secteur à revoir son modèle de développement ? Une fois la reprise amorcée quelle sera réflexion sur la taille de ces immenses navires ? 

Le marché est contrôlé de façon oligopolistique par quelques acteurs majeurs. Les principales compagnies sont Royal Caribbean, Carnival, MSC et Norwegian qui représentent 84% du marché. Elles ont été mises à mal, avec des pertes financières colossales, notamment Carnival qui a annoncé des pertes de 1,9 milliard de dollars uniquement pour le dernier trimestre de 2020. Olivier Dehoorne

Les compagnies de croisière ont dépensé énormément d’argent depuis le mois de mars 2020. A savoir que les compagnies maritimes de croisière sont les premières a s’être arrêtées dans le monde du tourisme. Un bateau qui ne tourne pas, ne rapporte pas d’argent, mais en coûte beaucoup en termes d’entretien, de maintenance, de carburant. Le coût n’est pas neutre puisqu’en fonction du navire cela varie entre 500 000 et 3 millions d’euros par mois pour la maintenance. Cédric Rivoire-Perrochat

Seconde partie - le focus du jour

Démolition navale : que faire des paquebots hors d’usage ?

Depuis le début de la pandémie, grand nombre de paquebots restent à quai, si bien que la question de leur démantèlement se pose. Sept navires de croisières ont été annoncés à la démolition. Le géant américain, Carnival, qui détient la moitié du marché de la croisière, a déclaré vouloir se séparer de 13 navires, sans préciser les modalités – casse ou vente. Or, le démantèlement d’un navire soulève des problématiques économiques, sociales et écologiques. La présence d’amiante, notamment sur les paquebots de croisière représente un risque pour les travailleurs en charge du démantèlement.

Que deviennent les grands paquebots une fois à la casse ? Où sont-ils démantelés ? Quelles normes sécuritaires et environnementales sont mises en place ?

Sur les chantiers européens ou turcs l’essentiel de la méthode de démolition est mécanisée et les travailleurs conduisent des machines. Concernant les chantiers d’Asie du Sud, il y a une technique un peu étrange, qui consiste à faire échouer les navires et envoyer des hommes découper des pièces pour les jeter sur le sable et ensuite les tracter. Ces images renvoient aux exploitations humaines. La méthode indo-bengalie doit être mise en cause, et elle l’est d’ores et déjà, dans des réglementations internationales avec la convention de Hong Kong ou à travers des prescriptions encore plus dures venant de l’Europe avec les chantiers certifiés. Paul Tourret

Une émission préparée par Marguerite Catton et Albane Barrau. 

Références sonores

  • Annonce du Capitaine du Diamond Princess (Extraits du documentaire The Last Cruise réalisé par Hannah Olson pour HBO sorti le 30 mars 2021)
  • Témoignage de Linda Vittori, enseignante à la retraite, confinée dans sa cabine avec son mari Michel puis quelques jours plus tard alors que ce dernier a été testé positif et envoyé à l’hôpital (RTL, 11 février 2020 France Info, 14 février 2020)
  • Le gouverneur de Floride Ron DeSantis a annoncé le 9 avril que l’Etat intentait une action en justice contre le  gouvernement fédéral américain et les Centres pour le contrôle et la  prévention des maladies afin que les bateaux de croisière soient de nouveau autorisés à naviguer (Click Orlando, le 9 avril 2021)
  • Marseille, pollution des paquebots à quai pendant la pandémie, témoignages d’habitants (France info, 14 avril 2021 RFI, 18 avril 2021)
  • Témoignage  de Mouhammed Ali Shahin, coordinateur de « Shipbreaking Platform » à  propos du cimetière de bateaux à Chittagong (RT France, 7 août 2018)

Références musicales

  • « Plus in Tacet » de Pantha du Prince (Label : BMG)
  • « Rock the Boat » de The Hue’s Corporation (Label : Trax Music)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Les Etats-Unis sont-ils nés un 4 juillet ?
Intervenants
  • géographe, maître de conférences à l’université des Antilles et chercheur à l’université de Laval.
  • expert et consultant pour l’Industrie de la croisière
  • géographe, expert des industries maritimes, navales et portuaires, directeur de l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......